Chronique

Août 61, Sarah Cohen-Scali

Résumé:

Ben ne sait plus qui il est, il ne reconnaît plus ses proches. Alzheimer?

Il va devoir revisiter un passé douloureux dans l’Allemagne en guerre et celle de la libération, puis dans l’Angleterre et la France des années cinquante. Son fil rouge, fil d’Ariane dans le labyrinthe d’une mémoire traumatique: son amour d’enfance, Tuva, née dans un Lebensborn norvégien, qu’il rejoint à Berlin, un soir d’août 1961, alors que le Mur va scinder la ville en deux.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Les éditions Albin Michel m’ont proposé de découvrir le nouveau roman de Sarah Cohen-Scali et j’ai immédiatement accepté. Encore merci à eux.

Mon avis:

Ce roman nous raconte l’histoire de Ben. Il a 85 ans et a tout oublié de sa vie. Peu à peu, son esprit va lutter contre « Al » (Alzheimer) pour reconstituer son passé, fragments par fragments. Cette histoire est pourtant tellement plus que ça. Elle nous mène en 44 et 45 lors des marches de la mort et du sauvetage des survivants, en Angleterre après-guerre, en 61 et au Mur de Berlin ainsi qu’en France, à différentes époques.

La narration est originale car on suit le Ben de notre époque de loin. C’est le petit Beniek, 13 ans, qui s’adresse à lui, lui racontant son histoire et le questionnant sur son futur avant de passer le flambeau à Benjamin et Beni, différentes versions de lui-même. Tous veulent comprendre notre époque et découvrent avec horreur que certains évènements se répètent, mais leur plus grand souci est Tuva, leur amour de jeunesse. L’as-t-il revu?

Cette lecture est passionnante, non seulement car elle évoque nombres d’évènements historiques peu connus, balayés sous le tapis de l’Histoire et de la honte, mais aussi pour ses réflexions pertinentes sur la société actuelle. Dans ses précédents romans sur le sujet (Max et Orphelins 88), le parallèle avec le présent était plus subtile, laissé à l’interprétation du lecteur. Ici, les incarnations passées de Ben donnent plus de liberté et peuvent commenter ce présent qui à leurs yeux devait être radieux. Eux n’ont pas oublié le fameux « Plus jamais ça ».

« Je n’avais plus envie de cette incursion dans ton époque, Ben, Elle me rappelait trop la mienne. Elle m’a paru tout aussi cruelle. »

Je ne veux pas trop vous en révéler car ce récit mérite d’être découvert au fil de la mémoire défaillante de Ben. Il m’a profondément ému et les larmes ont coulé plus d’une fois: que ce soit pour le passé ou le présent, pour les horreurs vécues par les victimes de la Guerre, du nazisme et du soviétisme ou celles de la Syrie, du terrorisme et des migrations ou encore pour cet homme à qui Al vole sa vie et ses souvenirs. La fin m’a assommée, mais je suis heureuse d’avoir fait connaissance avec Ben, Tuva, Louisa, Ulrich et les autres.

Je recommande vraiment cette lecture bouleversante, superbe et terrible à la fois. Elle est adaptée aux grands adolescents et s’inscrit parfaitement dans la continuité des dernières œuvres de Sarah Cohen-Scali sur le sujet des Lebensborn. La narration pourra en perturber certains car les points de vue sont parfois un peu trop omniscients, mais s’il y a un récit pour lequel la suspension d’incrédulité en vaut la peine, c’est bien celui-là. J’espère que vous vous laisserez tenter!

Coup de coeur

Informations pratiques:
Publié le 2 octobre 2019 par Albin Michel Jeunesse, 480 pages (19€).
Traite de thèmes semblables à Max et Orphelins 88, de la même 
autrice.

11 réflexions au sujet de “Août 61, Sarah Cohen-Scali”

  1. Ahhh, super, j’attendais ta critique avec impatience ! ❤
    Je trouve très intéressant l’idée de recherche de souvenirs, de plusieurs versions de lui-même et d’ « Al »… Déjà que le sujet n’est pas facile, on sent que l’auteure s’est renouvelée tout en proposant, une fois encore, une pluie d’émotions. De plus, je suis curieuse de découvrir ces événements que beaucoup ont volontairement cachés.
    Cette lecture a l’air encore une fois bouleversante. J’espère avoir le même coup de cœur que toi lorsque je me procurerai cette nouveauté !

    Aimé par 1 personne

    1. Je te souhaite aussi d’aimer autant que moi!
      La narration est vraiment intéressante et prenante. J’ai beaucoup aimé cette façon de raconter qui est très émouvante tout en apportant un « suspens ». On a vraiment envie de comprendre comment Ben en est arrivé là 🙂
      Elle est vraiment bouleversante oui, en grande partie car elle est réaliste…

      Aimé par 1 personne

  2. Je n’ai encore jamais lu l’autrice, mais elle semble offrir une histoire très touchante avec une narration non dénuée d’originalité. Quant aux thèmes abordés, ils ne peuvent que marquer et donner envie de découvrir ce récit empreint de souvenirs et d’émotions…
    Merci pour ce bel avis !

    Aimé par 1 personne

Répondre à Audrey Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s