Chronique

Mademoiselle Mengele, Viola Stern Fisherova et Veronika Homolova Tothova

Résumé:

Mademoiselle Mengele… Pourquoi ce nom ? Les jeunes femmes choisies par le monstre d’Auschwitz lors de leur arrivée au camp étaient appelées « les filles de Mengele ». Elle a 20 ans quand la Seconde Guerre mondiale et le nazisme broient sa famille et son existence. Elle saura pourtant surmonter l’indicible. Au soir de sa vie, elle s’est confiée et a raconté son histoire, telle qu’elle demeurait dans ses souvenirs.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Je l’ai obtenu dans le cadre de mon partenariat avec la maison d’édition De Borée. Après avoir lu il y a quelques temps La Disparition de Josef Mengele, j’ai remarqué dans le catalogue qu’on me proposait ce témoignage. Je voulais pouvoir me souvenir du nom d’une des survivantes autant que du nom de ce déchet humain. Je savais que ce serai une lecture éprouvante, mais elle me semblait importante.

Mon avis:

Je vais commencer cette chronique en disant que je ne recommande pas à tout le monde ce livre. Malgré le besoin de mémoire, en particulier quand les survivants des camps s’éteignent peu à peu, cette histoire est particulièrement difficile. Ce qu’a subi Viola et ce dont elle a été témoin va bien au delà du supportable. Les expériences de Mengele en particulier, qui ne sont qu’une petite partie du récit, sont immondes, abjectes, cruelles,… Les mots ne suffisent pas pour les qualifier. Si vous vous lancez dans cette lecture, soyez sur de pouvoir encaisser cela.

L’héroïne de cette histoire raconte pour ceux qui ont été oublié, ces anonymes assassinés sur le bord d’une route, jeté dans une rivière ou gazés dès leur arrivée dans les camp. Elle a survécu là où des centaines de millers sont morts et son courage est exceptionnel.

Viola est née en Tchécoslovaquie et vit à Lučenec dans le Sud de la Slovaquie. Cette région sera incorporée en 1938 par la Hongrie suite à un accord avec Hitler lors de son annexion des Sudètes. Elle nous raconte sa vie heureuse peu avant le début de la Seconde Guerre Mondiale et l’enchaînement des évènements qui la mèneront à Auschwitz et entre les mains de Mengele. La majorité du récit est celui de la lente décente en enfer de sa famille ainsi que de ses proches. Les privations de plus en plus dures de droits et le changement d’attitude de la population à leur égard mène à la déshumanisation progressive de la population juive.

Le récit est très bien structuré, j’ai pris de nombreux coups au cœur et aux tripes. Peu importe le nombre fois dont vous entendez parler du génocide juif par les nazi, cela vous heurte profondément. Les gens ont accepté si facilement ce qui se passait, l’encourageant ou refusant de le voir. Cela a mené la grande majorité des juifs d’Europe, en particulier d’Europe de l’Est, dans les camps de la mort quand ils n’ont pas été massacrés sur place.

Je pense malgré tout que chacun de ces témoignages est à conserver précieusement et à faire lire. Je vais peut-être vous paraître trop émotive ou cliché, mais il ne faut jamais oublier ces gens morts pour des idéaux barbares, qu’ils soient juifs, tziganes, opposants politiques, malades mentaux, homosexuels ou résistants. Ce livre n’est pas sensationnel ou voyeur, il n’entre jamais dans les détails plus qu’il n’en faut, malgré certaines scènes terribles.

Viola nous offre un exemple de résilience impressionnant. J’ai encore les larmes aux yeux en écrivant cette chronique. Cette femme a survécu et réussi à se construire une vie après l’horreur. Elle a conservé dans sa mémoire nombre de détails et a eu la force de tout raconter à la fin de sa vie alors qu’elle aurait pu enfouir tout cela loin d’elle. 

Ce témoignage d’une force incroyable est passionnant mais brutal. Si le sujet vous intéresse, je vous recommande sa découverte, mais soyez prêts à faire face à des crimes insoutenables. Les mots de Viola sont justes, touchants et lucides. Comme beaucoup de survivants de l’Holocauste, elle évoque la peur de disparaître totalement dans les camps car personne ne se souviendra de vous et de ce qui vous est arrivé, mais pas pour elle, pour tout ceux qu’elle a perdu. Je ne l’oublierai pas de sitôt tout comme son histoire et ceux dont elle voulait faire vivre la mémoire.

Informations pratiques:
Publié chez De Borée en octobre 2018, 350 pages (19.90€)
Existe en livre numérique (9.99€).
Traduit du slovaque par Viven Cosculluela.
Titre original: Mengeleho děvča 

 

Publicités

10 réflexions au sujet de “Mademoiselle Mengele, Viola Stern Fisherova et Veronika Homolova Tothova”

    1. Oui, les expériences sont terribles, tout comme les exactions de la milice hongroise et les horreurs du camp.
      C’est très intéressant malgré cet aspect horrible. Je te le recommande, même si la fuite de Mengele et le fait qu’il ait échappé à la justice est encore plus enrageant.

      Aimé par 1 personne

  1. je ne sais pas si c’est malsain de dire cela mais j’adore lire des livres en rapport avec cette période de l’histoire. j’ai lu beaucoup de témoignages ou roman sur cette période mais je ne connaissais pas celui ci et je te remercie de ton retour. je pense que je le lirai volontier même si je sais d’avance que je vais pleurer car je sais que c’est dur, mais comme tu dis il faut faire ce travail de mémoire.

    Aimé par 1 personne

    1. Ce n’est pas malsain, tant que ce n’est pas fait de façon malsaine^^ je lis également beaucoup sur cette période et sur la montée du nazisme, même si je lis aussi sur d’autres périodes historiques 😊
      Je lis peu de témoignages à cause de ma sensibilité mais de temps en temps j’en trouve qui attirent mon attention!
      Je t’en prie et j’espère que ce témoignage te touchera autant qu’il m’a émue 😊

      Aimé par 1 personne

    1. Merci, il m’a beaucoup émue!
      Il est difficile en effet, j’ai hésité avant de me lancer (je ne lis que très peu de témoignages), mais comme j’avais lu l’histoire de Mengele, je ressentais une espèce de devoir de connaître l’histoire du point de vue d’une de ses victimes.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s