Chronique, Mini-chronique

Mini-chroniques spéciales Reading rush 2020

  • Le chagrin du roi mort:

Le chagrin du roi mort

« C’est une petite île froide, quelque part dans le nord. Le vieux roi est mort. Son corps repose sur un lit de pierre, sur la Grand-Place. Il neige. Il sera question de séparation, de guerre, de trois ciels différents, d’un premier amour. Il y aura une prophétie, des êtres qui se perdent dans l’immensité, une sorcière qui mange des têtes de rat… »

Le résumé ne vous prépare pas à l’histoire qui va se dérouler sous vos yeux. Le Roi mort est le point de départ à un récit doux-amer, histoire de courage, de lâcheté, de cruauté et de terribles manipulations. C’est aussi l’aventure de deux frères inséparables pour qui le temps va être cruel.

J’ai aimé l’univers de ce roman ainsi que la plupart de ses personnages. Pourtant, je ne ressors pas totalement conquise. Il y a l’histoire d’amour que je trouve mauvaise et avec un point de départ vraiment dérangeant. Mais il y a surtout, bien que je sois assez cynique, un message assez triste sur la vie et la famille qui m’a laissé un arrière-goût amer. C’est totalement personnel. Je pense que l’univers et l’histoire d’une famille brisée avec tout de même de l’espoir peut toucher certains. 

Ce fut une bonne lecture, sans problème majeur excepté la romance, mais qui n’est pas totalement dans mes goûts. Je lui ai tout de même mis une bonne note car je pense qu’objectivement, c’est un plutôt bon livre.

  • Le siècle des dictateurs

couv63832930« Il est remarquable que la dictature soit à présent contagieuse, comme le fut jadis la liberté. »
Paul Valéry, Regards sur le monde actuel

Si la dictature est aussi ancienne que l’histoire, le phénomène prend un tournant majeur au sortir de la Première Guerre mondiale avec l’avènement des totalitarismes soviétique et fasciste, avant que la crise de 1929 ne favorise le triomphe du nazisme.

Quatre générations durant, sur tous les continents, des régimes hantés par l’idéologie vont faire régner un ordre de fer, présidant aux guerres et exterminations d’un siècle barbare qui a retourné le progrès contre l’humanité.

Cette forme absolue de l’absolutisme est orchestrée par des chefs impitoyables et cruels, tous jouant par essence un rôle prépondérant au sein d’un régime qu’ils marquent au fer rouge de leur empreinte. Leurs profils et leurs caractères sont différents, souvent opposés, mais ils communient dans une même soif de pouvoir fondée sur la banalisation de la terreur, une même défiance envers leurs semblables et le mépris le plus profond de la vie humaine et, plus largement, de toute forme de liberté.

Pour la première fois est ici brossé le portrait des plus édifiants d’entre eux, qu’ils soient célèbres, méconnus ou oubliés ; neuf portraits d’envergure où l’exhaustivité de l’enquête se conjugue avec l’art narratif des meilleurs journalistes et historiens actuels réunis à dessein par Olivier Guez qui signe une préface magistrale.

C’est un livre intéressant. J’ai beaucoup appris sur des dictateurs que je connaissais peu comme Mobutu (Zaïre/ République démocratique du Congo Kinshasa), Tito ou encore Hoxha (Albanie).

C’est une bonne vulgarisation de l’Histoire avec le portrait des hommes dictateurs, bourreau de leur propre pays. La propos est clair, bien articulé et avec de nombreux détails. C’est effrayant et souvent révoltant, que ce soit les crimes commis par les dictateurs ou la complaisance des pays occidentaux face à eux tant qu’ils leur rapportent quelque chose ou qu’ils croient pouvoir les utiliser. Par contre, le livre audio a seulement 9 portraits contre 22 dans la version papier, c’est vraiment très dommage.

Les portraits sont intéressants, variés et répartis sur tout les continents. Cela permet de voir que chaque dictature est différente mais qu’il a de nombreux points communs dans leur façon de contrôler le peuple, la répression ou encore dans le culte de la personnalité imposé à ses victimes.

Liste des dictateurs évoqués: Lénine ; Hitler ; Tito ; Mao ; Enver Hodja ; Castro ; Mobutu ; Kadhafi ; Assad père et fils.

Livre audio: Il se finit de manière abrupte et sans conclusion. Le narrateur est bon mais le choix de raccourcir l’ouvrage (alors qu’il ne dure que 7h35) et la fin ont diminué mon plaisir. C’est vraiment dommage, ils auraient du au pire diviser en 2 s’ils trouvaient ça trop long, mais là on a un goût de trop peu et aucune conclusion.

  • Comme un million de papillons noirs , Laura Nsafou et Barbara Brun

Comme un million de papillons noirsAdé est une jolie petite fille à la peau noire, aux grands yeux bruns et aux cheveux crépus. Une chevelure magnifique et fournie, qui lui vaut néanmoins de nombreuses moqueries à l’école, les autres enfants lui disant notamment qu’ils ont l’impression qu’elle a « comme un million de papillons noirs sur la tête ». Adé aime les fleurs, les papillons, les éclairs au chocolat et poser des questions. Un jour qu’elle est en compagnie de sa mère et de ses tantes, elle les interroge donc sur ses cheveux sans cesse raillés. Grâce à elles, elle va découvrir en douceur la beauté de ces papillons endormis sur sa tête, jusqu’à leur envol final. Un ouvrage qui invite à la tolérance, l’acceptation de soi et vise à introduire un peu de diversité dans la littérature jeunesse.

Cet album jeunesse est adorable. Le dessin est superbe et doux. Je ne suis pas concernée mais je trouve qu’il devrait être lu à tous les enfants à l’école. Il aborde un problème que rencontrent les femmes noires et qui existe dès l’enfance: les moqueries sur les cheveux crêpus (ancré dans les préjugés racistes) et le fait d’apprendre à s’aimer malgré cela, grâce à son entourage et son amour. 

7 réflexions au sujet de “Mini-chroniques spéciales Reading rush 2020”

  1. Le siècle des dictateurs me tente pas mal, mais alors dans sa version papier parce que je suis offusquée à l’idée qu’on se permette de tronquer un ouvrage ! En plus du manque de respect pour l’auteur, ça pose question quant au respect des lecteurs…
    Quant à Comme un million de papillons noirs, je partage totalement ton avis.

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne connais pas les deux premiers, mais ils ont l’air assez intéressants ! Par contre, je suis étonnée que le texte soit coupé comme ça ! De quoi être mécontent. Comme tu le dis en commentaire, curieux choix de la part de l’éditeur. Sinon, je suis d’accord avec toi en ce qui concerne un million de papillons noirs qui est une pépite ! ❤

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s