Chronique

Sorcières associées, Alex Evans

Résumé

Dans la cité millénaire de Jarta, la magie refait surface à tous les coins de rue. Les maisons closes sont tenues par des succubes, les cimetières grouillent de goules… Pour Tanit et Padmé, sorcières associées, le travail ne manque pas.

Mais voilà qu’un vampire sollicite leur aide après avoir été envoûté par un inconnu, tandis que d’étranges incidents surviennent dans une usine dont les ouvriers sont des zombies… Tanit et Padmé pensaient mener des enquêtes de routine, mais leurs découvertes vont les entraîner bien au-delà de ce qu’elles imaginaient. En effet, à Jarta, les créatures de l’ombre ne sont pas les plus dangereuses…

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Je l’ai acquis lors d’une promotion sur le site Emaginaire. Le monde me paraissait originale et amusant.

Mon avis:

A Jarta, le cabinet Amrithar et Murali propose toutes sortes de services comme des exorcismes, des envoûtements ou encore de chasser les créatures magiques qui se seraient installées trop près de chez vous comme les gremlins. Leur commerce a un franc succès: le retour du Pouvoir depuis une vingtaine d’années leur fournit pléthore de travail. Nos sorcières vivent dans un univers fantastique steampunk où la magie côtoie la technologie de pointe. Padmé, médecin efficace, stricte et droite est associée, dans leur cabinet de magiciennes, à Tanit, ancienne soldate extravertie, libre et fonceuse. Leurs caractères diamétralement opposés se complètent très bien. Respectivement Parassie et Nadinite, deux nations qui se sont déchirées dans plusieurs guerres sanglantes, elles vivent à Jarta, ville franche et cosmopolite où l’argent fait la loi. J’ai été séduite par ce monde original, malgré quelques éléments peu ragoûtant sur lesquels je reviendrais plus loin.

La narration à la première personne passe de l’une à l’autre, bien que leur personnalités soient très différentes, les pictogrammes à chaque changement sont vraiment appréciables. Le style est agréable et fluide, même si j’avoue que j’ai tiqué sur la toute première phrase. J’ai eu peur d’être gênée par la façon d’écrire, mais cette appréhension s’est très vite effacée et j’ai vraiment apprécié ma lecture. Les descriptions et explications quant à l’univers sont bien faite, même si on est un peu frustré d’en savoir si peu. L’auteur nous le fait découvrir petit à petit, mais avant tout par le prisme des vies des héroïnes, ce qui est par fois frustrant. Certains éléments ne sont évoqués qu’en surface et c’est bien dommage. J’aurais aimé en savoir beaucoup plus!

J’ai beaucoup aimé Tanit et Padmé. Elles sont très indépendantes et forment un duo qui fonctionne plutôt bien. Elles mènent chacune leurs enquêtes, presque policières, en les croisant parfois, chacune avec sa spécialité. On les suit avec plaisir,  même s’il y a un petit bémol personnel: toute une (longue) scène vraiment immonde. Encore et toujours mon problème avec le gore! Il y a également des zombies, mais ils ne sont pas du tout effrayants, ils ressemblent plus à des robots dans leur comportement qu’à des monstres. Les péripéties ne laissent pas le temps de s’ennuyer et on s’immerge bien dans le récit.

Les personnages secondaires sont par contre le point faible de ce livre. Ils sont en majorité très peu creusés. Ils sont présents pour par exemple remplir leur tache, comme Onésine le stagiaire ou Cassa la secrétaire, mais disparaissent totalement par moment. C’est cohérent avec une histoire à la première personne où les héroïnes savent que ce qu’elles voient ou entendent, mais c’est un peu perturbant. Ils ont assez peu de profondeur, et la frustration de tout à l’heure revient. J’aurai aimé en savoir plus sur la maquerelle succube, le club d’amis sorciers, le hiérophante,…

La liberté de mœurs de Jarta est intéressante. Chacun peut vivre ses croyances (sauf peut être celle des morts) et sa sexualité librement. Hommes ou femmes peuvent faire ce qu’ils veulent sans jugement extérieur. On comprend avec les souvenirs et les remarques de Padmé notamment, que ce n’est pas le cas partout dans cet univers. Sans la corruption et la criminalité, cette ville pourrait être très agréable à vivre! Un dernier point que j’ai trouvé chouette est la magie. Comme dans beaucoup de monde, on paye le prix de la magie, mais ici c’est le karma qui est impacté. Si on se sert de la magie pour tuer quelqu’un ou faire de la nécromancie, il y a un effet boomerang, plus ou moins à retardement.

Pour conclure, j’ai bien aimé cette histoire ainsi que l’univers très particulier que nous propose Alex Evans. La solution de l’enquête principal n’est pas une évidence et on s’amuse à suivre nos deux sorcières dans leurs investigations. Mon plaisir a été hélas diminué par la frustration de ne pas en savoir assez sur ce monde complexe et la superficialité de certains éléments. On effleure la géo-politique, le passé des héroïnes,  les croyances diverses et variées, sans jamais totalement les creuser. Je recommande cette histoire sympathique malgré tout et je vais aller découvrir les autres livres qui se déroulent dans cet univers dans l’espoir d’en découvrir un peu plus.

Informations pratiques:
Paru en auto-édition avant d'être édité par ActuSF en février 2017, 400 pages (18€).
One shot.
Existe en livre numérique (5.99€)
Publicités

13 thoughts on “Sorcières associées, Alex Evans”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s