Chronique

De la part de la princesse morte, Kenizé Mourad

Résumé de l’éditeur:

« Ceci est l’histoire de ma mère, la princesse Selma, née dans un palais d’Istamboul. » Ce pourrait être le début d’un conte ; c’est une histoire authentique qui commence en 1918 à la cour du dernier sultan de l’Empire ottoman. Selma a sept ans quand elle voit s’écrouler cet empire. Condamnée à l’exil, la famille impériale s’installe au Liban. Selma, qui a perdu à la fois son pays et son père, y sera « la princesse aux bas reprisés ». C’est à Beyrouth qu’elle grandira et rencontrera son premier amour, un jeune chef druze ; amour tôt brisé.

Selma acceptera alors d’épouser un raja indien qu’elle n’a jamais vu. Aux Indes, elle vivra les fastes des maharajahs, les derniers jours de l’Empire britannique et la lutte pour l’indépendance. Mais là, comme au Liban, elle reste « l’étrangère » et elle finira par s’enfuir à Paris où elle trouvera enfin le véritable amour. La guerre l’en séparera et elle mourra dans la misère, à vingt-neuf ans, après avoir donné naissance à une fille : l’auteur de ce récit.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Ce livre est l’un de mes coups de cœur. Bien que je l’aie lu il y a plus d’une dizaine d’année, l’histoire m’a beaucoup marquée et je le redécouvre aujourd’hui avec grand plaisir. J’étais encore adolescente lors de la première lecture mais il m’a laissé une trace inoubliable, un de ces livres qui ne peuvent que rester en mémoire.

Mon avis:

Kenizé Mourad y raconte sa mère, de l’enfance dans l’empire Ottoman jusqu’à sa mort à Paris. On suit donc Selma, qui grandit de petite princesse gâtée  en une jeune femme idéaliste et passionnée.

J’ai appris au fil des pages à aimer cette sultane qui perd tout avant de réussir à se trouver. 

Sa vie, jalonnée d’évènements historiques malheureux pour sa famille (la famille impériale ottomane), traversera de nombreuses phases, chacune attachée à un lieu : Istambul, Beyrouth, l’Inde puis Paris. Elle nous donne son regard sur des moments majeurs de l’Histoire comme la chute de l’empire Ottoman ou les prémices de l’indépendance de l’Inde. Ce point de vue inhabituel sur le kémalisme ou encore sur Gandhi apporte beaucoup à mes yeux car il appuie l’importance de savoir qui raconte l’Histoire et que la « vérité historique » peut avoir plusieurs visages.

Selma est à la fois forte, capricieuse, curieuse, généreuse, orgueilleuse, intelligente et naïve. J’ai partagé ses passions enfantines, ses amours, ses peines et surtout ses désillusions face à son impuissance à infléchir le cours des choses (la coutume du sati m’avait tout particulièrement marquée). Cette jeune femme, née privilégiée, va affronter l’exil et l’abandon, la pauvreté, un mariage arrangé et un choc culturel intense sans se départir de son courage et de sa fierté de princesse ottomane. Elle cherchera tant à se trouver qu’elle se perdra un temps, avant de mieux se comprendre, hélas peu de temps avant sa mort.

Il est facile d’entrer dans ce roman car l’écriture est fluide, agréable. Les nombreux personnages que Selma croise sont complexes et intéressants car basés sur la réalité. Dans leur majorité, ils ont une part positive et un aspect plus sombre, à part peut-être Haïri, le frère de l’héroïne, plutôt insipide. La reconstitution des évènements par Kenizé Mourad, bien que romancée, est particulièrement réussie.

Pour conclure, ce livre vous permettra de vous évader, il vous fera aussi peut-être rire et pleurer tout en vous plongeant dans l’Histoire du début du XXème siècle. Je ne peux que chaudement le recommander et espérer qu’il vous plaise autant qu’il m’a transportée.

Coup de cœur

Informations pratiques: 

Publié chez Robert Laffont en 1989. (604 pages)

Existe en livre de poche (8.30€) et grand format.

Disponible en librairie .
Publicités

2 thoughts on “De la part de la princesse morte, Kenizé Mourad”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s