Chronique

Cycle de Fondation 1 à 3, Isaac Asimov

Résumé:

En ce début de treizième millénaire, l’Empire n’a jamais été aussi puissant, aussi étendu à travers toute la galaxie. C’est dans sa capitale, Trantor, que l’éminent savant Hari Seldon invente la psychohistoire, une science nouvelle permettant de prédire l’avenir. Grâce à elle, Seldon prévoit l’effondrement de l’Empire d’ici cinq siècles, suivi d’une ère de ténèbres de trente mille ans. Réduire cette période à mille ans est peut-être possible, à condition de mener à terme son projet : la Fondation, chargée de rassembler toutes les connaissances humaines. Une entreprise visionnaire qui rencontre de nombreux et puissants détracteurs…

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Comme tous les livres (ou presque) de ma PAL numérique secondaire, je ne m’en souviens pas! Tout ce que je peux vous dire c’est que le HMSFFF Challenge m’a motivée à le sortir du fond de mon ordinateur 😉

Mon avis:

J’ai lu les 3 premiers tomes (ordre de publication et non chronologique) et je vais vous donner mon avis sur les trois. C’est le genre de récit qui me fait réfléchir et beaucoup parler 😀 , je vous présente d’avance des excuses pour la longueur de cette chronique.

Ce récit suit un grand nombre de personnages, mais ne s’attarde que très peu sur eux. En effet, le roman se présente comme un livre historique portant sur la psychohistoire et la chute de l’Empire. On débute avec Hari Seldon, créateur de la psychohistoire qui lui permet de prévoir scientifiquement l’avenir. Il va mettre en branle un Plan gigantesque pour diminuer les conséquences de l’effondrement futur de l’Empire 500 ans plus tard. Ainsi le récit s’arrête sur des phases de l’Histoire de l’univers qu’a créé Asimov, puis saute de 30, 50 ou 60 ans en avant pour suivre d’autres évènements qui impliquent les mêmes protagonistes plus âgés et qui passent le flambeau au personnage principal de cette période.

Toutes ces histoires garde en fil rouge des apparition de Seldon en vidéo qui donne des conseils et quelques indices sur les évènements à venir après chaque crises. Il ne peut être trop précis car si les protagonistes en savent trop, les calculs statistiques seraient faussés.

Le concept est très déroutant au premier abord. C’est une suite de nouvelles qui se passent dans la même ligne temporelle. Cependant, j’ai complètement adhéré à ce style narratif. Le récit est prenant et très bien écrit (traduit). Je me suis attachée aux personnages malgré le peu de temps qu’on passe avec chacun. Le Plan devient un personnage à part entière. Je voulais qu’il se réalise et j’attendais avec impatience les révélations. On se doute de la fin de ces livres (même si il y a des surprises distillées au bon moment pour nous faire tout remettre en cause), mais on veut comprendre comment on y arrive. J’ai du me forcer à venir écrire des notes avant de commencer les tomes suivants. 

Ces livres abordent un très grand nombre de sujets passionnants. Le Plan utilise la manipulation de masse pour infléchir le cours du temps. Il a prévu la montée de l’obscurantisme et l’utilise pour le contrer sur le long terme.  Cela pointe le pouvoir des religions et sa capacité à apporter de bonnes choses, mais qui finissent perverties par un le conservatisme qui en découle. Je pourrais également aborder les liens entre l’argent et le pouvoir, la religion et la science ou encore la préservation du savoir et son utilisation à des fins plus ou moins honnêtes.

En effet, la Fondation a une méthode particulière pour influencer l’avenir  qui peut laisser perplexe et est parfois très cynique (religion mensongère, argent, manipulation,…). Cela apporte une réflexion extrêmement intéressante sur l’Histoire et l’humanité. Asimov représente le mouvement historique comme dépendant des nations et  influençable à long terme uniquement par le collectif. Cependant, le Plan peut parfois « dérailler » statistiquement à cause d’un grain de sable. La complexité du « Plan Seldon » qui s’approfondit au fil des tomes donne matière à réflexion sur le déterminisme social  (la possibilité ou non de faire une différence, la malléabilité des esprits,…), la transmission du savoir, sa disparition possible et le mysticisme qui peut découler de savoirs incompris,….

Je pourrais continuer ainsi pendant très longtemps mais je suis sûre que d’autres ont déjà fait un grand nombre d’analyse pertinente sur le sujet avec beaucoup plus de compétences. Tout ce que je peux vous dire  c’est que ce fut une excellente découverte très inattendue. Quand on me parle de SF des années 40/50 écrite par un homme, je m’attends à devoir aller au-delà des clichés sexistes et à un « futurisme » désuet mais amusant. Pourtant, Fondation n’est rien de tout ça. Le seul élément un peu « passé » est l’utilisation pour tout de l’énergie atomique, plus vraiment à la mode aujourd’hui dans le genre. Je dois également préciser que les personnages féminins, bien que peu nombreux, ne sont pas traités comme des objets. Elles sont  au contraire indépendantes et intelligentes.

Ces romans furent un moment de lecture fascinant, intéressant et divertissant. Je vais continuer la découverte de ce cycle puis dans un avenir proche, m’attaquer au cycle des robots. Le HMSFFF challenge m’aura fait faire une découverte extraordinaire alors que je repoussais en permanence cette lecture. N’hésitez pas, si vous aimez même un peu la science-fiction et les récits qui vous font réfléchir tout en étant prenants et intéressants, lancez-vous!

Coup de coeur

Informations pratiques:
Fondation: Publié par Hachette/Gallimard en France en 1957.
Fondation et Empire: Publié par Denoël en France en 1966.
Seconde Fondation: Publié par Denoël en France en 1966.
Premiers tomes (ordre de parution) d'un cycle de de 7 livres

Titre original: Foundation (1951), Foundation and Empire (1952) et 
Second Foundation (1953)

 

Publicités

11 réflexions au sujet de “Cycle de Fondation 1 à 3, Isaac Asimov”

  1. J’avoue que l’auteur m’impressionne un peu, mais les thématiques abordées ont l’air intéressantes et je suis agréablement surprise de la manière dont sont construits les personnages féminins…
    EN tout cas, on sent ton coup de cœur pour ce cycle !

    Aimé par 1 personne

    1. Tu m’étonnes, j’étais hyper impressionnée, c’est pour ça que je n’avais jamais rien lu de lui
      Je me répète, mais je ne m’attendais vraiment pas à aimer autant. C’est intelligent, intéressant et fascinant. Je comprend pourquoi c’est l’auteur par excellence de science fiction et pourquoi son œuvre a tant inspiré la SF moderne 🙂
      Je suis contente si j’ai réussi à faire passer mon coup de cœur, je suis ravie de ma lecture! J’espère que le jour où tu tenteras, ils te parleront autant qu’à moi 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s