Chronique

Nom de code: Verity, Elizabeth Wein

Résumé:

Je dirai toute la vérité.

Je n’ai plus que deux semaines à vivre. Après, vous m’exécuterez.

Car la mort est le sort que les nazis réservent à leurs ennemis, n’est-ce pas ? Et j’ai été prise en flagrant délit d’espionnage… Je n’ai pas d’autre choix que de livrer tout ce que je sais. Je ferai tout, absolument tout pour éviter un nouvel interrogatoire du capitaine SS von Linden.

Tout a commencé le jour où j’ai rencontré mon amie Maddie. C’est elle, le pilote qui m’a conduite jusqu’ici. Folles que nous étions, nous avons tenté d’envahir la France à nous deux.

Nous formions alors une équipe du tonnerre.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Cela faisait quelques temps qu’Hailey in Bookland mentionnait ce livre comme un de ses préférés et il m’intriguait. Quand je l’ai vu dans la sélection de la Grosse OP Bragelonne 2018, je l’ai acheté sans même y réfléchir et je l’ai lu dans la foulée.

Résumé:

« Embrassez-moi, Hardy! »

Cette chronique va être brève, non pas car je ne sais pas quoi dire, mais parce que je pense qu’il faut en savoir le moins possible avant d’entrer dans cette histoire. Méfiez vous des chroniques gâchant des retournements de situations qui font la qualité de ce récit. J’en lu plusieurs sur ce livre qui sous couvert de décrire l’histoire spoilent des éléments importants. Heureusement pour moi, ces commentaires furent lus après ma lecture.

Cette histoire commence sous la forme d’une confession. Une jeune femme prisonnière de la Gestapo et durement torturée rédige des aveux détaillées. Elle y raconte en particulier sa rencontre avec son amie Maddie, pilote anglaise.

J’ai eu quelques difficultés à entrer dans l’histoire en grande partie car c’est bien réalisé. Le récit est un peu lent et parfois incohérent: nous sommes dans la tête d’une prisonnière horriblement torturée par les nazis, qui vend ce qu’elle sait afin d’échapper à une nouvelle séance. L’autrice nous fait ressentir la douleur de la jeune femme, mais aussi son courage. Elle a beau se qualifier de lâche, je l’ai admiré pour sa ténacité et sa détermination.

Cette première partie m’a émue et j’appréciais ma lecture malgré quelques longueurs. Puis, est venue le seconde partie et je me suis pris une claque magistrale. Le suspense, l’amitié entre les jeunes femmes, le courage de la Résistance et la complexité des personnages m’ont brisée en mille morceaux.

Je ne veux pas trop vous détailler les autres protagonistes, mais sachez que cet univers n’est pas manichéen: chacun a sa part d’ombre et de courage. Je me suis attachée à un grand nombre d’entre eux et j’ai eu du mal à les quitter.

J’ai été émue aux larmes en public, ce que je contrôle plutôt bien habituellement. Cette histoire est totalement inventée, mais à aucun moment je n’ai mis en doute sa crédibilité. Il y a probablement des inexactitudes, mais le récit vous prend tellement aux tripes que vous ne les voyez pas.

J’adore, ce livre m’a donné une gueule de bois littéraire dingue et rien que d’y repenser, je sens les émotions contradictoires qui m’ont saisie revenir.

Ce roman historique m’a bouleversée et prise aux tripes. C’est un récit d’amitié, de courage et de résilience. Je ne sais que rajouter, je le recommande vraiment et j’espère qu’il vous touchera autant que moi si vous tentez le voyage.

Coup de cœur

Informations pratiques:
Titre original: Code Name Verity
Publié en France par Castelmore en août 2014, 448 pages (16.90€)
Premier tome d'une duologie.
Existe en livre numérique.
Publicités

12 réflexions au sujet de “Nom de code: Verity, Elizabeth Wein”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s