Chronique

Totem, Sonia Baldé

Résumé:

Nohs, terre de 44 royaumes qui vivent en paix depuis 1500 ans. Son secret ? Les totems, animaux liés aux souverains, qui protègent chaque royaume et lui accordent la prospérité. Si un territoire perd son totem, il est immédiatement rattaché à son voisin le plus proche. C’est le système totémal, la clé de cette paix ininterrompue.
Mais l’équilibre de Nohs bascule lorsque le roi Mani de Barun meurt. En effet, son successeur, pour montrer à tous sa valeur, doit triompher des défis du pouvoir, trois épreuves à relever devant Nohs pour faire la démonstration des pouvoirs du totem.
Or, rien ne se passe comme prévu et les épreuves se révèlent dissimuler une menace mortelle.
Qui se cache derrière ces attaques et met ainsi tout Nohs en danger ? Ce sera à la jeune Héza, précipitée au coeur des événements malgré elle, de le découvrir quoiqu’il lui en coûte. Et elle devra faire vite, car certains ne semblent pas vouloir que les défis arrivent à leur terme.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Librinova m’a contactée pour me proposer la lecture de ce roman en août et le résumé m’a intriguée 🙂

Mon avis:

Nous sommes donc transportés à Nohs, territoire divisé en 44 pays pacifiques. A l’origine, chacun avait un totem lié à son roi, mais petit à petit de nombreux royaumes ont perdu ce pouvoir et ont été rattaché au totémat le plus proche. Il reste aujourd’hui 6 totems dont celui de Barun qui vient de perdre son roi. Son successeur est révélé après sa mort grâce à une cérémonie traditionnelle révélant le choix effectué par le totem parmi les princes. Héza, princesse et narratrice de notre récit, attends avec angoisse de savoir lequel de ses 3 frères sera nommé: Son frère aîné, née de la première femme du roi, n’apprécie que peu ses demi-frères et sœurs,….

J’ai été un peu déstabilisée par le style  pendant les premières pages, mais je m’y suis rapidement fait. Les narrateurs à la première personne ne sont pas très courant dans mes lectures et j’ai donc du m’ajuster à la « voix » d’Héza, notre héroïne.

J’ai eu quelques difficultés à retenir les noms des protagonistes car le personnage principal est le plus « vivant ». La narration permet de comprendre les angoisses et doutes de l’héroïne tout en restant un peu à distance des autres personnages. La famille de Héza est, par exemple, assez peu présente, mais ses frères ont malgré tout des caractéristiques clairs et distincts. De plus, le récit ne se déroule que sur un peu plus d’un mois et certains personnages ne font que passer à cause du tourbillon infernal dans lequel Héza est emportée. Cela ne m’a donc pas vraiment dérangée.

Heza est une héroïne qui évolue beaucoup au cours du récit. Elle prend confiance en elle et en ses capacités alors que la majorité de son entourage la regarde de haut. Elle va apprendre rapidement ce qui nous permet d’assister à son éclosion. J’aime les protagonistes qui connaissent une réelle évolution et agissent pour faire avancer leur histoire. La princesse subissait totalement sa vie sans vraiment prendre de décisions. Les évènements qui suivent la mort de son père vont lui apprendre qu’elle a le droit d’assumer sa place et que pour s’en sortir, elle doit faire ses propres choix, quitte à défier ceux à qui on lui a appris à obéir depuis toujours.

Le système des totems et des forêts totémiques est vraiment bien construit. L’inspiration mythologique africaine mêlée de fantasy donne un résultat saisissant.  J’ai été vraiment séduite par la magie et l’ambiance de cet univers. Galim, le totem de Barun est un personnage que j’ai adoré: son message et sa vision du monde sont vraiment intéressants. La communication entre la nature de l’Homme pointe vers un sujet d’actualité brûlant: la protection de cette dernière et l’incapacité de l’être humain à prendre conscience de ses erreurs. Les humains de ce monde ont perdu le lien avec elle et se reposent sur de faux-semblants tout en la détruisant: cela rappelle hélas notre réalité.

Le début est tout de même un peu long: l’héroïne suit des cours pour apprendre l’histoire de son peuple et des mythes. Cela donne beaucoup d’informations d’un coup à avaler et le procédé d’exposition est un peu « facile ». Il est plutôt bien intégré, mais ralentis un peu l’histoire.

Les différentes révélations au fil du récit sont bien amenées et apportent des développements fascinants au monde et aux personnages. Elles permettent également de susciter une réflexion sur le pouvoir, les manipulations politiques ou encore la raison d’état. Il y a également un questionnement sur la justification des actions par leur objectif: Quelles limites poser? Peut-on tout accepter pour le bien commun?

Ce roman m’a beaucoup surprise car il est parti dans une direction à laquelle je ne m’attendais vraiment pas. Il m’a fait réfléchir et je me suis totalement plongée dans l’histoire. L’imagination et la plume de l’autrice m’ont emportée à Nohs et j’espère qu’elle offrira une suite aux aventures d’Héza qui ne font que commencer! Si vous aimez la fantasy et les mythes africains, je vous recommande cette lecture étonnante et prenante.

Informations pratiques:
Publié en auto-édition par Librinova en juillet 2018.
Existe en livre numérique (0.99E)

 

Publicités

1 réflexion au sujet de “Totem, Sonia Baldé”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s