Chronique

Cinderella is dead, Kalynn Bayron

Résumé:

It’s 200 years after Cinderella found her prince, but the fairy tale is over. Teen girls are now required to appear at the Annual Ball, where the men of the kingdom select wives based on a girl’s display of finery. If a suitable match is not found, the girls not chosen are never heard from again.

Sixteen-year-old Sophia would much rather marry Erin, her childhood best friend, than parade in front of suitors. At the ball, Sophia makes the desperate decision to flee, and finds herself hiding in Cinderella’s mausoleum. There, she meets Constance, the last known descendant of Cinderella and her step sisters. Together they vow to bring down the king once and for all–and in the process, they learn that there’s more to Cinderella’s story than they ever knew . . .

This fresh take on a classic story will make readers question the tales they’ve been told, and root for girls to break down the constructs of the world around them.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

J’aime les réécritures de contes et celui-ci me tentait particulièrement. Je l’ai donc pris en audio.

Mon avis:

Pour les non-anglophones, ce roman se déroule 200 ans après que Cendrillon ait trouvé son prince. Aujourd’hui toutes les jeunes femmes doivent obligatoirement assister au Bal Annuel afin d’être choisie par un homme. Elles rivalisent de beauté, d’accessoires et de robes sublimes pour que ce jour soit merveilleux… Toutes n’ont cependant pas la chance d’être choisie par un homme bien ou même juste choisie,… Après trois tentatives au Bal, leur destin ne tient plus d’à un fil. Sophia se prépare pour son premier bal, mais a toujours aimé sa meilleure amie Erin. Elle ne comprends pas pourquoi elle doit se conformer aux standards du conte de fée et sa rébellion la mènera à rencontrer Constance, la dernière descendante de Cendrillon et remettre en cause l’histoire officielle de la princesse…

Dans cet univers effrayant et patriarcal, les femmes ne sont que des marchandises à valoriser pour qu’elles soient « bien » acquises. Leur sort est entièrement entre les mains des hommes, d’abord de leur famille puis de leur époux. Le mythe de Cendrillon est utilisé pour les soumettre et leur offrir leur « vrai » place dans la société. Encore aujourd’hui, certaines femmes vivent encore sous ce joug patriarcal même dans les pays qui nous ont donné plus de droits. Cette histoire crie un grand « à mort le patriarcat » tout en explorant les nuances des rôles et actions de chacun dans le maintien du statut quo ou de la lutte contre ce système.

Sophia, notre héroïne, est têtue, impulsive et courageuse. Elle agit parfois sans réfléchir, mais c’est toujours en suivant son cœur ou son indignation. Elle se bat pour ses droit et ceux de toutes les femmes du royaume qui vivent sous le joug du Roi et de ses règles indignes. Même si j’ai souvent du mal avec les impulsifs (probablement car je ne m’y reconnait pas), j’ai beaucoup aimé suivre Sophia et j’espérais vraiment qu’elle réussirait à atteindre ses objectifs. Je voulais qu’elle se trouve et que sa confiance en elle s’étende à tout ce qu’elle est. Que sa foi dans un avenir meilleur se réalise.

Constance est aussi une jeune femme qui sort des stéréotypes habituels. Elle sait se battre et n’hésite pas à se montrer hostile face à des inconnus. Elle porte également la souffrance de sa famille sur ses épaules, mais va réussir à aider Sophia à se trouver sans faire les choses à sa place, ni lui mentir et en lui apportant son soutien dans l’épreuve qu’elle traverse.

Cela commence à être plus courant en ce moment (que m’arrive t-il?), mais j’ai beaucoup aimé la romance. Simple et douce, tout en étant révolutionnaire et rebelle face à leur monde, j’ai été si heureuse qu’elles se trouvent et puissent envisager leur fin de conte de fée à elles. L’évolution de leur relation, en particulier avec Sophia qui doit faire face à ses sentiments contradictoires (notamment par rapport à Eren), est juste géniale et mon petit cœur a fondu!

Le traitement de certains personnages secondaire est un peu décevant (Luke en particulier) et il faut avouer que le grand méchant est un peu manichéen, mais j’ai trouvé que les autres protagonistes, Amina, Eren, les parents de Sophie ou même Cendrillon rattrapaient cet élément. C’est un tome unique, il est impossible de tout développer et les personnages principaux sont déjà vraiment bien construits.

Les différents rebondissements sont bien placés et si certains sont prévisibles, l’autrice a réussi à semer assez d’indices contradictoires pour que le doute soit complet jusqu’à la « bataille finale ». Vous savez qu’il y a quelque chose, vous avez une idée, mais elle reste flou jusqu’à ce que la dernière pièce du puzzle s’emboite. Bon, par contre, le questionnement sur la magie pour rester jeune d’un certain méchant, m’a frustrée! La réponse me semblait si évidente, mais j’ai grandi dans un monde où ce genre d’histoire me nourrit depuis toujours, donc j’imagine qu’en réalité, c’est plus difficile à imaginer.

Cette réécriture sombre du conte de Cendrillon m’a totalement emporté avec de supers personnages, une romance intéressante et des péripéties prenantes. Malgré quelques éléments un peu frustrants, je trouve ce roman vraiment génial et je le recommande à tous les amateurs du genre et en particulier aux jeunes filles. La discussion sur le patriarcat et la lutte pour le droit des femmes est excellente.

Informations pratiques:
Publié en 2020 par Bloomsbury, 400 pages (10€).
Il existe en Broché (9,48€), audio (17,23€) et numérique (6,99€).
Pas encore traduit en France.

8 réflexions au sujet de “Cinderella is dead, Kalynn Bayron”

  1. Déjà tentée, ton avis me pousse clairement à remonter le roman dans ma wish list ! J’aime ce que tu dis sur le côté rebelle de Sophia qui s’interroge et s’oppose à un système patriarcal injuste et un mythe destiné à asservir…
    C’est le genre de livre qu’on a devrait voir plus souvent ! Reste à espérer une traduction française parce qu’on n’a guère d’équivalent dans le paysage littéraire française (du moins, je ne le pense pas, mais je serais ravie de me tromper).

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, il n’y a pas vraiment d’équivalent c’est vrai.
      J’espère vraiment que ça sera traduit et son prochain livre me donne hyper envie (réécriture du jardin secret, l’histoire qui a marqué mon enfance^^) donc je croise les doigts très fort!!!

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s