Chronique

La flèche du Scythe, Sébastien Morgan

Résumé

IIIe siècle après JC, l’Empire Romain est assiégé de toute part. Chaque jour, les peuples barbares resserrent un peu plus leur étau. Des rumeurs font état d’une alliance possible entre les peuples Goths autour du descendant d’Arminius, célèbre vainqueur des légions lors de la bataille de Teutobourg. Yares, un auxiliaire scythe est envoyé pour trouver et assassiner ce nouveau roi barbare. L’éclaireur pénètre dans la grande forêt alors que des forces surnaturelles s’éveillent… Fortement enraciné dans l’Histoire et les mentalités de l’époque, la Flèche du Scythe est un roman d’aventure plein de fantastique et de sorcellerie. Il plaira tant aux amateurs de l’Empire Romain qu’aux inconditionnels des sagas fantasy.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Je remercie l’auteur, Sébastien Morgan, qui m’a contactée et me l’a envoyé afin que j’en fasse une chronique.

Mon avis:

Ce roman nous mène sur les traces de Yares, un Scythe, centurion auxiliaire dans l’armée romaine. Il a eu pour mission d’empêcher les Goths de s’unir sous une même bannière en assassinant certains de leurs rois, qui doivent se retrouver dans une clairière. Pendant la réunion fatidique, mené par une sorcière mystérieuse, il tue également le fils de cette dernière, qu’elle voulait faire roi des Goths. Elle n’aura, à partir de ce jour, qu’une seule idée: se venger.

Le début de cet histoire est assez classique dans la fantasy et ne me surprenait pas outre mesure. Une vengeance sur fond de magie et de guerre, je pensais être partie pour un récit qui, bien que sympathique, ne sortait pas de l’ordinaire. Cependant, au fil des chapitres, on s’y plonge de plus en plus. Petit à petit, le nombre de points de vue narratif augmente tout en découvrant de nouveaux personnages et de nouveau desseins. Une image s’est rapidement imposée à moi: une grande toile d’araignée. On a d’abord de gros fils qui maintiennent la structure, puis, petit à petit, des ramifications se créent qui les connectent entre eux et leur permettent de se rejoindre en un point central. J’ai vraiment vécu cette lecture ainsi, le livre devient de plus en plus intéressant au fil des pages et l’histoire se complexifie au fur et à mesure.

J’ai été touchée par Yares, un homme courageux, qui se bat loyalement pour l’empire romain, alors que beaucoup le considère comme un citoyen de seconde zone. Il envoie toute sa solde à sa femme et son fils pour leur permettre de vivre décemment, mais ne les a pas vu depuis près de trois ans. Son ennemie jurée, la sorcière Alara, est une femme qui n’a plus rien à perdre et qui voue une haine sans limite à l’empire romain. Elle rêve de le voir Rome brûler et de venger la mort de son fils unique. Je ne peux pas vous détailler plus les autres personnages sans spoiler l’histoire. Je vous dirais juste que Mercurius, le fils de Yares, est un petit idiot, et qu’un autre antagoniste se révèle, tout aussi dangereux que la sorcière, mais peut-être encore plus retors.

Rapidement, on comprend que chacun des protagonistes est un pion dans une partie d’échecs qui se joue bien au-delà de la perception des simples mortels. Ce niveau de l’histoire est bien développé, mais reste encore très mystérieux. J’ai hâte de découvrir le tome suivant, qui promet une immersion dans les mythes et légendes antiques. Le cliffhanger final est, en plus, vraiment terrible! J’ai tellement envie de connaître la suite!

On remarque également que l’auteur connaît très bien son sujet, que ce soit Rome, la mythologie ou les différents clans Goths. L’histoire repose sur un socle historique solide tout en se permettant des incursions dans le fantastique et la fantasy. Le style, quant à lui, est fluide et agréable, même si le texte manque singulièrement de virgules.

J’ai beaucoup aimé ce récit qui monte en puissance au fil des pages. Je vous recommande grandement la plume de Sébastien Morgan, qui a vraiment bien réussi son premier roman. Ce tome est très prometteur, je lirais la suite avec plaisir quand elle sera publiée.

Informations pratiques:
Livre auto-édité sorti en novembre 2016.
Existe en format papier (13.45€) et livre numérique (3.49€).
Premier d'une série, les chroniques merveilleuses.
Publicités

4 réflexions au sujet de “La flèche du Scythe, Sébastien Morgan”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s