Chronique

Sœur écarlate, Le livre des anciens 1, Mark Lawrence

Résumé:

Au couvent de la Mansuétude, on forme des jeunes filles à devenir des tueuses. Dans les veines de certaines d’entre elles coule le sang ancien, révélant des talents qui ne se manifestent plus que rarement depuis le jour où les Anciens ont accosté sur le rivage d’Abeth. Mais les maîtresses de la lame furtive ne mesurent pas tout à fait ce dont elles ont hérité à l’arrivée de Nona, une enfant de huit ans qui a déjà du sang sur les mains ; accusée de meurtre, la fillette s’est rendue coupable d’un acte plus odieux encore. Ayant échappé à la potence, elle est recherchée par de puissants ennemis aux mystérieux desseins. Au cours du long apprentissage de la voie de la lame et du poing, elle sera rattrapée par les secrets d’un passé hanté par la violence. Et tandis qu’un soleil mourant se lève sur un Empire en décrépitude, Nona devra affronter ses démons et devenir une redoutable guerrière si elle entend rester en vie…

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Je l’ai acheté lors d’un Op Bragelonne.

Mon avis:

Nona est vendue à un trafiquant d’enfants qui parcoure le pays avec son âne et sa cage qu’il remplit de ses « achats » jusqu’à ce qu’elle soit pleine. Elle sera revendue au Caltess, arène de combattants avant de finir au couvent de la Mansuétude. Enfin le calme et la tranquillité? Et non. Ce couvent n’est ni plus ni moins qu’une école de formation de combattantes et d’assassins d’élite. 

Je savais que ce roman était sombre vu qu’il est classifié dans la dark fantasy. Cependant, certaines scènes ont frappé plus fort que ce à quoi je m’attendais car la violence n’épargne pas les enfants. Il n’y a pas de gore mais des situations de torture psychologique et de violence assez perturbantes.

L’univers est néanmoins intéressant avec une glaciation globale qui menace et un empire en décrépitude avec de terribles rivalités entre l’empereur et ses sœurs. Ce royaume est corrompu, violent, impitoyable et élitiste. J’ai bien aimé le système magique qui est original: tous les humains descendent de quatre tribus originelles et peuvent en développer les capacités particulières. Il y a différents niveaux de puissance dans le sang (quart, demi, absolue,…) et de très rares élus combinent les différents sangs.

J’ai beaucoup aimé le monastère qui apprend à ses novices de nombreuses compétences (méditation, histoire, combat, poison, Voie, Âme,…). La première classe se nomme Ecarlate et il faut valider toutes ses matières pour passer en classe Grise. Les moniales peuvent être des Saintes (simple religieuse mais qui peuvent quand même botter le derrière), des Écarlates (combattantes), des Grises (Assassins) ou des Sœurcières comme on les surnomme, qui arpentent la Voie. Il y a beaucoup d’informations à assimiler et prendre des notes (ce que je suis incapable de faire) pourrait être utile aux lecteurs.

Notre héroïne, Nona, est touchante et je m’y suis attachée. Très sauvage et entière, elle est perdue dans ce monde cruel qui l’a rejetée et traitée comme un monstre. Très dure, elle est aussi d’une naïveté folle face aux rares personnes qui lui témoignent de l’affection. Quand elle aime, c’est à fond, pareil quand elle hait. Elle a du mal à cerner ses capacités et assume difficilement son passé de meurtrière. Comme je l’ai djà signalé, cette univers broie les enfants pauvres et leurs familles, Nona en est un exemple parfait. A son jeune age, elle a déjà vécu beaucoup trop d’horreurs. Son arrivée au couvent va la changer tout en renforçant ses traits de caractères principaux: elle reste méfiante, entière et violente.

Les personnages secondaires sont nombreux et ont tout de la matière, que ce soit les sœurs, les camarades de classes de Nona ou ses ennemis. Le noms des sœurs est amusant, elle doivent choisir un objet qui devient définitif le jour où elles rentrent dans les ordres. Ainsi, la mère supérieure se nommé Mère Vitrage et l’on peu croiser sœur Pomme, sœur Suif ou la mystérieuse sœur Ronce. Je me suis beaucoup attaché à Ara, Hessa ou Clera, compagne de Nona que l’on suit avancer dans leur formation en faisant face aux différents événements qui ponctuent leur années de classe.

Les antagonistes sont intéressants même s’ils sont parfois plus simples. Les Tacsis sont les grands méchants qui vont tout tenter pour se venger de Nona, quitte à tout risquer. Sherzal est une ennemie plus subtile et qui reste dans l’ombre sans qu’on sache vraiment quelle est son rôle dans les problèmes qui tombent sur le couvent.

Le gros problème de ce livre est qu’il est très introductif et qu’on ne sait pas où va l’histoire pendant plus de la moitié du récit (pourtant je suis une grande amatrice des tome 1 instroductif). On suit l’intégration de Nona au couvent avec les cours et les sœurs qui sont plus ou moins sympathiques ou hostiles à son égard. Elle découvre l’étendue et les limites de ses capacités tout en créant pour la première fois de sa vie des liens avec son entourage. Même une fois le récit fini, il est difficile de donner la trame principale de ce roman. De plus, le retournement majeur de situation est très facile à deviner. J’ai vraiment trouvé les indices qui pointaient dans sa direction extrêmement peu subtiles.

Ce roman pose un univers intéressant et des personnages bien construits (un casting quasi exclusivement féminin, youpie) mais a du mal à démarrer. Le style est très bon mais il ne suffit pas à faire oublier les nombreuses longueurs, en particulier au milieu du récit. Bref, un roman de dark fantasy avec de bonnes bases, des bons personnages ainsi qu’une trame lente et qui se cherche pendant une grande partie du récit. Je me suis attachée aux protagonistes alors je tenterai peut-être le tome 2, mais si le rythme ne s’améliore pas, je passerai mon chemin.

Informations pratiques:
Publié en 2017 par Bragelonne, 528 pages (25€).
Existe en livre numérique (12.99€)
Premier tome d'une trilogie: Le livre des anciens (deux traduits, tome 3
sorti en VO en 2019)
Titre original: Red Sister, Book of the Ancestor 1

10 réflexions au sujet de “Sœur écarlate, Le livre des anciens 1, Mark Lawrence”

  1. Dommage pour le problème de rythme parce que ce premier tome a l’air d’avoir de bons atouts dont le système de magie et l’organisation de la « scolarité » au sein du monastère. Quant au côté sombre du récit, une fois prévenue, ça ne me dérange pas trop dans le domaine de l’imaginaire (enfin, ça dépend du niveau de détails…).

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s