Chronique

Sénéchal, Gregory Da Rosa

Résumé:

Dans un univers de fantasy médiévale, la ville de Lysimaque se retrouve en état de siège. Le climat en huis clos qui s’y forme devient propice à toutes formes de tensions. Son sénéchal, le sire Gardeval, en fait les frais lorsqu’à un banquet de la noblesse, la comtesse de Piarce meurt empoisonnée d’un vin servi à la demande du sénéchal. Les suspicions, encouragées par son ennemi Othon de Ligias, convergent virulemment dans sa direction. Il faut dire qu’il n’est pas aidé par sa condition de roturier à la cour. Seule son amitié indéfectible avec le roi le préserve de la déchéance. Mais le sénéchal devra faire preuve de lucidité et d’ingéniosité pour défendre la ville dans ce contexte étouffant d’intrigues de palais.
Un tour de force, une maîtrise hors pair.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Je l’ai obtenu lors d’un promotion numérique il y a un peu plus de deux ans maintenant.

Mon avis:

La première chose qui frappe quand on entame la lecture de Sénéchal, c’est le style. Sire Gardeval s’exprime dans un parler moyenâgeux assez cru dont les termes et expressions pourraient être obscures si elles n’étaient pas toutes expliquées en note de bas de page. J’ai trouvé que ce vocabulaire doublé d’une narration à la première personne permettait d’immerger rapidement dans le récit, cependant, il peut également être un obstacle si le lecteur n’adhère pas (vous avez deviné j’ai adhéré, contrairement aux Papillons géomètre).

L’ambiance de huis-clos m’a totalement emportée dans cette ville assiégée où la tension grandit de jour en jour. Entre soupçons, trahisons et tensions politiques, la vie à Lysimaque n’est pas de tout repos. Grace à ce climat, je ne me suis pas ennuyée un instant malgré un rythme assez lent et peu de scènes d’action. L’auteur met en place les éléments de son histoire petit à petit, une toile qui se tisse sans qu’on sache vraiment qui en sera la victime.

Les personnages m’ont beaucoup plu, que ce soit le héros, pas toujours très sympathique, le roi, colérique et bourru ou encore les différents conseillers, aux motivations et objectifs variés. Les commentaires du protagoniste principal sur ses congénères sont par moment très savoureux et lucides sur la nature humaine, en particulier celle des courtisans. Il est lui-même faillible et nous révèle des traits peu séduisants qui, paradoxalement, le rendent plus attachant car plus réaliste.

Les liens entres les différents acteurs de ce récit sont également approfondis au fil des pages. On découvre des amitié profondes, des rivalités et des haines tenaces, parfois mêlées unes aux autres. Difficile de savoir en qui avoir confiance dans ce nid de crabes!

Enfin, malgré un récit assez court, l’auteur nous fait découvrir son monde que ce soit dans ses aspects géo-politiques, religieux, moraux ou sociaux. Il nous fournit les informations sans nous noyer en construisant un paysage précis à travers les yeux de son héros. J’ai vraiment apprécié cet univers médiéval en somme assez classique, mais cohérent et avec ce qu’il faut d’originalité pour qu’il reste en mémoire.

Je vous recommande totalement cette petite pépite de la fantasy française qui offre une ambiance médiévale unique et sombre, des personnages intéressants et une fin qui m’a totalement prise de court. Je lirai sans aucun doute les deux tomes suivants et je vous encourage à découvrir Lysimaque et son Sénéchal, Philippe Gardeval.

Informations pratiques:
Publié en février 2017 par Mnémos, 320 pages (19.50€)
Premier tome d'une trilogie.
Existe en livre numérique (8.99€).

 

Publicités

13 réflexions au sujet de “Sénéchal, Gregory Da Rosa”

  1. Bien bien bien, je me laisserai peut-être tenter 😀 En plus ils sortent en poche \o/ (par contre je trouve la couverture du poche d’une laideur sans nom XDDD)

    J’espère par contre que le point que tu soulèves au début ne me gênera pas, comme toi soit ça passe soit ça casse x)

    Aimé par 1 personne

  2. Ç’est assez tentant de découvrir le langage moyenâgeux, et cru, de surcroît. Si je le trouve à la médiathèque je l’emprunterai, même si la fantasy n’est pas le genre que je préfère . Merci infiniment pour ta chronique ! 😘

    Aimé par 1 personne

  3. Lorsque je me suis procuré le tome 1 en numérique, j’avais justement des craintes vis-à-vis du langage d’époque. Paraît que le tome 2 est assez différent du 1 mais que le T3 est énorme. Faudrait déjà que je me bouge pour lire le 1 :-/ Belle chronique !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s