Chronique

L’inconnue de Queen’s Gate

Résume:

A l’entresol du grand hôtel particulier londonien de la famille Hewes, Beth Huntly règne sur les fourneaux et trois servantes, d’une main aussi ferme que talentueuse. Un soir d’hiver apparemment comme les autres, alors qu’elle se rend au jardin pour, comme à son habitude, fumer discrètement un cigare, elle fait une macabre découverte : le corps d’une femme, inconnue, gît dans le labyrinthe, un poignard planté dans le cou. Très vite, les soupçons se portent sur le valet indien au service de Lord Hewes. Après tout, n’est-ce pas lui qui a offert l’arme du crime, un kriss malais, au maître de maison ? Mais Beth ne croit pas à la culpabilité de Rajiv – qu’elle connaît particulièrement bien puisqu’elle partage régulièrement avec lui l’exiguïté de sa petite chambre de domestique… La jeune femme au caractère volontaire est bien déterminée à découvrir qui a commis ce meurtre.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

J’ai flashé sur la couverture en me promenant dans un magasin d’occasion et mon père me l’a offert.

Mon avis:

Ce roman nous propose l’histoire de Beth, cuisinière remplaçante dans la maison de Lord Hewes, qui va se retrouver impliquée dans une enquête pour meurtre. On y découvrira les vilains secrets de ses patrons, tout comme les petits mensonges de chacun. Tout cela se déroule sur fond de lutte pour la condition féminine avec le combat des suffragettes anglaise.

Le personnage de Beth est très dégourdie, libérée pour son époque et maligne, malgré un complexe lié à son illettrisme. Elle veut sortir un jour de sa condition de servante et fait tout pour démontrer ses talents de cuisinière. Lorsque le meurtre d’une femme dans le jardin de son employeur risque de remettre en question ses plans d’avenir, elle décide de résoudre le mystère de la mort de « L’inconnue de Queen’s Gate ». Ravij, L’enquêteur Bent, Lilian, les Hewes ainsi que les autres protagonistes forment une chorale variée et plutôt intéressante. J’ai bien ressenti l’atmosphère à laquelle on s’attend d’une maison noble anglaise à la fin du XIXème siècle.

L’enquête en elle-même est bien menée, même s’il m’a manqué des éléments plus surprenants. On comprend assez rapidement les enjeux cachés du meurtre, sans que l’héroïne ne le sache, bien sûr. On se laisse porter par l’histoire en se posant des questions qui ont assez rapidement des réponses, au moins partielles. La conclusion est peut-être un peu précipitée, mais elle reste logique.

Le rythme est fluide grâce à de nombreux chapitres courts. Ils s’enchaînent très facilement et alternent les points de vue: Beth, les enquêteurs, des dandys mystérieux, une jeune femme dont on ne comprend le rôle que plus tard,… La narration à la première personne de Beth est donc entrecoupée de passage à la 3ème personne, où le narrateur nous présente des faits, qui, petit à petit apporte la clé du mystère.

Ce roman policier historique m’a fait passer un bon moment et m’a permis de m’endormir dans ma tente au Hellfest. Je lirais sûrement un jour les deux autres tomes existants des enquêtes de Beth Huntly. Ce n’est pas un coup de cœur, mais c’est un livre agréable et qui se lit vite: parfait pour l’été.

Informations pratiques:
Paru aux Editions Marabout en avril 2015, 286 pages (12.90€).
Premier tome d'une trilogie (pour le moment).
Existe en version numérique (8.99€)

 

Publicités

4 thoughts on “L’inconnue de Queen’s Gate”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s