Chronique

La Faucheuse, Neal Shusterman

Résumé:

Les commandements du Faucheur:
Tu tueras.
Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
Tu accorderas une année d’immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t’ont résisté.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Je ne sais pas où je l’ai vu pour la première fois, le site de R ou un blog, mais j’avais terriblement envie de le lire! J’avais décidé de l’acheter au Salon du Livre de Paris, ce que j’ai fait samedi dernier.

Mon avis:

Au milieu du 3ème millénaire, les hommes ont vaincus la mort grâce à une intelligence artificielle qui a toutes les réponses: Thunderhead, il est l’autorité suprême de ce système. Pour réguler la population, les premiers Faucheurs ont été crées. Ils « glanent » selon des règles strictes et peuvent octroyer des immunités d’un an selon leur bon vouloir. On suit deux jeunes apprentis faucheurs: Citra, impulsive et rebelle, et Rowan, calme et toujours dans le contrôle de ses émotions. Maître Faraday, un Faucheur d’exception, les prend sous son aile. Leur point commun: ils ne veulent pas devenir Faucheur, ce qui est la condition pour le devenir selon leur maître. Ces deux personnalités très différentes vont entrer en compétition pour un poste qu’ils ne voulaient pas à l’origine.

J’ai dévoré ce livre. Il se lit très vite grâce à une traduction fluide, donnant un style très agréable, il m’a totalement fait me plonger dans son monde. J’ai identifié deux grandes parties dans le livre. La première correspond au début de l’apprentissage de Citra et Rowan avec Maître Faraday. On s’immerge petit à petit dans cet univers très particulier, puis un évènement majeur se produit et tout s’enchaîne dans une seconde partie haletante. A partir de ce moment, je suis restée scotchée à mon livre. Je ne voulais pas le lâcher (même si je n’ai pas eu le choix!).

Les personnages et les interactions sociales entre eux sont intéressants: il existe différentes façons de voir la mission de faucheur, la méthode classique des « anciens » et une méthode plus « avant-gardiste », qui prend de plus en plus d’ampleur.  Il y a entre ces deux « idéal-types », tout un éventail de possibilité: du parangon de vertu au psychopathe qui adore tuer. Là encore, la vertu est différente selon les Faucheurs et les « mauvais » faucheurs ne le sont pas tous pour la même raison. J’apprécie qu’il y a autant de nuances, que ce soit parmi les antagonistes ou parmi les « gentils ».

Les héros sont très différents en apparence: Citra est la fille aînée, chérie par ses parents alors que Rowan est « l’enfant salade », celui qu’on oublie et qu’on néglige car on a déjà eu beaucoup d’autres enfants. Ils se rejoignent cependant sur leur sens moral. Ils détestent glaner, culpabilisent de choisir les cibles et font preuve de compassion envers les familles. On s’attache rapidement à eux, notamment grâce à l’alternance des points de vue. On a accès à leurs pensées, ce qui n’empêche pas de douter de l’un ou de l’autre par moment. Les personnages secondaires sont également bien construits, j’ai particulièrement apprécié Maître Faraday. Les antagonistes sont également bien réussis et manipulateurs à souhait.

L’univers de la Faucheuse, prenant et dérangeant, peut être qualifié de dystopie, mais je trouve qu’il se rapproche plus d’une utopie: une monde absolument parfait en apparence grâce à la technologie de Thunderhead, qui finit par dévoiler des failles et des travers liés à cette « perfection ». Le monde idéal, sans maladie, sans famine, sans crimes, est très rationnel et superficiel. Les hommes semblent perdre un peu de ce qu’ils sont quand ils n’ont plus peur de mourir et qu’ils ont l’éternité pour accomplir ce qu’ils souhaitent. Le désœuvrement de certains les conduit à rejoindre la seule religion qui existe encore: les tonistes, sorte d’amalgame des croyances des « Temps mortels » ou encore, comme le meilleur ami de Rowan, à sauter dans le vide et se faire ressusciter en boucle pour connaître le grand frisson.

Le thème du rapport à la mort est bien sur en filigrane dans le roman. L’Humanité a su se débarrasser de sa plus grande peur: la mort. Elle s’est cependant rendu vite compte qu’une régulation est nécessaire et a créé le Conseil des Faucheurs qui glane les vies selon des quotas rationnels. On comprend également que cette absence de danger dans la vie cause un certain affadissement, et parfois même une lassitude de la vie. Souhaitons-nous vraiment vivre éternellement? Si on est immortel, fait-on les choses avec autant d’intérêt, de passion ou d’engagement que si notre temps est limité?

Cela mène également à une réflexion plus profonde sur  ce qui fait de nous des êtres humains et sur l’intérêt général. Quelques uns meurent pour préserver la communauté, mais quelle est la limite du sacrifice exigible aux individus pour le bien-être général? Ce questionnement renvoie aux barrières que chacun se fixe, jusqu’à quel point peut-on obéir à un système qui va à l’encontre de nos convictions? Rowan et Citra vont devoir faire des choix qui définissent ce qu’ils décident d’être et résister à l’influence de ceux qui voudraient les modeler à leur image.

Ce livre est une très bonne découverte, terriblement addictive. J’ai hâte de découvrir  les livres suivants. La fin, attendue sans être trop prévisible, pourrait se suffire à elle-même, mais je suis très curieuse d’en connaître plus sur ce monde. De nombreux sujets n’ont été qu’effleurés (les tonistes, les relations internationales, Thunderhead,…) et ce « monde idéal » va probablement vaciller encore plus dans le futur. Vivement la suite! En plus, je pense que le film en cours de création peut être très réussi, croisons les doigts!

Coup de coeur!

Informations pratiques:
Paru en 2017 chez R-jeunes adultes, 504 pages (18.90€).
Premier tome d'une trilogie.
Existe en livre numérique (12.99€)
Publicités

14 thoughts on “La Faucheuse, Neal Shusterman”

    1. Promis pas de spoilers ! Tour ce que je dis, tu le sais dans le résumé du livre sur Babelio 😉 je n’ai abordé aucune des révélations ou intrigues du roman.
      J’essaie de faire très attention justement, mais si tu repères un spoil, n’hesites pas à me le signaler, je ne veux surtout pas gâcher le plaisir des gens. A quel moment de la chronique ressens tu ça ? Que je reformule ?

      Aimé par 1 personne

        1. Ah oui, c’est vrai que le résumé est assez laconique donc on peut croire que je révèle pas mal^^ en fait je donne des éléments​ du monde, je décris son fonctionnement, mais je ne parle pas de l’histoire !
          Je vais quand même relire encore pour traquer les éléments qui pourraient spoil!

          J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s