Résumé de l’éditeur:

Ombre, univers peuplé de magie, et Rive, le monde tel qu’on le connaît, sont les deux reflets déformés d’une même réalité.

Énora est unique : elle peut traverser d’un monde à l’autre. Lorsque sa famille est brutalement décimée par des assassins masqués, elle se réfugie au seul endroit où ses poursuivants ne peuvent l’atteindre. Au royaume d’Ombre, sur la terre de ses ancêtres. Là-bas, Ravenn, une princesse rebelle, fait son retour après neuf ans d’exil passés à chasser les dragons du grand sud. Sa mère, la reine, est mourante. Ravenn veut s’emparer de ce qui lui revient de droit : le trône d’Ombre. Et elle n’est pas la bienvenue.

Deux mondes imbriqués. Deux femmes fortes, éprouvées par la vie. Deux destins liés qui bouleverseront la tortueuse histoire du royaume d’Ombre…

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

J’ai découvert Manon Fargetton il y a quelques années, au hasard d’un emprunt à la bibliothèque. J’avais lu son roman June, le souffle qui m’avait plu et lorsque l’éditeur Bragelonne a proposé ce roman dans son opération 300k (100 ebooks par jours sur 3 jours à 0.99euros), j’ai tout de suite sauté sur l’occasion de renouer avec cet auteur.

Mon avis:

Ce roman utilise un schéma assez classique de narration: deux histoires distinctes qui se subdivisent puis, peu à peu, se rejoignent. Les héroïnes, Enora et Ravenn, sont toutes deux à un tournant de leur vie qui les fait radicalement changer de quotidien. Pour l’une, cela résulte d’une vieille promesse, pour l’autre, d’une tragédie. Les deux arcs narratifs sont bien menés et, à mes yeux, presque aussi intéressants l’un que l’autre, même si vers la fin, je me suis sentie plus concernée par Ravenn qu’Enora dont l’histoire est plus linéaire et du coup, perd en intérêt.

J’ai retrouvé avec plaisir le style de Manon Fargetton. Il a évolué, mûri sans changer fondamentalement: simple sans tomber dans la facilité, efficace et fluide.

Le lecteur suit Ravenn et surtout Enora dans la découverte du monde d’Ombre, parallèle au notre, Rive. J’ai eu quelques difficultés à entrer dans le roman dès le début mais, une fois le chapitre 5 passé, je m’y suis complètement plongée. Ce concept de deux mondes miroirs est bien développé grâce aux flashbacks en début de chapitre. L’idée n’est pas nouvelle mais a cette touche d’originalité qui la rend attrayante, notamment les Noirs Portraits. Chaque individu, excepté les Passeurs, a son double dans l’autre monde, qui lui est lié intimement. Ils ne se ressemblent pas toujours mais partagent des traits de caractères, des aspirations communes et vivent dans les mêmes zones géographiques.

Nos deux héroïnes sont des femmes fortes et indépendantes qui sont intéressantes, même si Enora est enfermée dans sa colère et sa haine. Il est facile de s’identifier à l’une ou l’autre.

Les personnages secondaires sont nombreux et ont chacun un vrai rôle à jouer. On s’attache à Charly, se pose des questions sur Julian ou se méfie de Jana. Les personnages tertiaires comme le frère et la sœur de Ravenn ou les aubergistes qui accueillent Enora apportent également leur pierre à la cohérence de l’histoire.

Un aspect qui a attiré mon attention est le rôle des femmes en Ombre. La royauté est matrilinéaire et se transmet de mère en fille. Cependant, les reines doivent épouser un magicien de l’ordre du Clos, clan de magiciens purement masculins. Cet ordre manipule la reine actuelle, sous la coupe de son mari, pour tenter de rétablir la transmission du trône de père en fils afin de contrôler totalement  le pays. C’est ce dernier qui a poussé sa fille à l’exil, malgré son amour pour elle. Les femmes ne peuvent pratiquer la magie et sont même assassinée quand elles possèdent des pouvoirs qui pourraient égaler ceux des magiciens. Elles peuvent, si leur pouvoir est faible, entrer dans le clergé d’Izil, prêtresse soumise à la chasteté et au culte de la déesse. Ce monde dominé par les hommes va être bouleversé par deux jeunes femmes qui remettront en cause les habitudes et les traditions.

J’aime cette histoire, simple et complexe à la fois qui mêle fantasy et fantastique. On y retrouve des luttes de pouvoirs, de la magie, de l’amour et de l’amitié sans trop tomber dans les clichés. La fin est attendue mais sort de l’ordinaire. En conclusion, ce livre est vraiment très agréable à lire. Il apporte un peu de fraîcheur dans la fantasy.

Informations pratiques:

Publié chez Bragelonne en 2015. (312 pages)
1er tome, deuxième tome; sortie prévu le 16 novembre 2016.
Existe en grand format (20€) et en e-book (12.99€). 
Disponible en librairie.
Publicités