Résumé de l’éditeur

1. Qadehar le Sorcier,

2. Le Seigneur Sha,

3. Le Visage de l’Ombre,

Les aventures du célèbre Apprenti Sorcier réunies en un seul volume.

Nom : Guillemot de Troïl né au pays d’Ys, 12 ans

Signes particuliers : possède des dons extraordinaires pour la magie. Il devient l’Apprenti du plus fameux Sorcier de la Guilde, Maître Qadehar, tout en continuant sa vie de collégien.

Ses amis : son cousin Romaric, un grand gaillard, Gontrand, le musicien, la belle Coralie et l’intrépide Ambre, les sœurs jumelles. Ambre, vrai garçon manqué qui n’a pas froid aux yeux, adore taquiner Guillemot et il est bien le seul à ne pas voir qu’elle est amoureuse de lui!

Son destin: son destin est lié au Livre des Étoiles, le grimoire tant convoité qui renferme la puissance magique des Graphèmes et qui peut offrir la paix au Pays d’Ys.

Son adversaire: L’Ombre, créature démoniaque.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

A l’origine, j’ai découvert cette série de livre par le biais d’un défi lecture jeunesse il y a une quinzaine d’années. Je l’ai adoré et je suis restée fidèle à cet auteur depuis. J’ai acheté cette intégrale lors des Utopiales et j’ai ai profité pour me la faire dédicacer par Erik L’Homme qui était présent.14956555_365945810416325_7577279063043412105_n J’étais déjà une grande fan de son œuvre, le rencontrer a encore augmenté mon estime pour lui car il est charmant, accessible et drôle. Il échange facilement avec ses lecteurs et prend du temps pour chacun.

Mon avis:

Malgré les années qui ont passé et surtout, mon âge qui a bien changé, je redécouvre Guillemot et ses aventures avec un grand plaisir.

Le livre en lui même est beau, j’aime beaucoup la couverture dont la fresque est soignée. Il commence par des cartes des mondes: Ys et le monde Incertain (deux mondes parallèles au notre, qui lui est connu sous le nom de monde Certain). La séparation entre les différents tomes se fait simplement par une page titre. La lecture est très agréable, si l’on oublie le poids du bébé, qui bien qu’il reste raisonnable, pour une intégrale est tout de même de 800 grammes: les poignets finissent par fatiguer! L’œuvre se finit par le carnet de Guillemot en entier, avec les Graphèmes et une description de la magie dans son monde. J’aime beaucoup les annexes dans ce genre, qui permettent de s’immerger encore plus dans l’histoire.

Le récit débute par Qadehar le sorcier, premier tome, où Guillemot, jeune habitant du Pays d’Ys, rêve d’entre dans la Confrérie des chevaliers du vent avec son cousin Romaric. Élève moyen  et assez menu, il est harcelé par la terreur de sa classe, Agathe et son ombre Thomas car il s’est opposé à eux dès la rentrée. Il vit seul avec sa mère à Troïl, petit village proche de la capitale du pays d’Ys, Dashtikazar et se réunit régulièrement avec son groupe d’amis fidèles: Romaric, Ambre et Coralie, les jumelles et Gontrand. Son petit monde va être bouleversé par une soirée chez son oncle, l’ancien chevalier Urien de Troïl. Une bagarre calmée grâce à un magicien va provoquer chez lui une réaction violente et faire prendre à sa vie un tournant inattendu.

Attention si vous n’avez pas lu ces histoires, passez directement au dernier paragraphe, alerte spoiler!

Guillemot va se découvrir un talent inné pour la magie et s’affirmer en trouvant ainsi sa place. Il suit l’initiation de maître Qadehar en parallèle du collège et s’épanouit.  Son indépendance, et avouons le sa crise d’adolescence ainsi qu’un énorme besoin de faire ses preuves, vont le conduire à désobéir et à fuir le monastère des magiciens, Gifdu. Il se retrouvera dans le monde Incertain avec ses amis et vivra des aventures qui ne nous laissent pas le temps de nous ennuyer. Cette trame somme toute classique de quête initiatrice est vraiment bien menée et, bien que le roman soit jeunesse, il peut plaire à tous.

Le héros est mal aimé, au collège par les petites brutes, et surtout par son oncle, qui ne voit en lui que son père, l’homme qui a abandonné sa sœur juste avant le mariage. Son complexe du héros peut s’expliquer par ce besoin de faire ses preuves. Les personnages sont bien construits et complexes. Au début, on peut s’attendre à des gros clichés: la fille « fifille » un peu niaise, le garçon manqué pas du tout féminine, le garçon musclé pas très futé et le héros, timide qui devient un héros. Cependant, en avançant dans l’histoire, ils se révèlent bien plus fouillés et intéressants. Ce sont des héros adolescents, mais Erik L’Homme se moque un peu des clichés en les détournant. La fin pose des questions sur l’identité du père de Guillemot et du seigneur Sha, personnage mystérieux du monde Incertain.

J’ai beaucoup aimé la découverte de l’univers d’Ys et la rencontre avec chacun des personnages: le petit groupe de héros, la mère de Guillemot, les sorciers de Gifdu ou encore les habitants du monde Incertain. J’ai souvent un faible pour les premiers tomes mais celui-là a eu un écho particulier en moi. C’est cette histoire qui m’a inspiré et donné envie d’écrire. L’organisation du monde entre la Guilde des magiciens, l’Ordre des chevaliers, l’académie des Musiciens et ce petit bout d’univers détaché du notre, si proche et si éloigné m’avait vraiment marqué. Je reconnais qu’il n’est pas si différent de beaucoup de livres de fantasy, mais celui-ci a un petit quelque chose d’unique. La légende d’Ys qui fait écho dans mon cœur de bretonne? Le système magique des graphèmes très bien développé et intéressant?  Je l’ignore mais comme vous l’aurez maintenant compris, ce livre est plus qu’un coup de cœur.

On poursuit l’histoire avec Le seigneur Sha: Guillemot est devenu un héros aux yeux de tous en sauvant Agathe et Thomas. Il approfondit de plus en plus ses connaissances, et retourne, un peu contre son gré à Gifdu. Il y rencontre notamment Bertram, un jeune sorcier bravache, personnage pour qui j’ai une grosse tendresse. L’intrigue tourne autour de l’Ombre et surtout de la découverte de son identité. Les héros vont aussi croiser les korrigans, petit peuple malicieux, retors et puissant. Encore une incursion dans les légendes bretonnes que j’ai beaucoup aimée! Ils vont révéler que Guillemot a vraiment des ennemis, très puissants et c’est ainsi qu’il se verra enfermé à Gifdu. L’histoire se développe et on apprend avec Guillemot et le seigneur Sha, une nouvelle fracassante qui remet en cause beaucoup de chose dans la tête du jeune héros.

On arrive au tome final, Le visage de l’ombre, avec de nouvelles péripéties: Guillemot est enlevé par l’Ombre. Les adultes essaient de mettre le petit groupe d’amis de coté mais bien sur, pour notre plus grand plaisir, ils échouent totalement. Le héros va révéler tout sa puissance magique et les adolescents vont apporter une aide précieuse dans la bataille finale contre le méchant. Les grandes révélations finales ne sont pas surprenantes mais, bien amenées. Elles expliquent beaucoup de choses, en bousculant encore la réalité de nos amis, déjà bien chamboulée. Arrivée à ce point, je me rend compte que je n’ai pas parlé d’amour, mais il y a de la romance dans cette histoire, assez mignonne, sans être trop présente. Classique me direz-vous? Oui, toujours, mais vraiment palpitant et très bien écrit.

Fin de l’alerte spoiler! 😉

Enfin, bref (oui, ironique après un tel pavé!), j’adore cette trilogie qui a vraiment marqué mon univers littéraire et que je recommande à tous les jeunes lecteurs, mais aussi aux moins jeunes. Ce roman de fantasy jeunesse est, à mes yeux, un classique dans son genre aux cotés de Pierre Bottero ou Philip Pullman. J’espère que la lecture de ma déclaration d’a… euh, de ma chronique ne vous a pas trop ennuyé et donné envie de découvrir l’univers d’Erik L’Homme.

Coup de cœur

Informations utiles:

Publié par Gallimard Jeunesse, dans l'ordre en 2011, 2002 et 2003.
Existe en Intégrale de 842 pages (23.40€) ou divisé en 3 tomes: en grand format (9.90€) et en poche (7.30€ et 8.50€ pour le tome 3)
Publicités