Chronique

Je m’appelle Herschel Grynszpan, Morgan Poggioli

Résumé:

Herschel Grynszpan est plus qu’un simple fait divers du mois de novembre 1938 ; Herschel Grynszpan servit de prétexte au déclenchement dune des nuits les plus terribles dAllemagne, la Nuit de cristal ; Herschel Grynszpan personnifia le complot juif international aux yeux des plus hauts dignitaires nazis ; Herschel Grynszpan fut au cœur d’un procès dont la politique et la diplomatie pesèrent autant, voire plus, que le droit ; Herschel Grynspan fut le premier prisonnier livré par Vichy aux Allemands car, à bien des égards, il a pu être considéré comme le premier Résistant juif de France.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Je l’ai reçu grace à la Masse Critique de Babelio. Je les remercie, tout comme les éditions Le murmure, pour cette découverte.

Mon avis:

Cette auto-biographie (spoiler) fictive m’a complètement trompée. J’ai cru jusqu’à ce que l’auteur explique sa démarche qu’elle était réelle. Il a su redonner une voix à ce jeune homme de 19 ans, poursuivi pour avoir tué un diplomate nazi au nom des souffrances de son peuple.

Je ne connaissais pas Herschel Grynszpan, malgré le rôle involontaire qu’il a eu dans l’Histoire. Sa tentative de venger sa famille et les juifs allemands va mener à le Nuit de Cristal, terrible pogrom anti-juif qui eut lieu les 9-10 novembre 1938 en Allemagne. Il a marqué l’Histoire, mais probablement pas comme il l’avait espéré. Son nom n’est pas associé à la dénonciation des crimes contre les juifs, mais au déclenchement de répressions sans précédents, contre son peuple par le régime nazi.

Le style est bon et fluide. On est vraiment pris par ce témoignage laissé par un homme aux abois. Ses adieux semblent sincères, comme un dernier défi lancé aux allemands: la vérité politique de son crime ne sera pas étouffée et manipulée par la propagande nazie.

Ce mini-roman, ponctué de photographies, m’a vraiment plu et fait découvrir plus en détail un évènement historique bien connu du XXème siècle. Le parti pris par l’auteur dans les documents quant aux intentions d’Herschel est partagé notamment par Corinne Chaponnière (podcast très intéressant), même si sa mort est contestée par certains à cause d’une photo datant de 1946 où il aurait été identifié.

Morgan Poggioli étant historien, ses recherches sont, bien sur, impressionnantes et précises. Il explique qu’il publie avant tout des écrits scientifiques et non des romans. Je pense que c’est dommage, car ce premier essai est réussi. Il a su mêler recherches historiques sérieuses avec la touche d’inventivité nécessaire à un roman pour un résultat crédible et intéressant. Aimant particulièrement l’Histoire, je ne peux qu’apprécier. Il m’a fait découvrir ce personnage sur lequel je me suis, du coup, renseignée. J’ai donc non seulement passé un bon moment de lecture, mais je me suis aussi instruite.

Informations pratiques:
Paru aux éditions Le murmure le 13 juillet 2017, 100 pages (15€).
Premier roman de Morgan Poggioli.

6 réflexions au sujet de “Je m’appelle Herschel Grynszpan, Morgan Poggioli”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s