Chronique, Mini-chronique

Mini-chroniques n°7: Spéciales Codex Alera, Jim Butcher

J’ai acquis ces trois romans lors de l’OP Bragelonne de fin 2017. Ayant apprécié les dossiers Dresden du même auteur, j’ai voulu en découvrir plus! N’oublier pas de vous arrêter à mon avis sur le tome 1 et de sauter à la conclusion pour ne pas vous spoiler la suite, les synopsis des suivants vous gâcherait un peu la surprise 🙂

Les furies de Calderon, Tome 1

livre-les-furies-de-calderon-378

Le sort du royaume repose sur les épaules d’un garçon qui n’a aucun pouvoir…

Depuis mille ans, les habitants d’Aléra repoussent les peuplades sanguinaires qui rançonnent le monde en usant de leur relation particulière avec les furies – les forces élémentaires de la terre, de l’air, du feu, de l’eau, du bois et du métal. Mais dans la lointaine vallée de Calderon, Tavi ne maîtrise encore aucun élément, à son grand désespoir. À quinze ans, il n’a toujours pas de furie du vent pour l’aider à voler, ou de furie du feu pour allumer ses lampes.
Pourtant, lorsque les féroces Marats font leur retour dans la vallée, le courage et l’ingéniosité de Tavi vont se révéler une force bien plus cruciale que n’importe quelle furie. Une force qui pourrait lui permettre d’altérer le cours de la guerre…

Le récit nous fait suivre deux points de vue principaux: Amara, Curseur du premier duc qui fuit un ennemi intime tout en cherchant des informations sur un complot contre son maître dans la vallée de Calderon et Tavi, jeune homme sans furie, un handicap unique en son genre, qui vit chez son oncle Bernard, Exploitant agricole dans cette même vallée. Ils vont devoir faire face à une menace terrible pour Alera…

J’ai adoré le personnage d’Amara, jeune femme puissante, intelligente et débrouillarde. Elle peut être un peu arrogante face à l’inconnu, mais connaît ses forces et faiblesses. Elle se bat pour ses valeurs et donnerait sa vie pour sa patrie. Tavi quant à lui est un ado timide qui manque de confiance en lui, en particulier à cause de son absence de furie, malgré son âge. Il peut être assez agaçant et un peu trop centré sur son nombril, mais il évolue et apprend au fil de ses aventures. Ce personnage sans pouvoir est un peu l’anti « héros prophétique ». Il n’est pas du tout l’élu, mais reste particulier dans sa volonté de réussir malgré tout: son courage et son intelligence vont faire plus que la puissance magique de certains. J’ai également particulièrement apprécié Bernard et Isana, oncle et tante (ils sont frère et sœur) de Tavi. Si j’ai tant apprécié les différents protagonistes de ce récit, c’est parce qu’ils sont crédibles. On ne peut les résumer à deux traits de caractères.

Tavi se fait moucher régulièrement, en particulier pour son sexisme, ce qui lui permet d’évoluer et d’apprendre. J’ai apprécié la façon dont la masculinité et le sexisme sont abordés. Les hommes ont des comportements toxiques ou sous-entendent que les femmes sont moins fortes ou méritantes, mais les protagonistes féminins leur démontrent le contraire dans les grandes largeurs. Petit exemple quand il essaie d’expliquer son sexisme à une femme d’un autre peuple (je voudrais vous mettre toute la conversation, mais elle dévoilerait beaucoup trop d’éléments):

« – Je ne sais pas comme t’expliquer. C’est juste que… Chez nous, on ne traite pas les femmes de la même facon que les hommes.
– C’est ridicule […] »

La mise en place du récit et la présentation des personnages m’ont totalement emballée. L’exposition en fantasy est cruciale et c’est facile de la rater. Pourtant Jim Butcher m’a totalement transportée en Aléra, avec ses espèces différentes, sa magie et ses complots. Cet univers inspiré de la Rome antique avec une touche médiévale fantastique est vraiment prenant.

Ce roman m’a également séduite grâce au système de magie assez unique: chaque aléréens peut contrôler avec plus ou moins de puissances les éléments (terre, air, feu, eau, bois et métal) grâce à sa ou ses furies. Certains sont spécialisés et très puissants dans un élément en particulier et peuvent devenir des chevaliers au service du Premier Duc ou utiliser leur talent pour exercer leur profession.

Étant un premier tome, il y a peu de révélations fracassantes, mais j’ai senti que l’auteur semait des éléments ci et là qui sous-entendent des développements futurs intéressants. Je ne les ai d’ailleurs sûrement pas tous identifiés. Il y a beaucoup d’actions avec une succession de points de vue qui donnent un bon rythme.

La fin conclu cette première aventure et permet de s’arrêter là si l’univers n’emballe pas plus que cela. Comme vous avez pu le remarquer, j’ai vraiment apprécié ma lecture et j’ai d’ailleurs enchaîné sur la suite.

La furie de l’Academ, Tome 2

codex-alera-tome-2-les-furies-de-l-academ-163168-264-432

Depuis des siècles, les habitants d’Aléra s’aident des furies – les forces élémentaires de la terre, de l’air, du feu, de l’eau, du bois et du métal – pour protéger leur monde des agressions.
Mais nulle furie ne peut les sauver des dangers qui les menacent de l’intérieur. Une mystérieuse attaque venue de par-delà l’océan a affaibli le Premier Duc. S’il perd le trône, une sanglante guerre civile sera inévitable. La responsabilité de parer les tentatives d’assassinat et les trahisons au sein du cercle d’espions du Premier Duc retombe sur les épaules de Tavi, le seul homme dépourvu de furies…

Ce second tome développe énormément l’univers d’Alera avec la découverte de nouveaux lieux, nouvelles espèces, d’éléments historiques, sociaux et sociétaux. Un très bon pour car les univers de fantasy creusés et complexes font partie des éléments que je préfère retrouver dans un roman. J’ai également adoré retrouver les personnages centraux auxquels je me suis encore plus attachée dans ce tome: Tavi, Amara, Bernard, Isana ou Ombre.  La rencontre avec les petits nouveaux tels que Seraï, Max, Erhen, Gaïus Sextus, Killian ou encore Sire Miles m’a enchanté.

La place des femmes est toujours importante et devient même un enjeu central dans ce récit. La société aleréenne est sexiste mais le changement est en marche. Cela ne se fait pas sans heurts et remarques dubitatives, ce qui est très réaliste, mais le message est bien là.

Ce second tome a quelques longueurs, mais le suspense monte petit à petit et je me suis bien laissée entraînée. Il y a beaucoup de tension avec de nombreux complots politiques, bien plus que dans premier, car l’action se situe en grande partie dans la capitale d’Aléra. Cependant, nos héros font face à un ennemi violent et sans aucune pitié, ce qui apporte son lot de batailles sanglantes et désespérée.

L’auteur joue avec nos nerfs en présentant d’un côté une situation catastrophique extrêmement périlleuse pour tous les peuples d’Aléra, avec un messager qui doit à tout prix entrer en contact avec le Premier Duc pour le prévenir du danger et de l’autre les rouages d’une administration qui s’enrayent facilement, empêchant la transmission correcte du message.

La relation entre Bernard et Amara m’a beaucoup plu tout comme les liens entres Tavi et ses amis, en particulier Kitaï et Max.

Les révélations finales vraiment bien amenées:  elles concluent cette histoire, mais introduisent de nouveaux éléments pour la suite. C’est vraiment une série comme je les aime avec des histoires cohérentes à chaque tome. Ils ont tous une utilité, ce ne sont pas juste un pont entre les étapes de la plus grande histoire: croisons les doigts que cela continue!

La furie du Curseur, Tome 3

Honnêtement, mon amour pour cette série grandit à chaque tome. Au fil des livres, le monde se développe de plus en plus, prend en profondeur et devient encore plus fascinant. De nombreuses révélations éclaircissent les évènements et les liens entre les personnages. Je suis vraiment emballée par ce 3ème tome et j’ai besoin de toute ma retenue pour ne pas acheter tout de suite le quatrième.

Le récit nous offre une bataille dingue qui dure plusieurs chapitres. Cela pourrait paraître ennuyant, mais je suis restée scotchée, effrayée à l’idée de ce qui pourrait arriver à nos personnages et impatiente de connaître la prochaine stratégie mise en place.

J’aime (toujours) énormément les personnages avec un gros coup de cœur pour Kitaï dans ce tome. Ils ne sont pas parfaits, ce qui les rend encore plus attachants. Ils ont tous évolué et font face à de nouveaux défis.

Ce récit passe un message très positif sur la masculinité, les différences et la nécessité de comprendre autrui dans un monde où les cultures peuvent être radicalement différentes les unes des autres.

« Mais il y aura toujours des imbéciles pour croire que si un homme n’apprécie pas la violence et fait tout pour l’éviter, c’est un signe de faiblesse et de vulnérabilité »

Ce tome nous offres des manœuvres politiques passionnantes,des batailles épiques, des opérations secrètes et des relations amicales/amoureuses bien construites. On pense avoir tout compris quand des retournements de situation imprévus viennent tout chambouler. De nombreuses révélations sont à l’ordre du jour et le prochain opus promet des bouleversements importants pour nos personnages.

Conclusion:

Cette série est devenue un coup de cœur en 3 tomes, qui chacun approfondissent de plus en plus l’univers (que j’adore) et les personnages (que j’adore aussi). Je reconnais bien le style de Jim Butcher vu que c’est un élément qui m’avait déjà beaucoup plu dans les Dossiers Dresden.

L’auteur nous fait découvrir des détails de son monde petit à petit, nous donne des indices qui paraissent anodins avant de les utiliser dans les tomes suivants. Sa façon de construire son récit me fait penser à des cercles concentriques de plus en plus grands parsemés d’autres plus petits qui se recoupent (un peu comme une rosace). On ne peut prendre sa mesure et l’apprécier pleinement qu’une fois le dessin fini. Cette cohérence de l’univers est le signe d’une bonne série de fantasy à mes yeux.

De plus, le message sur la place des femmes et sur la masculinité ont achevé de me convaincre. Je veux lire la suite, qui heureusement est intégralement traduite!

Coup de coeur

12 réflexions au sujet de “Mini-chroniques n°7: Spéciales Codex Alera, Jim Butcher”

  1. Je me suis procuré le tome 1 lors de la Grosse OP numérique Bragelonne de cette année. Ton résumé me convainc que j’ai fait un bon achat. J’ai tellement lu de bonnes critiques sur cette série que j’étais vraiment intrigué. Merci pour ce retour 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai beaucoup aimé les Dossier Dresden ( lu 5 tomes), j’aime encore plus cette série là. C’est très différent car Dresden est une série d’Urban fantasy, ici on est sur de la High fantasy 🙂 Mais même en n’ayant lu que ces 2 saga, je trouve qu’on reconnait une patte de l’auteur!

      J'aime

    1. Cool, objectif atteint^^
      J’espère qu’il te plaira autant en effet et que ton chéri aimera le tome 3, il est assez intense!
      J’ai failli acheter les 3 suivants cet après midi à la Fnac mais j’ai resisté^^ Même avec le temps qui passe, j’aime toujours autant cet univers 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s