Chronique

Succubues Blues #1, Richelle Mead

Résume:

Georgina Kincaid est succube. A priori un choix de carrière plutôt sympa : la jeunesse éternelle, l’apparence de son choix et des hommes prêts à tout pour un simple effleurement. Pourtant, sa vie n’est pas si glamour : pas moyen de décrocher un rencard sans mettre en péril l’âme de l’heureux élu. Heureusement son travail en librairie la passionne. Mais pour l’heure, Georgina est propulsée au coeur de la tourmente, et ses sortilèges sexy et sa langue bien pendue ne lui seront d’aucun secours.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

La Grosse OP de Bragelonne est passée par là et je me tâtais depuis très longtemps à me lancer dans cette série. Apparemment l’été est la saison où je suis la plus attirée par la bit-lit.

Mon avis:

Georgina est donc un succube: elle se nourrit de la force vitale des humains qu’elle absorbe lors d’actes sexuels. Elle est belle et désirée par tous, mais elle n’est pas pleinement heureuse. Pleine de remords, les seuls hommes avec qui elle accepte de coucher sont des minables et des délinquants. Sa vie va prendre un tournant plus compliqué lorsque des immortels se font assassiner dans son entourage juste après s’être disputé avec elle….

Georgina m’a fait passer par de nombreuses émotions. J’ai trouvé qu’elle avait par moment des messages positifs sur les femmes et le fait qu’elles aient le droit d’avoir la sexualité qu’elles désiraient sans être jugées. Elle est également amusante et impertinente à souhait avec son patron démon. Cependant, ses réactions m’ont également rendue folle par moment, en particulier quand certains dragueurs insistent vraiment lourdement: elle finit par trouver ça mignon. Je vous avoue que cela m’a fait sortir de mes gonds! De plus, elle passe son temps à éviter de blesser les gentils garçons, mais ne peut s’empêcher de les rappeler pour un café ou autre. Son instinct démoniaque? Son cœur d’artichaut? L’un ou l’autre le résultat est assez horripilant.

Un personnage en particulier est vraiment odieux et a un comportement harceleur. Ce n’est pas vraiment souligné et accepté comme de la drague insistante car Georgina est un succube. Autant vous dire que je n’ai pas adhéré et pris en grippe rapidement le petit monsieur. Ce genre de message qui sous-entend que les femmes qui disent non veulent en faite dire oui m’est insupportable. C’était sur ma liseuse alors je ne l’ai pas balancée à travers la pièce, mais l’envie ne m’a pas manquée.

Les autres personnages masculins sont plutôt sympathiques avec les meilleurs amis vampires gay qui incarne un cliché, mais heureusement ne tombent pas dans la caricatures, le pote démon méchant mais sympa au fond et le boss archidémon autoritaire, mais pas mauvais. Enfin, l’écrivain favori introverti et maladroit est assez mignon et attendrissant, même si par moment on a envie de lui remonter les bretelles.

Notre héroïne travaille dans une librairie et durant une grande partir de l’intrigue, va devoir jongler entre sa vie de succube et sa vie « normale ». Cacher sa véritable identité et mener l’enquête (qu’on lui a interdit de mener) sur les meurtres nous propose des situations assez cocasses et un univers fantastique agréable.

Cependant, nous arrivons au cœur du problème, au delà des comportements toxiques de certains protagonistes: j’ai su qui était le « vilain » dès le début. J’espérais vraiment que ce ne soit pas ce personnage, mais au moment de la révélation, j’ai levé les yeux au ciel. Je m’attendais à une histoire légère et amusante, avec une enquête fun et je n’ai pas fait d’effort pour deviner. J’ai eu tellement l’impression que c’était tellement évident que cela m’a gâché le plaisir, déjà entaché par les problèmes cités précédemment. J’ai presque tout deviné, bien trop tôt.

Il y a également une scène sexy, vu le sujet je m’en doutais, mais ce n’est vraiment pas mon truc. Je peux aller au-delà, mais vu le contexte de cette scène et les autres défauts que j’avais relevé arrivé  à ce point, ça m’a agacé.

J’ai trouvé ce livre très moyen, avec un message sur les femmes qui se veut positif mais qui est brouillé par plusieurs éléments problématiques. De plus, l’intrigue est trop simple à mes yeux, ce qui ne rattrape pas les autres défauts du livre. Cette série sera  facilement oubliée et je ne pense pas la continuer.

Informations pratiques:
Publié par Milady en juin 2011, 512 apges, poche (8.00€)
Premier tome d'une série de 6 livres.
Existe en livre numérique (5.99€)
Publicités

12 réflexions au sujet de “Succubues Blues #1, Richelle Mead”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s