Résumé:

Jeunes et déchaînés, ils s’aiment
jusqu’à décoller de terre,
jusqu’à toucher le ciel.
Plus que ça.
Au moins.., trois mètres au-dessus du ciel !
Mais ils ne sont pas seuls : il y a le lycée,
les parents, la bande de copains qui dérape
et franchit les limites…

Une histoire d’amour haletante.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

C’est le livre du mois du club des rats de bibliothèque! Je me suis lancée dans la lecture, même si la romance n’est pas mon genre de prédilection.

Mon avis:

Babi est une jeune fille sage et bonne élève. Sa meilleure amie Pallina, fantasque et bien plus déjantée, l’entraînera ses bêtises et sa fascination pour les « badboy ». Step, quant à lui, est un petit voyou violent et impulsif qui n’aime que sa moto et son meilleur ami, Pollo. Un soir, après avoir vandalisé la voiture du petit ami de Babi, l’avoir tabassé, lui et un ami des parents de la jeune fille qui voulait aider, Step va raccompagner Babi chez elle. Leur histoire, entre haine et passion, va être tumultueuse et ponctuée de conflits familiaux.

Cette histoire partait déjà avec un handicap pour me plaire: le personnage de Step, body-builder machiste, violent et dominant incarne ce que je déteste le plus chez un homme. Cependant, les personnages avec des fêlures qui les ont transformés peuvent être très intéressants. J’ai donc ignoré cet élément pour continuer ma lecture, mais mon sentiment envers lui n’a pas changé. Malgré les révélations sur les raisons de son attitude, j’ai juste eu envie de lui rabattre son caquet de petit mâle impulsif et arrogant, mal dans sa peau.

De plus, j’ai trouvé la romance entre Babi et Step plutôt fade, alors qu’elle devrait être volcanique. Elle commence par le haïr et lui hurler dessus, puis finit par l’aimer passionnément. Ils sont totalement différents, ce qui va les rapprocher avant de les détruire. C’est un pitch classique, mais l’auteur (ou le traducteur) n’a pas su apporter cette petite touche en plus, pour m’entraîner dans son univers. Je n’ai pas ressenti une once de sympathie pour Step, quant à Babi, je la trouve assez peu cohérente dans ses décisions et ses choix: c’est une adolescente en effet, mais, même en prenant ce paramètre en compte, je l’ai trouvé un peu idiote. Elle tombe amoureuse d’un garçon qui a tabassé des gens devant elle, l’a insultée et qui a la certitude d’être irrésistible grâce à sa beauté et ses muscles. Elle a beau le trouver stupide et dangereux, elle lui tombe dans les bras en deux temps, trois mouvements.

Les personnages secondaires sont nombreux et sauf exception, peu intéressants ou  pas assez creusés (Pollo et Pallina, les meilleurs amis ont la palme du cliché). La professeur de latin tyrannique m’a tout de même fait de la peine, malgré son complexe de supériorité. Vous l’aurez compris, les personnages ne m’ont pas conquise. Je les trouve trop stéréotypés.

Le style du roman est assez plat, et les flashbacks continuels embrouillent le propos. Cela m’a empêché d’être dans l’empathie. Je n’ai été ni triste, ni heureuse, ni même émue par cette histoire. Et cela, même quand le pire évènement du récit de produit: je me suis juste dit « oh, ils doivent être malheureux ». Où sont mes papillons dans le ventre? Enfin, on évite le banal « tout est bien qui finit bien », mais, pour ce type de roman, cela ne m’aurait pas gêné.

Ma chronique s’arrête ici car je n’aime pas enfoncer trop un livre. Je n’ai pas aimé, j’ai du me forcer à finir alors que je voulais être emportée par une histoire d’amour épique. Je n’ai pas accroché à cette histoire et c’est bien dommage!

Informations pratiques:
Publié en France en 2006.
Adapté en film deux fois.
Existe en poche (8.65€) et en broché (6.30€).

Publicités