Chronique

La symphonie des abysses, Carina Rozenfeld.

Résumé:

VOUS PENSIEZ ÊTRE AU PARADIS ?
Un gigantesque atoll, des plages de sable fin, une eau turquoise…
Un mur infranchissable.
IL VOUS FAUDRA D’ABORD VIVRE EN ENFER :
ARTICLE 1 : Tout contact physique, toute marque d’amour sont proscrits.
ARTICLE 2 : Il est interdit de chanter, d’écouter ou de faire de la musique.
ARTICLE 3 : Quiconque se livrera à ces activités illicites sera mis à mort.


VOUS N’ÊTES PERSONNE.
VOUS APPRENDREZ À OBÉIR.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?


J’ai lu ce livre en version numérique car le résumé m’avait beaucoup plu. L’auteure ne m’était pas inconnue vu que j’avais déjà lu et apprécié sa trilogie des livres-mondes.

Mon avis:

Ce livre est le premier d’une dystopie post-apocalyptique: la lune a explosé, percutée par une météorite. J’ai été charmée par l’atmosphère crée par Carina Rozenfeld: un monde très doux en apparence qui se révèle terriblement autoritaire quand on gratte un peu le vernis.

L’histoire commence par deux parties qui présentent les trois héros (Abrielle d’un côté, Ca et Sa de l’autre), puis continue avec leur rencontre et les péripéties qui en découlent. Ils vivent dans un atoll paradisiaque divisé en plusieurs villages, régis par des règles qui se ressemblent mais qui ignorent l’existence les uns des autres. Cet atoll est entouré par un mur gigantesque, électrifié et infranchissable. L’origine des règles et du mur s’est perdue depuis des siècles.

On pourrait reprocher à ce premier tome un trop grand nombre de descriptions et un rythme assez lent. J’ai cependant beaucoup aimé la mise en place du contexte nécessaire à l’histoire et la découverte de l’univers clos des deux villages.

Abrielle vit dans un petit village où chacun a sa place et son rôle, suivant une routine monotone. Il y existe des règles strictes : 

  • Aucun mal ne doit être fait aux femmes.                                        
  •  Chaque soir tous doivent boire le cordial du sommeil.                                 
  •  Il est interdit de chanter. 

Notre héroïne est réminiscente, cela signifie qu’elle entend la musique de chaque chose, dont la symphonie des abysses que son père lui a appris à écouter avant de disparaître. Pour cela, elle est persécutée par son ancien ami, Braden, gardien en chef, qui la hait autant qu’il l’a aimé. Elle finira par être contrainte à la fuite, meurtrie par la trahison des gens qu’elle aimait et par la séparation forcée avec sa mère, seule personne qui la soutient envers et contre tout.

Sa et Ca vivent également en transgressant les règles de leur communauté. Dans leur village, l’amour et les contacts sont totalement interdits, punis de mort. Ils s’aiment depuis toujours et doivent le cacher. La puissance des leur sentiments est extraordinaire et émouvante. Découverts, ils seront humiliés et condamnés.

Ces trois adolescents, fuyant le cocon où ils sont nés pour pouvoir vivre leurs différences, se retrouveront dans l’exil et la découverte de la liberté. 


La douceur de vivre affichée par ces villages n’est qu’une façade. Les habitants paisibles et routiniers se déchaînent dès qu’un « crime » est commis. Leur monde se révèle totalitaire et totalement engoncé dans une pensée unique jamais remise en cause.

Les personnages secondaires confirment ce constat d’autoritarisme et d’absence totale de liberté. Il y a ceux qui se soumettent passivement, ceux qui participent à la répression avec enthousiasme et bien sûr, ceux qui refusent de se soumettre totalement, par une résistance plus ou moins active.

Il est particulièrement fascinant de constater que cette oppression n’est pas le fait d’un chef ou d’un régime particulier mais de traditions tellement ancrées dans les esprits que personne n’ose les remettre en causes. Les règles sont appliqués strictement alors que leur origine a depuis longtemps été oubliée. Ce système presque carcéral perdure grâce aux générations qui se succèdent et ne le remettent jamais en cause. Ils entretiennent eux-mêmes leurs chaînes.

Un des éléments qui m’a le plus plu est la réminiscence d’Abrielle. Le rejet qu’elle cause illustre l’absurdité de suivre des règles sans jamais y réfléchir ainsi que l’intolérance et la difficulté de vivre dans une communauté en étant différent. C’est un thème classique de la dystopie qui est ici très bien traité.  

Le village de Sa et Ca a, lui, une particularité très originale qui apporte une dimension encore plus profonde à cette histoire. Cela permet de faire réfléchir sur un thème très clivant de notre société (spoiler: la construction de l’identité sexuelle indépendamment de l’orientation sexuelle), en l’abordant de manière intelligente et délicate. Je reste volontairement floue pour ne pas vous gâcher la découverte de cet élément qui, pour le coup, est assez unique dans la littérature jeunesse à succès.

J’ai eu un coup de cœur total sur cette histoire touchante et aérienne. Elle aborde un grand nombre de sujet avec délicatesse tout en étant distrayante. J’aime énormément les personnages principaux et la lenteur des événements participe à la poésie de l’histoire. 

Ne vous attendez pas à de fracassantes révélations dès le premier tome, elles ne viennent que dans la suite. Ainsi, le roman prend encore une autre saveur lors de sa relecture, où l’on comprend bien mieux ce monde étonnant.

Ce livre ne plaira pas à tout le monde au vu des thèmes qu’il aborde, mais il est bien écrit, bien construit et original : je vous recommande fortement cet ode à la liberté et aux différences.

Coup de cœur

Informations pratiques:
Paru chez R-jeunes adultes en 2014. (468 pages) 
1er tome d'un diptyque.
Disponible en grand format (17.90€) et en e-book (12.99€).
Publicités

1 thought on “La symphonie des abysses, Carina Rozenfeld.”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s