Chronique

La communauté des esprits, La trilogie de la poussière 2, Philip Pullman

Résumé:

Lyra a 20 ans, et porte dorénavant le nom de Parle-d’Or. La jeune fille, toujours accompagnée de son daemon Pantalaimon, essaye de trouver sa place dans un monde qui lui échappe. Malcolm, qui ne jurait que par son bateau, est maintenant un homme dévoué, animé par un désir de justice. Au-delà d’Oxford et des frontières de l’Europe, les voilà partis pour un voyage extraordinaire jusqu’en Asie, à la poursuite du mystère de la Poussière plus insaisissable que jamais.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

A la croisée des mondes est une trilogie qui m’a profondément marquée plus jeune et il était impossible pour moi de ne pas lire cette nouvelle saga dans un univers que j’adore.

Mon avis:

Retrouver Lyra et Pan dans ce tome fut pour moi un grand plaisir. Ils ont maintenant 20 ans et sont à l’université. Ils vivent toujours à Jordan Collège mais ont beaucoup changé. La jeune femme cherche à trouver un sens à la vie et sa place en se laissant séduire par un nouveau mouvement de scepticisme très en vogue, ce qui créé des tensions avec son daemon.

L’exploration du lien entre Lyra et Pantalaimon est intéressante. La personnalité de Lyra connaît un changement profond qui ne corresponde plus vraiment à qui elle était jusque là. Cela crée une faille dans sa relation avec sa moitié, Pan. Il ne la reconnaît plus et lui en veut de croire ce qu’il considère comme des bêtises. La tristesse et la solitude qui émane des deux héros sont marquantes et vont animer le reste du récit. Cette fracture va les amener dans des péripéties intenses sur fond de radicalisation du Magistérium et de tensions internationales autour du commerce d’huile de rose.

J’ai par contre eu beaucoup de mal avec Malcolm et en particulier avec certains sentiments qu’il exprime. C’est un peu du spoiler mais très peu. Si vous ne voulez pas le lire, passez au paragraphe suivant. Il est amoureux de Lyra. Il a changé ses couches et a été son professeur alors qu’elle était adolescente. Ils ont 11 ans d’écart, ce qui pourrait passer mais l’auteur a réussi à écrire ça de la façon la plus creepy possible. Dans cette scène, Lyra a 16 ans et Malcom est son professeur de 27 ans: « Une ou deux fois lorsqu’il était son professeur, il s’était penché par-dessus son épaule pour regarder ce qu’elle écrivait et il avait perçu le léger parfum qui émanait de cette chevelure: ce n’était pas l’odeur du shampoing mais celle de la douce chaleur d’une jeune fille, et aussitôt, il s’était reculé. » Juste après il se dit qu’elle a 20 ans maintenant, c’est bon non? Et plusieurs personnages lui disent exactement ça. Ils ont du parler 2 fois en étant tous les 2 adultes, mais il a des sentiments et il reniflait ses cheveux quand elle était ado. Il n’y a rien qui va là-dedans et j’espère vraiment que dans le tome suivant, ils ne vont pas finir en couple, même si ça semble tendre dans cette direction « subtilement ».

Même s’il y a de bonnes idées et notamment le combat intérieur de la jeune femme contre elle-même, la montée de la dictature théologique ou le mal être des jeunes adultes qui ne se trouvent pas tout de suite, j’ai trouvé que le livre ne savait pas vraiment où allait avant le dernier tiers. C’est bien écrit mais ça part dans tout les sens et j’ai eu du mal à me soucier d’un Malcolm sans profondeur ou d’une huile de rose qui permet juste de voir la Poussière.

Les choses ont l’air d’avoir si peu évolué depuis les évènements d’A la croisée des mondes que c’en est frustrant. Je comprends le but, mais je ne voulais pas ça comme suite de la fantastique première trilogie. L’univers semble terne, les personnages restent chouettes, mais il leur manque quelque chose et les enjeux sont flous et partent dans tous les sens.

L’ajout d’une critique du scepticisme à la dénonciation de la religion organisée me semble un peu superflue et un peu comme une cheveu sur la soupe. Lyra parle si souvent de Simon Talbot, le philosophe leader des sceptiques et d’un roman dans la même veine que j’avais envie de lui faire avaler son bouquin. Les arguments de cette « pensée » imaginaire sont si creux et par moment ridicules que j’ai eu beaucoup de mal à comprendre que Lyra puisse y adhérer. Même si nous vivons une période où le sophisme et le complotisme, deux « pensées » peu logiques, sont très populaires, je n’ai pas compris l’utilisation de cet élément. Je n’ai pas trouvé qu’il apportait grand chose au propos.

Dernier point, Lyra est victime d’une tentative de viol, attention donc car la scène est assez longue si vous êtes sensible à ce sujet. On sent que l’auteur veut apporter une dimension féministe à son ouvrage et qu’il est sincère, mais cette scène est vraiment superflue pour moi. Faire subir ce genre de choses à son personnage principal juste pour montrer qu’elle n’est pas assez prudente ou le danger d’être une femme seule, je ne vois pas trop l’intérêt. Bref elle les tabasse à coup de bâton, mais doit se faire sauver par un homme à la fin.

Le tableau n’est pas complètement noir et pouvoir revenir dans ce monde avec les daemons m’a tout de même charmé par moment. Certains personnages comme Hannah ou Alice sont de bonnes surprises et les manigances politiques du Magistérium sont intrigantes et révoltantes. L’auteur essaie vraiment d’apporter des thématiques intéressantes comme toujours: l’exploitation par le capitalisme, la censure, la dictature religieuse, le problème de la religion organisée, le droit des femmes (avec une maladresse terrible), le passage à l’âge adulte, la crise des réfugiés, le racisme, la solitude,… J’ai aimé cet aspect et j’espère le retrouver dans la suite.

Vous l’aurez compris, j’ai un rapport compliqué avec ce livre. Je ne le recommande pas particulièrement aux fans de la saga ni aux autres. Je continuerai et lirai le troisième tome car j’aime trop cet univers pour abandonner, mais la déception est sévère. De la part ce cet auteur que j’adore, j’en attendais tellement plus ce qui fait que la chute est brutale. J’espère vraiment que la suite va être meilleure, je croise les doigts!

Informations pratiques:
Publié par  en octobre 2020, 639 pages (22€).
Deuxième tome d'une trilogie, La trilogie de la poussière
Existe en livre numérique (11.99€), livre audio (21.99€) et en poche (12€)
Titre original:  The Secret Commonwealth, The Book of Dust 2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s