Chronique

11 serpents, Philippe Saimbert

Résumé:

La terrible cousine Abeline, aussi riche qu’originale, convie amis et famille dans son domaine pour leur faire une étrange proposition. Elle leur propose un jeu où les participants devront se montrer drôles et machiavéliques.
Elle cédera la moitié de sa fortune à celui ou celle qui remportera le défi.
11 invités. 11 serpents. Le gagnant sera celui qui mordra le plus fort.

Coups de théâtres, scènes cocasses et parfois cruelles vont s’enchaîner jusqu’à l’incontournable twist final.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Après les critiques de Sai et Audrey, je suis aller me promener sur Amazon et j’ai remarqué que le livre numérique est très accessible. J’ai donc craqué 😀

Mon avis:

Les héritages sont souvent sources de problèmes et querelles familiales, mais après la lecture de cette histoire, croyez moi, vous ne verrez plus les disputes familiales du même œil! Pour rafler l’argent d’Abeline, les 11 serpents sont prêts à toutes les bassesses et coups de poignard dans le dos. Le héros, Philippe est un écrivain, un peu loser et pathétique sur les bords. Il va se retrouver face aux autres concurrents, sans pitié, dans cette course au magot originale et cynique.

Je me suis bien amusée à lire les péripéties et coups de théâtre orchestrés par les héritiers potentiels. Les plans de chacun sont à la fois drôles et méchant. Ils sont plus ou moins prévisibles, mais souvent d’une cruauté sans limite, ce qui m’a parfois mis mal à l’aise (le chat!). J’ai toujours eu du mal à rire du malheur des autres, même de protagonistes imaginaires (trop sensible).

Philippe fait plutôt pitié au début du roman: écrivain avec peu de succès, divorcé et déprimé. Il se laisse cependant tellement faire que j’ai fini par le trouver irritant. Il a un comportement qui donne envie de le gifler pour le réveiller: il se laisse marcher dessus par tout le monde, ricane avec la meute lors des machinations de ses concurrents et témoigne d’une naïveté rare alors qu’il connaît la nature des autres serpents.

Les protagonistes sont globalement assez caricaturaux, mais c’est pour servir la satyre et le propos ironique de l’histoire. J’avoue avoir tout de même grincé des dents face à certains des stéréotypes, autant pour les femmes que pour les hommes. On ne se refait pas! Aucun d’entre eux n’attire vraiment la sympathie et j’ai eu envie de les voir perdre. Cela donne un certain plaisir à voir certains d’entre eux se faire ridiculiser par les autres 😀

Je n’ai pas vu venir le twist annoncé, pas du tout. La révélation finale est surprenante et amusante, même si on aboutit à une fin attendue, au moins en partie. Je me suis faite rouler dans la farine par l’auteur et j’ai trouvé ça plutôt amusant. Son style est enjoué et théâtral, ce qui rend la lecture très fluide et rapide. J’ai beaucoup lu cette comparaison, mais elle est totalement justifiée: cette histoire ferai une parfaite pièce de théâtre.

Il y a malgré tout quelques points négatifs, et en particulier une manie du narrateur. Au delà des traits de personnalité de chacun qui sont rabâchés, il ponctue son récit de petites phrases pour nous prévenir que la suite va être terrible (« Nous ne le savions pas encore mais nous allions assister à une drôle de messe », »On ne devait pas tarder à s’en apercevoir »). C’est un procédé qui fonctionne bien pour faire monter le suspense, mais l’auteur en abuse tout au long du roman. C’est un peu agaçant à la longue.

Pour conclure, c’est un roman cynique amusant qui se lit très rapidement. La fin est très difficile à deviner et les machinations des protagonistes sont plutôt savoureuses. C’est un livre sans prise de tête  qui se joue la mesquinerie et de ce que l’appat du gain peut pousser les gens à faire. Si vous aimez l’humour noir et les machinations machiavéliques, ce livre est pour vous.

 

Informations pratiques:
Paru en novembre 2016 chez Philippe Salamagnou, 300 pages (9.99€).
Existe en format numérique (2.99€).

9 réflexions au sujet de “11 serpents, Philippe Saimbert”

  1. Ravie que tu te sois amusée avec cette ambiance déjantée et assez affreuse (brr, quelle famille !). C’est vrai que le chat… ^^
    Je n’avais pas spécialement fait attention avec ces annonces pour mettre le suspense. Mais en lisant « l’héritage de tata lucie », j’ai remarqué qu’il utilisait également ce procédé à outrance. Il est vrai que c’est lassant.
    Haha, ravie que la fin te soit tombée dessus aussi ! 😀 On ne s’y attend vraiment pas.

    Aimé par 1 personne

  2. Contente que le roman t’ait plu 🙂
    Je partage exactement les mêmes impressions que toi autant sur Philippe que les stéréotypes ou les effets d’annonce assez agaçants.
    Quant au pauvre chat, l’amoureuse des animaux en moi ne s’en est toujours pas remise.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s