Chronique

The Inheritance Games, Tome 1, Jennifer Lynn Barnes

Résumé:

Avery Grambs has a plan for a better future: survive high school, win a scholarship, and get out. But her fortunes change in an instant when billionaire Tobias Hawthorne dies and leaves Avery virtually his entire fortune. The catch? Avery has no idea why–or even who Tobias Hawthorne is. To receive her inheritance, Avery must move into sprawling, secret passage-filled Hawthorne House, where every room bears the old man’s touch–and his love of puzzles, riddles, and codes.

Unfortunately for Avery, Hawthorne House is also occupied by the family that Tobias Hawthorne just dispossessed. This includes the four Hawthorne grandsons: dangerous, magnetic, brilliant boys who grew up with every expectation that one day, they would inherit billions. Heir apparent Grayson Hawthorne is convinced that Avery must be a con-woman, and he’s determined to take her down. His brother, Jameson, views her as their grandfather’s last hurrah: a twisted riddle, a puzzle to be solved. Caught in a world of wealth and privilege, with danger around every turn, Avery will have to play the game herself just to survive.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Je l’ai vu dans la bookosphère anglophone depuis sa sortie et il m’intriguait pas mal. Je l’ai donc pris en audio.

Mon avis:

Avery Grambs est déterminée à obtenir une bourse pour entrer à l’université afin d’étudier l’Actuariat ou l’étude des risques. C’est sa solution pour mêler sa passion du poker et des maths, mais aussi pour se sortir de la situation compliquée dans laquelle elle vit: orpheline depuis 2 ans et recueillie par sa sœur qu’elle adore, la vie n’est pas simple tous les jours. Pourtant, alors que les circonstances se compliquent pour elle, une annonce fracassante chambarde toute sa vie: elle est l’unique héritière du milliardaire Tobias Hawthorne et pour valider son héritage, elle doit vivre un an dans son extravagante maison. Seul problème, la famille déshéritée, notamment les quatre petit-fils du milliardaire, y vit également et n’est pas ravie de la situation.

La vie dans le manoir Hawthorne est une suite de découverte incroyable: entre les chambres, pardon, les suites, le bowling, les passages secrets et pièces dissimulées, on aimerait vraiment y être. C’est le genre de lieu auquel le commun de mortels comme vous et moi n’aura normalement jamais accès. Pendant la lecture, on sait que ce n’est pas du tout réaliste, mais, si c’est le genre d’histoire auquel vous pouvez accrocher, c’est vraiment amusant à découvrir.

J’ai d’ailleurs apprécié le fait qu’Avery n’arrive pas à y croire. Elle est sous le choc tout en écoutant un minimum les conseils de son nouvel entourage (Elisa et Oren notamment, son avocate et son chef de la sécurité) qui a l’expérience nécessaire pour la guider. Ses réactions sont logiques pour moi la plupart du temps. Lire de son point de vue était amusant et même si elle est un peu agaçante au niveau relation amoureuse, je trouve que c’est un bon personnage. Il y a un triangle amoureux dont elle est le centre, je n’ai pas grand chose à dire dessus. Je ne suis pas vraiment convaincue, mais je trouve qu’il a un sens dans l’histoire par rapport aux révélations finales. C’est assez rare pour être souligné.

J’ai également beaucoup aimé la relation entre sœurs. Libby est à l’opposé d’Avery et est embourbée dans une relation toxique. Elle a recueilli sa sœur quand la mère ce cette dernière est morte alors qu’elle n’était qu’une jeune adulte. Elle fait également des cupcakes quand elle veut se faire pardonner et a un look punk/gothique. C’est un personnage que j’ai beaucoup aimé et son évolution est vraiment bien faite.

Le fait qu’Avery ait une amie fidèle malgré sa vie compliqué et l’héritage surprise m’a également plu. Max a une façon de parler vraiment particulière (elle remplace tout les gros mots par autre chose, comme dans The Good place) et est vraiment une bonne personne. Leur amitié est parfois compliquée, mais elles savent se parler et finissent par régler les tensions. C’est sympa de lire une relation qui n’est pas parfaite, mais où les deux personnes concernées font des efforts pour l’autre.

Il faut maintenant parler des fameux petit-fils: Greyson, Jameson, Xander et Nash. Ils sont bien sur caricaturaux: beaux, intelligents et arrogants. Pourtant, ils ont chacun une personnalité bien distincte et je me suis attachée à eux en tant que famille. Ils ont toujours vécu dans l’aisance, mais ont aussi du faire face à une mère qui ne les a jamais vraiment éduqué et un grand-père qui voulait les stimuler au maximum pour corriger les erreurs qu’il a fait avec ses propres enfants. Ils ont du résoudre des jeux, énigmes et défis toute leur vie en s’affrontant pour montrer qui était le meilleur. Ils ne sont pas à plaindre, mais leur personnalité a été profondément forgée par ces éléments. J’ai bien sur des préférés, Xander et Jameson, mais ils sont tous extraordinaires, pas toujours dans un sens positif. Ils ont tous du pouvoir et ils le savent ce qui ne les rends pas vraiment sympathiques au premier abord (et même au deuxième pour certains). Savoir si on peut leur faire confiance est très compliqué.

Le reste du nouvel entourage d’Avery est un nid de guêpe. Que ce soit avec la famille ou dans son école d’ultra-riches, elle ne sait pas sur quel pied danser. Se mêlent à toute cette nouveauté incroyable, l’énigme de la raison de sa présence sur le testament ainsi que les secrets laissés derrière lui par le grand-père Hawthorne. Avery veut à tout pris déchiffrer les indices, mais elle doit aussi s’adapter à la vie avec des paparazzis qui la guettent en permanence et l’absence totale d’anonymat. L’ambiance que cela donne au livre m’a beaucoup plu.

La fin nous apporte quelques réponses, mais pose encore plus de questions. J’ai aimé me laisser mener par le bout du nez dans le récit. J’ai deviné des éléments, mais toujours à moitié ou ce n’était que le début d’une révélation qui nous menait bien plus loin.

Ce roman m’a vraiment fait passer un très bon moment. La jeune femme sans le sous qui hérite apparemment sans raison d’une fortune immense au détriment de la famille et qui tombe sous le charme d’un des anciens héritiers est un énorme cliché. Pourtant, la façon dont est tournée l’histoire, les retournements de situation et les fausses pistes ont fait que je ne pouvais pas lâcher l’histoire. Il y a surement des incohérences, mais c’était le genre de récit mystérieux, léger mais pas trop dont j’avais besoin. J’ai d’ailleurs enchaîné directement sur le tome 2 et j’attends avec impatience le dernier qui sortira pendant l’été 2022.

Informations pratiques:
Publié par Little, Brown Books for Young Readers en septembre 2020, 384 pages (16.82€).
Premier tome d'une trilogie, The Inheritance Games.
Existe en livre numérique (6.99€), Broché (8.95€) et Audio (24.45€)
Mise à jour:
Publié en France par Pocket en février 2022, 449 pages (18.50€).
Existe en livre numérique (12.99€).
Publicité

6 réflexions au sujet de “The Inheritance Games, Tome 1, Jennifer Lynn Barnes”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s