Résumé de l’éditeur:

J’ai longtemps rêvé de cette fille. Elle apparaissait dans un cauchemar où, malgré tous mes efforts, elle tombait sans que je ne puisse la sauver. Je me savais lié à elle d’une façon particulière. Et puis un jour, elle est arrivée en chair et en os dans au lycée de Gatlin, notre petite bourgade du Sud des Etats-Unis. Elle était belle et mystérieuse. Si j’avais su qu’en même temps que cette fille, dont j’allais tomber éperdument amoureux, surgirait aussi une malédiction… Nous étions menacés. Et cette fois, j’allais devoir la sauver… L’amour sera-t-il plus fort que le destin ?

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Il m’a été recommandé par une amie qui l’avait vraiment apprécié. J’ai donc acquis le premier tome et je me suis plongé dans cet tétralogie, dont seul trois tomes étaient sortis si je me souviens bien. Je l’ai relu car il a été adapté et je voulais traiter d’un livre et du film qui en est tiré (ici).

Mon avis:

Ethan, 16ans, vit dans l’immuable Gatlin, au fin fond de la Caroline du Sud, depuis sa naissance. Orphelin de mère depuis peu, il habite avec son père et leur gouvernante, Amma. Tout est désespérément banal et normal dans sa vie, sauf les rêves qui le hantent tout les nuits: une fille l’appelle, il cherche à l’atteindre mais il la perd irrémédiablement. Il en tombe petit à petit amoureux bien qu’il ne croit pas vraiment en son existence, jusqu’au jour où elle débarque dans son lycée.

Ce roman est dans un genre que j’affectionne assez peu: la bit-lit, je déteste même le mot qui la qualifie car je trouve que c’est une catégorie totalement fourre-tout. Bref, malgré la recommandation, j’étais méfiante: deux lycéens, de la magie, de l’amour,… le topo habituel! J’ai, cependant, assez rapidement laissé tomber les préjugés car l’histoire est immersive.

L’ambiance de cette petite ville du sud des USA est très bien décrite, on sentirai presque le thé glacé et les petits plats d’Amma. J’ai adoré m’y plonger et découvrir ce monde où la guerre de Sécession est appelée la guerre Inter-États, où la reconstitution de la bataille locale a lieu tous les ans en costume et où les dames des FRA (Filles de la Révolution Américaine) font respecter la bienséance et la parole du Tout Puissant.  Cet univers, qui rappelle un peu celui d’Harper Lee (largement cité dans le livre), nous fait découvrir une ribambelle de personnages, certains très intéressants, d’autres un peu cliché. Il faut aussi souligner que le point de vue est masculin, ce qui est assez rare dans les romances de ce type pour être souligné.

J’ai vraiment aimé les protagonistes de cette histoire: Amma, Link, Marian, Ridley, les Sœurs, Macon, Mrs Lincoln et même les pestes du lycée. Ethan et Lena sont un peu cucul dans leur histoire, surtout lui, mais leurs faiblesses et leur failles, notamment le deuil d’Ethan, les rendent intéressants.  La malédiction et les découvertes qu’ils font petit à petit tiennent en haleine tout au long du roman. 

On entre vraiment dans la vie des habitants de Gatlin avec leurs habitudes, leurs obsessions et leurs craintes: une petite ville  puritaine, fermée à la différence.

« Il n’y avait que deux types de citoyens dans notre ville […]: les trop bêtes pour partir et les condamnés à rester. »

La dynamique sociale de la ville est très bien décrite et plutôt réaliste. Ce petit monde bien réglé va être totalement chamboulé par l’arrivée de Lena Duchannes, nièce de ce « vieux fou de Ravenwood », l’original ermite local. Les pestes cheerleaders et leur môman des FRA vont monter sur leur grands chevaux et tout faire pour « éliminer » celle qui menace leur petite vie bien rangée. Cette « chasse aux sorcières » se met en place presque naturellement, révélant la nature profonde d’une partie des résidents de la ville.

L’histoire est dynamique et on ne s’ennuie pas. Elle commence doucement, avec la découverte de Gatlin, de ses règles et des ses habitants avant de nous plonger dans le monde des Enchanteurs et dans la trame principale.

Enfin, le système de magie de ce monde m’a vraiment emballée. Les enchanteurs ont des pouvoirs « génériques » et une spécialité avec un pendant Lumière et un pendant Ténèbres. Il y a également des mystères comme le pendentif ou la chanson… Sans trop dévoiler l’intrigue, ce monde qui peut sembler manichéen, ne l’est pas du tout. Personne n’est tout noir ou tout blanc: un peu comme un gigantesque nuancier de gris! 

J’ai bien aimé ce livre. Il est agréable, divertissant et ne tombe pas trop dans le gnangnan. Les fans du genre s’y retrouveront facilement, mais les autres aussi. Ma seule grande réserve est sur la suite. Le tome 2 est également agréable, le 3, beaucoup moins, quant au dernier tome,… je l’ai trouvé vraiment très bof.  En bref, une histoire chouette mais qui perd en qualité au fil des tomes comme, hélas, souvent.

Informations pratiques:
Publie en France en 2010 chez Black Moon d'Hachette, 656 pages. (18€)
Existe en poche (8.90€) et en e-book (8.99€).
1er tome d'une tétralogie.
Publicités