Chronique

Affaires de famille, Agnès Naudin

Résumé:

Immersion au sein de la brigade de protection de la famille.
Quand les gens me demandent quelle est ma profession, je leur réponds que je suis capitaine de police à la brigade territoriale de la protection de la famille. Leur réaction est souvent la même :  » Ce doit être dur comme métier, non ?  » Si je leur réponds non, je passe pour insensible. Si je leur réponds oui, je leur mens.

Retour sur trois affaires : un bébé secoué, un viol sur mineure et un viol conjugal. Derrière elles, ce sont avant tout des personnes, des situations familiales complexes, souvent de la maltraitance ou de la violence. Mais comment en parler en gardant une juste distance ?
L’auteur passe tout en revue, sans aucun tabou : les autopsies, les interrogatoires, mais aussi ses réactions de jeune flic. À travers ces histoires, Agnès Naudin dévoile ses propres morceaux de vie – deux réalités, professionnelle et privée, se confrontent et s’entrechoquent.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Je l’ai reçu dans le cadre de mon partenariat avec la maison d’édition

Mon avis:

Je n’étais pas certaine d’écrire une chronique sur ce livre car je n’ai pas un avis positif. Cela ne me gène pas pour les romans, mais c’est plus délicat pour un témoignage qui raconte le quotidien d’une personne et ses pensées. Il faut réussir à éviter les attaques ad hominem tout en parlant de l’autrice elle-même. Je vais essayer de faire de mon mieux pour vous expliquer mes problèmes avec ce récit tout en restant le plus objective possible.

Le livre alterne entre la vie professionnelle et la vie personnelle d’Agnès Naudin. J’ai trouvé que c’était un choix intéressant afin de donner une idée du quotidien de ce travail de capitaine de police tout en étant mère célibataire. Le choix de l’autrice de passer par un format de « journal » est intéressant et lui permet de donner non seulement les faits tels qu’elle les a vécu mais aussi ses réflexions ainsi que son état d’esprit face aux évènements terribles ou révoltants auxquels elle est confrontée.

La première histoire racontée ici parle d’un bébé secoué, son premier cas qu’elle attendait avec appréhension. Ses réflexions et émotions lors de l’autopsie m’ont donné envie de pleurer. C’est si injuste que ça en fait mal et elle l’a très bien exprimé. L’affaire est résolu relativement rapidement, mais nous aurons des informations sur la suite des évènements au fil des autres affaires. Cette première partie m’a totalement mise en empathie avec Agnès Naudin tout comme bien sur avec les victimes de cette affaire si insupportable et si terriblement banale.

Lorsque le tiers du livre est passé, j’ai commencé à bien plus sérieusement tiquer sur certaines remarques et descriptions. Le deuxième cas est un viol sur mineur par son beau-père et j’ai eu beaucoup de mal avec les commentaires de l’autrice (tout en me demandant pourquoi choisir ce cas là en particulier de fausses accusations). Le troisième une histoire de viol conjugal, j’ai ici trouvé que le sujet était important et bien traité.

On pourrait dire que globalement ça va, mais hélas, les commentaires inapproprié sont légion au fil des pages. Par exemple, toutes les femmes introduites ont droit à une description physique alors qu’on ne parle que du caractère des hommes (sauf un). Je vous cite celle qui m’a le plus gênée:

« […] Petite, pulpeuse, sa poitrine fait baver tous les gars du service et rend jalouse la gent féminine. Elle est dynamique, toujours volontaire, calme et souriante. […] »

Si de nombreux éléments m’ont touchée dans la vie de l’autrice, en particulier sa relation avec son fils ou le suicide de sa cousine qui l’a profondément marquée, elle fait régulièrement des remarques qui me prennent à rebrousse-poil. Une sur la vision des femmes en Afrique comme si ce continent était un bloc uniforme, une remarque assassine sur une concurrente du concours de commissaire qu’elle trouve trop vulgaire pour être admise (alors qu’elle même ne l’est pas) ou encore quand elle apprend qu’elle a eu 5 à une épreuve d’oral dudit concours car le jury croyait qu’elle voulait séduire et qu’elle l’accepte sans problème (alors que c’est horriblement sexiste).

Le pire étant qu’elle se bat vraiment pour les victimes et met les mots justes sur les viols, abus et même sur l’adolescente qu’elle critique sans cesse, fait comprendre à l’agresseur que peu importe qu’elle ait « consenti », c’est à l’adulte de stopper les choses, pas de profiter de la situation. Elle a vu bien plus d’horreurs que je n’en verrai jamais et en a fait plus que moi dans ce domaine. Elle a également une spiritualité originale (mais étant athée, ça ne résonne pas vraiment en moi). Il y a vraiment des passages intéressants, mais ils n’ont pas suffit à compenser le reste.

Je n’ai pas aimé ce livre à cause de tous ces éléments et remarques qui m’ont vraiment déplu. Je pense que l’autrice et moi avons des différents sur certaines valeurs, ce qui fait que je n’ai pas pu apprécier ce témoignage alors que l’aspect professionnel de sa vie m’intéresse vraiment. Ce témoignage n’était pas pour moi, tant pis, il ira dans la boîte à lire où il trouvera un lecteur j’espère plus enthousiaste.

Informations pratiques:
Publié en novembre 2020 par Cherche Midi, 304 pages (18€)
Existe en poche (Monpoche, 8.95€), livre numérique (10.99€) et en livre audio.

9 réflexions au sujet de “Affaires de famille, Agnès Naudin”

  1. J’imagine que ça a dû avoir des côtés dérangeants ! Après, parfois les flic font des remarques un peu lourdes, mais c’est peut-être un mécanisme de défense pour supporter l’insupportable… dans les 2 cas, ce n’est pas une lecture pour moi, je préfère, même quand on part sur un fait réel, me laisser berner par l’idée de lire une fiction.

    Aimé par 1 personne

  2. Je me souviens avoir vu tes stories insta où tu mentionnes les remarques de la narratrice et je reconnais que cela me déstabiliserait aussi ! Les jugements sexistes, racistes, déplacés, petits et horribles (ex : le fait de comprendre l’agresseur plutôt que l’ado victime) me font peur. Je ne suis pas témoignage… J’essaye de temps en temps, mais vu ce que tu en dis, je ne tenterai pas celui-là…

    Aimé par 1 personne

  3. Si le côté professionnel a l’air très intéressant, j’avoue que les jugements déplacés et inappropriés risquent de trop m’agacer pour que je puisse apprécier le livre. C’est terrible de voir que même des professionnels, aussi compétents soient-ils, tombent encore dans le piège des stéréotypes, du racisme et du sexisme…

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai déchanté très fortement au fil des pages, quelques remarques acides ça passe, mais quand ça se répète et que ça tend vers le sexisme et le racisme, c’est vraiment insupportable. C’est dommage, elle a beaucoup d’autres points positifs, mais je ne peux pas passer au-delà de ces éléments…

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s