Chronique

Son espionne royale mène l’enquète, Son espionne royale, Rhys Bowen

Résumé:

Sa première mission royale : espionner le prince de Galles.
Londres, 1932.
Lady Victoria Georgiana Charlotte Eugenie, fille du duc de Glen Garry et Rannoch, trente-quatrième héritière du trône britannique, est complètement fauchée depuis que son demi-frère lui a coupé les vivres. Et voilà qu’en plus ce dernier veut la marier à un prince roumain !
Georgie, qui refuse qu’on lui dicte sa vie, s’enfuit à Londres pour échapper à cette funeste promesse de mariage : elle va devoir apprendre à se débrouiller par elle-même.
Mais le lendemain de son arrivée dans la capitale, la reine la convoque à Buckingham pour la charger d’une mission pour le moins insolite : espionner son fils, le prince de Galles, qui fricote avec une certaine Américaine…

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Je l’ai choisi en parcourant le catalogue de livres audios de Lizzie.

Mon Avis:

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je dois vous prévenir que le synopsis, sans mentir, ne prépare par vraiment à ce que le récit nous offre. Il y a bien un enquête et du danger, mais le Prince de Galles n’est que très peu impliqué dans l’histoire et on dévie vers une situation bien plus dangereuse. L’enquête réelle commence assez tard, mais l’introduction à ce monde aristocratique d’entre deux guerres est assez intéressante pour que cela ne m’ait pas dérangée.

Georgie, jeune aristocrate désargentée mais privilégiée, se retrouve seule à Londres dans une grande maison vide. Elle n’a pas l’argent pour une domestique et va donc devoir apprendre à se débrouiller seule. Seul hic, elle ne sait même pas allumer un feu et se préparer autre chose que des haricots en boîte! J’ai trouvé ses débuts charmants et amusants. Bien qu’elle ne soit pas très douée au début, elle apprend vite et écoute les conseils de son grand-père roturier. Ses tentatives pour trouver un travail sont aussi divertissantes (surtout ses stratagèmes pour ne pas être reconnue).

Elle vit dans un monde de privilèges tout en étant à la marge. Son absence de fortune, son indépendance et son genre lui causent des problèmes pour s’en sortir seule sans le soutien de son duc de frère (qui lui a coupé les vivres), que je qualifierai de benêt égoïste. Elle va pourtant trouver en elle des ressources et de l’ingéniosité face à l’adversité. Quand elle se retrouve face à une situation tragique et dangereuse, elle ne fuit pas et tente de trouver une solution par elle-même, tout en s’appuyant sur ses amis.

Son prétendant, Darcy est, un peu comme elle, un aristocrate désargentée, pique-assiette professionnel et séducteur patenté. Leur histoire m’a divertit, même si elle est un peu cousue de fil blanc. Leur relation reste mignonne malgré certains malentendus et problèmes de communications. Sa meilleurs amie Belinda est une jeune femme moderne et futée qui tente de se faire une place en tant que styliste de mode. Ses intentions ne sont pas toujours claires, mais c’est un de mes personnages préférés avec le grand-père cockney de Georgie qui est toujours prêt à l’aider malgré la différence de monde entre eux.

Il y a quelques remarques peu glorieuses sur les colonies qui sont hélas raccord avec l’aristocratie anglaise de l’époque (même si aujourd’hui c’est loin d’être parfait). La présence du Prince de Galles et de Wallis Simpson est bien utilisée sur fond d’amitié allemande suspecte et de rapprochement inapproprié pour la Couronne.

Avant le retournement final, j’ai eu mes soupçons, mais je n’étais pas totalement certaine de la personne responsable avant les derniers chapitres. J’ai apprécie le dénouement même si je me suis arrachée les cheveux en hurlant sur l’héroïne qui bien qu’elle ait compris qui était le coupable est tombée dans un piège qui me semblait évident.

J’ai passé un bon moment en écoutant ce livre. La narratrice est très agréable et le récit est frais et divertissant. Ce fut une bonne lecture d’été et je pense que je continuerai la saga qui sous sa légèreté aborde la libération des femmes et un contexte historique intéressant, même s’il reste très en fond. A lire si vous aimez les mystères et l’ambiance anglaise avec ses règles aristocratiques ainsi qu’une héroïne qui tente de s’en défaire en gardant en elle son double héritage: noble écossaise et roturière cockney.

Informations pratiques:
Publié en 2019 par Robert Laffont, 337 pages(14,90€).
Il existe également en livre numérique (8,99€) et en livre audio (20,99€).
Deuxième tome d'une saga de 7 livres.
Titre original: Her Royal Spyness 

3 réflexions au sujet de “Son espionne royale mène l’enquète, Son espionne royale, Rhys Bowen”

  1. Le roman était dans ma wish list mais je l’avais un peu oublié… Ce que je pense rectifier parce que ta description de l’héroïne me plaît beaucoup. J’aime ce genre de personnages entre deux mondes capables d’évoluer ! Quant aux personnages secondaires, ils ont l’air sympas.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est un livre assez léger mais sympathique 🙂 J’aime bien Georgie, c’est vrai que son évolution est assez chouette, on sent que son cœur balance entre tradition et modernité.
      Les personnages secondaires sont aussi sympas et l’autrice réussit à semer le doute par moment sur leurs réelles intentions!

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s