Chronique

La fille aux yeux d’or, Christine Navarro

Résumé:

1970. Camille Saint-Vallier, journaliste, est dépêchée dans la Haute-Loire pour suivre l’affaire de la voyante découpée en morceaux. Tous les grands journalistes sont là, car cette affaire de faits-divers cache quelque chose. Erika, belle femme aux yeux d’or, et qui plaît aux hommes, enquête. Elle finira par mettre la main sur des documents qui compromettent nombre d’hommes politiques, tandis que le compte en banque suisse de la soi-disant voyante est vidé par un inconnu.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Je l’ai reçu dans le cadre de mon partenariat avec la maison d’éditions De Borée.

Mon avis:

Camille Saint-Vallier vient de rentrer d’un reportage difficile de plusieurs mois au Cambodge. Elle espère prendre du repos et quelques vacances après un article loué par ses confrères quand son rédacteur en chef l’envoie au fin fond de l’Auvergne pour un fait divers sordide: une voyante coupée en morceaux. Elle est furieuse, mais sur place, elle va de découvertes en découvertes, au nez et à la barbe des enquêteurs et de ses collègues journalistes qui occupent le village depuis quelques temps.

J’ai beaucoup aimé les personnages qui correspondent  bien à l’idée que je me fais des 70s. Camille est une jeune femme libre et indépendante, compétente et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds par ses collègues masculins. Elle utilise son sourire pour obtenir des informations comme les hommes utilisent la camaraderie autour d’une bière. Son excellent travail, son charme et sa vie sexuelle libre lui attire la jalousie et les médisances d’une partie de la profession, mais elle fait face sans aucune gène et leur prouve leur bêtise en enchaînant les articles chocs.

L’ambiance du petit village de Fay-sur-Lignon est très bien retranscrite: la méfiance de certains, les rumeurs, la foire équine annuelle, les bars points de rencontres du soir,… La citadine qui arrive avec des préjugés, va évoluer et se rendre compte que, même si dans la campagne « profonde » la vie peut sembler très différente de Paris, cela n’a pas que des désavantages. En plus de l’accès aux technologies modernes (de 1970) présent même dans ce petit village typique, la solidarité et la gentillesse des habitants vont finir par la conquérir.

L’enquête est quant à elle très bien menée. On avance d’abord à tâtons avec Camille, explorant plusieurs pistes, les écartant avant d’y revenir,… Je suis assez fière de moi car j’ai deviné le coupable, mais seulement 50 pages avant la fin, ce qui est raisonnable. Les révélations montent en puissance au fil des découvertes ce qui donne un très bon rythme au récit

Cette plongée dans les 70s fut amusante et dépaysante: La liberté sexuelle des femmes fait face au sexisme crasse, la presse papier est encore la star de l’info, les pattes d’eph sont la pointe de la mode… Notre héroïne et ses amies, femmes libres et indépendantes contrastant avec d’autres moins privilégiées qu’elle va croiser, encore coincées dans les anciens schémas.

Ce roman policier au style efficace nous plonge dans l’univers de la presse papier à son apogée et dans la campagne « profonde » comme le dit si bien Camille, un peu snob. J’ai adoré l’ambiance et l’enquête qui nous envoie sur de fausses pistes et de vrais scandales avant de nous dévoiler à la dernière minute le fin mot de l’histoire. Cette histoire qui peut paraître légère, aborde tout de même la place des femmes dans un univers d’homme, leur libération et le chemin qu’il restait (et reste encore) à faire. L’autrice évoque même le traitement de l’homosexualité à l’époque, vaguement tolérée si cachée, mais jugée durement, en particulier par les institutions.

En bref, une enquête intéressante et prenante, une ambiance mise en place avec brio et des personnages bien construits. J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce livre divertissant dans un univers que j’ai aimé découvrir.

Informations pratiques:
Publié en avril 2019 par les éditions De Borée, 270 pages(19.9.€).
Existe en livre numérique (9.99€)

11 réflexions au sujet de “La fille aux yeux d’or, Christine Navarro”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s