Chronique

Manesh, le sentier des astres 1, Stefan Platteau

Résumé:

Quelque part dans la nordique forêt du Vyanthryr, les gabarres du capitaine Rana remontent le fleuve vers les sources sacrées où réside le Roi-diseur, l’oracle dont le savoir pourrait inverser le cours de la guerre civile. À bord, une poignée de guerriers prêts à tout pour sauver leur patrie. Mais qui, parmi eux, connaît vraiment le dessein du capitaine ? Même le Barde, son homme de confiance, n’a pas exploré tous les replis de son âme. Et lorsque les bateliers recueillent un moribond qui dérive au fil de l’eau, à des milles et des milles de toute civilisation, de nouvelles questions surgissent. Qui est Le Bâtard ? Que faisait-il dans la forêt ? Est-il un danger potentiel, ou au contraire le formidable allié qui pourrait sauver l’expédition de l’anéantissement pur et simple ?

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Merci à mon collègue Frank qui m’a fortement incité à le livre en me le prêtant pour que je puisse le découvrir et partager mon avis avec lui!

Mon avis:

Ce livre nous entraîne à la suite du capitaine Rana et de son équipage dans une contrée fantastique, qui remontent le fleuve Framar à la recherche de l’Oracle fabuleux, le Roi-diseur. En chemin, il sauve un mystérieux naufragé, gravement blessé, qui flottait sur un entrelacs de branche. Cet homme, le Bâtard, va dévoiler son histoire très lentement, au fil de l’avancée des gabarres sur l’eau. Son interlocuteur privilégié est le barde Fintan Calathynn, qui sera rapidement fasciné par son récit.

Les premières pages de ce roman m’ont déstabilisée, car j’étais un peu perdue dans les noms, de lieux ou de personnages. Il y a également quelques longueurs dans la mise en place du récit. Les narrations alternées du Barde, puis du Bâtard sont inégales dans un premier temps: je ne m’intéressais que très peu à la remontée du fleuve par rapport à l’histoire du rescapé des eaux. Cependant, cet univers fantasy médiéval et merveilleux finit par ensorceler et on s’y plonge pleinement.

En effet, le style de l’auteur est excellent, il réussit à faire vivre ses protagonistes et leurs sensations avec brio. Il nous immerge dans ce monde magique doux-amer complexe où les Géants côtoient les dieux comme les simples humains. On a presque l’impression d’entrer dans un tableau, c’est poétique mais aussi cru, dur et parfois cruel. Je suis très sensible et certains passages m’ont soulevé le cœur, mais, heureusement, pas au point de me faire stopper ma lecture.

Les personnages sont également intéressants. Même si j’ai eu du mal à différencier certains guerriers au début, chacun a son caractère, son passé qu’on découvre peu à peu, ses fêlures et ses mystères. J’ai beaucoup apprécié Shakti et sa fille ainsi que le Barde, Varagwynn le batelier et le Bâtard lui-même. Je dois cependant reconnaître qu’ils sont tous cohérents et forment une « chorale » plutôt équilibrée.

Les évènements se succèdent comme avance la remontée du fleuve: lentement, au fil de l’eau. A part les quelques longueurs du début, je n’ai pas trouvé cela dérangeant tant on se plonge dans l’histoire grâce au talent de l’auteur. J’ai une préférence pour l’histoire du Bâtard: ses origines, sa famille, sa quête,… L’avancée des gabarres, quant à elle, m’a bien plus intéressée à partir de la rencontre avec les Teules, où le récit accélère significativement. Enfin, la conclusion de ce roman est juste une torture! Le cliffhanger nous laisse dans un état de tension assez terrible, le suspens étant à son comble.

J’ai beaucoup aimé ce livre, mélange de traditions celtes et hindoues, qui nous mène vers un univers qui peut sembler onirique au premier abord, mais qui est tout sauf doux et merveilleux. C’est un peu comme un voyage en mer, apaisant et tranquille par moment, puis, cauchemardesque et violent quand les eaux se déchaînent. On y trouve spiritualité et pragmatisme, mélange qui peut paraître étonnant, mais qui, finalement, est totalement cohérent. Bref, ce roman est un peu un ovni, mais mérite vraiment le détour.

Coup de cœur

Informations pratiques:
Paru en avril 2014 chez Moutons électriques, 462 pages (24€).
Il existe 3 tomes parus dans cet univers.
Existe en poche (9.90€) et en livre numérique (7.99€).
Publicités

11 thoughts on “Manesh, le sentier des astres 1, Stefan Platteau”

  1. Il est tellement chouette ce livre. J’ai eu la chance de rencontrer l’auteur pendant une journée pro aux Utopiales il y a deux ans. L’histoire autour de l’écriture du manuscrit est ultra chouette aussi 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s