Chronique

Les démons de l’Elysée, Patrick F Cavenair

Résumé:

Le corps dénudé et sans vie d’un conseiller proche du Président de la République est exfiltré du palais de l’Élysée. Le commissaire Marchelieu est discrètement convoqué sur place par Emmanuel Macron. L’enquête est des plus délicates pour Marchelieu, un flic pourtant rompu aux opérations un peu spéciales. Rien ne doit filtrer dans le Château, et encore moins à l’extérieur… Malheureusement, un journaliste présent à l’Élysée le jour du meurtre mène en parallèle ses propres investigations. Les deux hommes se connaissent, mais ne s’apprécient guère, pourtant, ils auront besoin de réunir leurs savoir-faire pour trouver le coupable. Il leur faudra interpréter les symboles d’un tableau démoniaque du XVe siècle qui inspire l’insaisissable criminel de l Élysée. Cavenair nous conduit avec élégance sous les dorures du pouvoir puis nous fait basculer dans le dédale obscur du palais de l’Élysée. L’auteur joue avec les ressorts du temps, de la politique et des trafics en égarant le lecteur entre fiction et réalité. Après Fusion Froide qui nous plongeait dans l’alchimie et le terrorisme, son commissaire Marchelieu nous fait découvrir les relations sulfureuses qu entretiennent certains acteurs du monde politique avec le sexe…

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Je l’ai reçu dans le cadre d’un partenariat avec la maison d’édition Ramsay. Je l’ai lu avec Mademoiselle Cup of tea Bouquine en lecture commune 🙂

Mon avis

Le roman débute par la découverte d’un cadavre à l’Élysée: un conseiller du président a été assassiné et son corps a été disposé dans une mise en scène sordide. Pas de chance, alors que l’homme est exfiltré discrètement pour éviter le scandale, un des premiers témoins de la scène est le journaliste de l’AFP assigné au palais de l’Élysée, Ventadour. Il va mener l’enquête alors que le commissaire Marchelieu a été contacté pour trouver le coupable discrètement.

La première moitié du récit part sur les chapeaux de roue. La narration alterne de nombreux points de vue qui ne semblent pas être liés au premier abord, mais qui apportent chacun un peu plus de mystère. J’ai vraiment aimé le style et l’utilisation de personnages actuels tel que le président Macron avec des petites références amusantes comme son langage suranné et les surnoms affectueux qu’il donne à sa femme. Elles ne seront plus efficaces dans quelques années, mais pour un lecteur de 2019, elles apportent un ancrage dans la réalité.

L’auteur ponctue son histoire de flash-backs historiques sur différents scandales et machinations politiques, avérés ou supposés tel que la mort de Lady Di, les photos de Mme Pompidou, la chute de Dominique Strauss-Kahn,… Il nous propose une vision du monde politique pourri par le sexe, l’argent et les manipulations.

J’étais plutôt enthousiaste car l’auteur avait réussi à me faire entrer dans son histoire. J’explorai les recoins sombres de l’Élysée et découvrais les secrets inavouables du pouvoir avec grand plaisir. Il y a cependant un « mais ».

Au fil des pages, quelques personnages féminins sont apparus. Les hommes de pouvoir les traitent de façon paternaliste et sexiste, ce qui dans cet univers paraît, hélas, logique. J’étais même satisfaite en me disant que l’auteur allait pointer et dénoncer ce sexisme institutionnel. Le problème est que ces personnages ne servent au final pas à grand chose. Elles sont extrêmement sexualisées et n’apportent que très peu au récit. Je veux bien « pardonner » cet élément, tout en le relevant, pour des livres publiés il y a 30 ans mais pour un livre si récent, cela a beaucoup plus de mal à passer. C’est vraiment dommage car les personnages masculins sont bien construits et donnent envie de les suivre.

J’ai trouvé la fin bien amenée, mais trop abrupte. Il y a cependant un élément qui me pose vraiment problème dans la personnalité du coupable que je ne peux bien sur pas vous révéler sans spoiler, donc ne surlignez pas la suite si vous comptez lire ce récit. Spoiler: Le traitement du travestissement du coupable me gêne. Le vocabulaire utilisé (travelo, transsexuel, « il est bizarre »,…) témoigne d’un manque de connaissance sur le sujet. Cette association travestissement/déviance me fait également tiquer et a gâché pour moi la révélation finale.

J’ai donc terminé ma lecture avec un sentiment très mitigé. Le traitement de certains sujets est très maladroit alors que le style est agréable et que l’auteur maîtrise bien le rythme de son histoire. Je dois recevoir l’autre tome des enquêtes du journaliste et du commissaire, j’espère que je serai plus enthousiaste et que, dans un autre contexte, l’auteur me fournira des personnages féminins plus convaincants et moins sexualisés.

Informations pratiques:
Publié en en Mars 2019 par les éditions Ramsay,328 pages (20€)
Série de livres policiers mettant en scène le commissaire Marchelieu et le
journaliste Ventadour (2 tomes sortis).
Publicités

9 réflexions au sujet de “Les démons de l’Elysée, Patrick F Cavenair”

Répondre à lire à la folie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s