Chronique

Little Women, Louisa May Alcott

Résumé:

As a New England mother struggles to support her family in the wake of her husband’s service in the Civil War, her four daughters struggle, too—caught between childhood dreams and the realities of burgeoning adulthood. For Meg, Jo, Beth, and Amy March, raised in integrity and virtue, negotiating the right path in life means making choices that will either narrow or expand their destinies.

Quatre jeunes filles doivent surmonter les difficultés de la vie quotidienne, car leur père est à la guerre et leur mère est très occupée. Les petits problèmes de tous les jours n’auront pas raison de la grande affection qui unit la famille.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains? 

Je l’ai « acheté » en version originale et intégrale en livre numérique. Si je mets des guillemets, ce n’est pas parce que je l’ai téléchargé illégalement mais parce que comme beaucoup de classique, il est gratuit dans ce format.

Mon avis:

La version que j’ai lu est l’intégrale de l’histoire. Elle comprend les deux parties et j’ai d’ailleurs fait une petite pause pour éviter de me lasser car c’est une longue histoire. 

Si vous ne connaissez par les filles du docteur (en VO il est pasteur, pour diminuer la portée religieuse probablement, il a été transformé en docteur) March, j’ai le plaisir de vous présenter Meg, Jo, Beth et Amy. Quatre jeune filles de classe moyenne qui doivent aider leur mère en ces temps difficiles (guerre de Secession) et en l’absence de leur père. Les aînées ont un emploi afin de contribuer aux dépenses et les plus jeunes mettent la main à la pâte à la maison. Ce roman suit leur vie quotidienne, leurs rêves, les querelles et les épreuves qu’elles vont devoir surmonter.

Je n’avais encore jamais lu ce roman, que ce soit en anglais ou en français, mais je connais l’histoire des filles March à travers le téléfilm de 1978 (de David Lowell Rich). Je l’ai regardé plusieurs fois enfant et je l’adorais. Il me faisait pleurer comme une madeleine et je m’identifiais bien sûr à Jo, l’écrivain rebelle (même si sa fin ne me plaisait pas). 

Je ne pourrais donc pas vous parler des péripéties comme si je les découvrais pour la première fois. Je savais à quoi m’attendre à chaque étape, mais j’ai passé un bon moment à redécouvrir les détails et détours de ce récit. Il faut souligner que ce classique destiné à la jeunesse du XIXème est par moment très moralisateur (voir beni oui-oui) et cela m’a parfois caressé à rebrousse-poil. Pourtant je ne retiens pas cela en négatif, c’était le but de ces romans à l’époque et le message reste globalement très positif (peut-être pas sur le rôle d’une épouse quand même). Il faut juste en parler avec les plus jeunes s’ils lisent une version non modernisée.

Les filles sont très indépendantes et leurs parents ne veulent que leur bonheur. Ils les laissent explorer leurs talents et ne les poussent pas dans les bras du premier riche gentleman qui vient sonner chez eux. Ils respectent le caractère unique de chacune des sœurs. Je trouve cela très moderne pour l’époque.

Ce classique de la littérature jeunesse américaine nous offre une histoire mignonne, par moment tragique, par moment drôle avec une morale très présente. Je ne suis pas déçue de ma lecture même si j’ai senti certaines longueurs et des lourdeurs, en grande partie dues à mon manque de réceptivité à certains conseils de Maman March (pourtant très sage). A découvrir si vous aimez cette histoire et que vous la connaissez par d’autre biais. Juste un conseil: lisez le en plusieurs tomes et faites des pauses!

Informations pratiques:
Publié pour la première fois en France en 1880
Existe en intégrale, en plusieurs tomes et en version abrégées pour enfant.
Titre original: Little Women (publié en 1868)

9 réflexions au sujet de “Little Women, Louisa May Alcott”

  1. Cette chronique tombe au bon moment ! J’en cherchais justement une pour illustrer mon article sur Louisa May Alcott qui va sortir mardi, m’autorises-tu à mettre le lien de ta chronique à la fin de mon article ?

    Aimé par 1 personne

  2. Oui tu as raison. Quelques longueurs et lourdeurs. J’ai bien aimé quand-même, mais il ne m’a pas échappé que Joe, qui n’aspire pas particulèrement à se marier et à devenir mère, est forcément….garçon manqué. 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s