Chronique

Young Elites, tome 1 et 2, Marie Lu

Résumé:

« Je ne veux plus qu’on me blesse, qu’on m’utilise et qu’on me rejette. »

Adelina a survécu à l’épidémie qui a ravagé son pays.
D’autres enfants, comme elle, ont survécu, la maladie laissant sur leur corps d?étranges marques. Les cheveux d’Adelina sont passés de noir à argenté, ses cils sont devenus blancs et une cicatrice barre la moitié gauche de son visage. Son père voit en elle une malfetto, une abomination, une disgrâce pour son nom et sa famille, synonyme de malédiction. Mais la rumeur dit que les survivants ont gagné davantage que des cicatrices : ils auraient acquis de mystérieux super-pouvoirs. Et, bien que leur identité demeure secrète, ces survivants ont déjà un nom : les Elites.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

La synopsis me tentait bien, malgré le fait que je n’ai pas spécialement aimé la première série de l’auteure. Je n’ai pas totalement été convaincue lors de ma lecture, mais lors que la dernière Opération Bragelonne, j’ai pris le 2 et le 3 pour retenter.

Mon avis:

Adelina est une jeune femme marquée. Elle a perdu un œil lors de la terrible épidémie qui a ravagé le monde et ses cheveux ont pris une teinte grise. Elle a ainsi perdu toute valeur aux yeux de son père qui la traite comme une moins que rien et chérit sa petite sœur Violetta, si jolie. Les malfettos comme elle aurait parfois des capacités extraordinaires, ils sont surnommés les « Young Elites ». Cependant, la seul chose que la jeune fille voudrait, c’est être aimée de son père pour elle et non pour un hypothétique pouvoir qui lui donnerait de la valeur…

Je trouvais, et je le pense toujours, l’idée plutôt bonne. L’apparition d’une caste rejetée suite à une épidémie avec des effets secondaires créant des pouvoirs n’est pourtant pas vraiment une nouveauté. L’innovation se porte que le fait que l’héroïne n’est pas une gentille fille qui va apprendre à se battre et défendre ses droits. Elle a un coté très sombre qui la ronge et fait partie intégrante de sa personnalité. Les traumatismes de son enfance vont influencer ses décisions, souvent dans le mauvais sens. L’auteure a essayé de marier littérature Jeunes Adultes et dark fantasy. Sur le papier c’est le genre de chose que je peux adorer. Hélas, le but n’a pas été atteint pour moi.

Adelina est un personnage torturé qui veut faire le bien, mais finit souvent par prendre des décisions qui causent des dégâts aussi bien à ses alliés qu’à ses ennemis. Cependant, son trait principal est le nombrilisme. Elle ne prend ses décisions que par rapport à elle, même quand c’est pour sauver quelqu’un. C’est logique vu son passé et le monde violent dans lequel elle vit. Petit à petit pourtant, son comportement a fini par m’agacer prodigieusement. Elle est immature et ses atermoiements sont insupportables. Ce qui est aurait pu devenir un questionnement intéressant quand aux loyautés de chacun, une paranoïa grandissante due au contexte invivable ou une méfiance maladive justifiée par la maltraitance subie, devient une hésitation permanente saupoudrée d’états d’âme de midinette et de « c’est pas ma faute, mais si, mais non, mais si,… ». C’est simple, arrivé au trois quart du livre, je ne pouvais plus la supporter.

La relation entre les sœurs est, par contre, très bien construite. Les tensions et l’amour qu’elles ressentent l’une pour l’autre sont compliqués. Il y a de nombreux flash-backs pour bien montrer la force de leurs liens et dans la dernière partie du livre, cela se complexifie encore.

Adelina va croiser les Dagues, groupes de malfettos possédant des pouvoirs, composé en particulier d’Enzo, leur leader, et Raffaele. Ce sont les deux seuls qui ont retenu mon attention. Le personnage de Raffaele est vraiment intéressant, plus que l’héroïne elle-même. Il est ambivalent et complexe. Il mène une vie de choix difficiles avec des décisions très discutables par moment. Par contre, Enzo est assez creux dans le genre prince charmant torturé et sombre. Chef d’un mouvement de résistance extrêmement bien caché, qui tombe amoureux en un instant à cause d’une ressemblance de la première venue. L’antagoniste principal, Teren est très méchant et très cruel. Il se dégoûte et le fait payer aux malfettos. Son lien très fort avec la reine et sa position d’Inquisiteur lui permettent d’atteindre son but.

Les péripéties s’enchaînent assez bien pour que l’on ne s’ennuie pas. Cependant, j’ai trouvé que les rebondissements étaient assez prévisibles. L’univers est assez simple, ce tome n’en étant que l’introduction. Il n’y a pas vraiment de gentils, même si l’auteure nous fait ressenti beaucoup plus d’empathie pour les rebelles

La fin est intéressante, mais beaucoup trop attendue. Je précise que je n’avais pas fini le livre la première fois, non pas car je détestais, mais parce que cela m’arrive parfois de faire une pause et de complètement oublier de reprendre.

Malgré tout ces éléments, j’ai voulu continuer. J’avais acheté le tome 2 pour donner une seconde chance à cette série, je devais donc au moins essayer. Hélas, ma lecture a été encore plus décevante. J’ai donc décidé d’abandonner ma lecture et de me spoiler la fin du 3, car j’ai toujours besoin de savoir comment cela fini.  Si vous n’avez pas lu le tome 1 merci de stopper votre lecture ici.

Je vais rapidement expliquer mon abandon (j’ai lu 35% du livre environ). On retrouve les sœurs qui fuient à la fois les Dagues et Teren. Adelina veut créer son propre groupe d’Elites pour revenir se battre. Ses pouvoirs gagnent en puissance et la dépassent. Elle est également rongée par la culpabilité, ce qui va profondément influencer ses pouvoirs.

Elle devient la victime de son don et veut se venger du mal qu’on lui a fait. Elle sait qu’elle a fait des erreurs, mais ne pardonne pas à ses anciens amis leur trahison suite à sa propre trahison. Elle est responsable de ce qui lui est arrivé car elle a échoué en tuant celui qu’elle aime, mais c’est la faute de ses pouvoirs. Pourtant, elle se sens coupable et va déchaîner sa violence,… Vous avez l’impression de tourner en rond? C’est ce que j’ai ressenti en permanence. L’héroïne avance de deux pas pour en faire un en arrière. Aucun des nouveaux personnages ou la relation entre Violetta et Adelina n’ont pu compenser cela. Je trouve que le concept est bon, mais qu’il est mal réalisé. De plus, j’ai trouvé que les péripéties et rebondissements manquaient de subtilité et c’est bien dommage.

Tant pis pour moi, cela fait une série que je ne finirai jamais. Malgré de bonnes idées, il y a beaucoup trop d’éléments qui m’ont soit agacée, soit fait lever les yeux au ciel.

Informations pratiques:
Publié chez Castlemore en juin 2015, 320 pages (16.90€)
Pemier tome d'une trilogie, intégralement publiée.
Existe en poche (6.90€) et en livre numérique (9.99€)

15 réflexions au sujet de “Young Elites, tome 1 et 2, Marie Lu”

  1. Le tome 2 était médiocre mais c’est dommage d’arrêter car j’ai trouvé le tome 3 au dessus des deux précédents. La psychologie des personnages et surtout d’Adelina devenait encore plus complexe et c’était un vrai régal, surtout si on aime les anti héros!
    Mais je comprends, j’ai eu du mal avec le deuxième tome aussi et le 1 ne m’avait pas non plus super fort emballée!

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai que c’est dommage, mais devoir attendre le tome 3 pour apprécier une série… déjà pour une série avec beaucoup de tomes c’est trop, alors pour une trilogie, je passe mon tour ^^
      Avant je ne savais pas abandonner une série et j’espérais toujours une amélioration. Je ne suis infligée 9 tomes d’une série qui au meilleur de son histoire est très moyenne, et au final je n’ai vraiment pas aimé. Du coup, je préfère arrêter les frais plus rapidement et me concentrer sur d’autres livres sur j’ai très envie de lire 😉
      J’aime beaucoup les anti-héros, du coup je suis encore plus déçue. L’idée de base est vraiment bonne, mais la réalisation pêche. Je crois que cette auteure n’est pas faite pour moi 😉

      J'aime

  2. Tu me rassures un peu : j’ai essayé plusieurs fois de me plonger dans les romans de Marie Lu, mais rien à faire à chaque fois je me lasse et j’abandonne au bout de quelques chapitres…

    Vu ton avis sur ce tome 1 et la suite, j’abandonne sans aucun remord ! Ce n’est définitivement pas pour moi

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s