Chronique

Sur le vif, Elizabeth Acevedo

Résumé:

Emoni a de l’or au bout des doigts. Entre ses mains, saveurs et épices composent des plats incomparables. Mais Emoni a aussi une petite fille de 2 ans, et elle jongle entre son rôle de jeune mère, les cours au lycée et le travail le soir pour aider sa grand-mère à payer les factures.
Emoni a 17 ans, et elle ne pense pas qu’elle pourra continuer ses études, ni devenir cheffe dans un restaurant. Dans sa vie faite de responsabilités, il n’y a pas de place pour rêver. L’ouverture dans son lycée d’un nouveau cours d’arts culinaires pourrait bien lui permettre de déployer son talent et de trouver la force en elle d’accomplir son rêve.

Comment ce livre est-il arrivé dans mes mains?

J’ai envie de lire du Elisabeth Acevedo depuis longtemps et j’ai reçu celui-ci en cadeau de Noël 2021.

Mon avis:

Emoni est lycéenne, naturellement douée pour la cuisine, noire américaine avec un père portoricain et maman. Tout ces éléments ont un impact sur son quotidien et en font une jeune femme très responsable et sérieuse. Lors de la rentrée, elle décide de s’inscrire à un cours d’art culinaire, même cette carrière semble être un rêve inatteignable pour la jeune fille entre les cours, le travail et sa fille. Pourtant, cette année va lui apporter beaucoup de bouleversements et des choix déterminants pour son avenir dont un voyage en Espagne qui pourrait tout changer.

Ce roman commence doucement et j’aimais ma lecture sans adorer. Cependant, au fil des pages, je me suis énormément attachée à Emoni, Emma et sa grand-mère. Je voulais que la jeune fille réussisse tout ce qu’elle voulait et que la vie lui soit plus douce. La dynamique familiale est géniale. Tout n’est pas parfait, mais la relation entre Emoni et sa buela (grand-mère en espagnol) m’a beaucoup touchée tout comme le lien maternel très tendre avec sa « babygirl », Emma.

La galerie de personnage m’a totalement séduite. J’ai adoré Angelica, la meilleure amie d’Emoni qui contrairement à notre héroïne, qui a renoncé aux relations amoureuse depuis qu’elle a eu sa fille, avance dans sa relation avec sa petite amie. Elle apporte un soutien sans faille à Emoni tout en étant honnête quand elle pense qu’elle se voile la face. Malachi est un nouvel arrivant au lycée qui va rapidement vouloir faire connaissance de notre héroïne. Il va rapidement se prendre un mur pour une romance, mais crée petit à petit un lien amical avec elle. C’est une jeune homme respectueux, intelligent et sensible. Il m’a également beaucoup plu.

La dépitions de l’entourage de notre héroïne, et en particulier du père de sa fille, Tyrone, ainsi que sa famille, est intéressante. Il y a de la rancœur, une certaine méfiance de la famille aisée du jeune homme pleine de préjugés, mais il veut être un père correct et au delà de quelques problèmes (liés à la masculinité toxique et au classisme majoritairement) fait son possible pour que sa fille soit heureuse et ait un lien avec ses deux parents.

Cette histoire qui parait simple aborde de nombreux sujets cruciaux et le fait bien. Le récit traite de classisme, de racisme, de colorisme, du passage à l’âge adulte, de parentalité sous différente forme, de deuil,… Cette capacité à parler de sujets, que l’autrice maîtrise étant elle-même concernée pour plusieurs d’entre eux, donne une profondeur vraiment intéressante à ce récit.

J’ai beaucoup aimé la fin douce-amère mais pleine d’espoir. L’évolution de la relation entre Emoni et Malachi ainsi qu’avec son entourage est parfaite. J’aime ce type de récit, qui n’a pas peur de parler de problèmes graves, de sujets sérieux avec justesse mais qui donne de l’espoir et une fin satisfaisante pour mon petit cœur sensible.

Je vous recommande vraiment de découvrir Sur le vif, adapté aux ado (14-15 ans) et vraiment touchant. La plume d’Elizabeth Acevedo, même traduite est vraiment agréable et je pense tenter un prochain roman en VO. Dernier argument: la cuisine décrite dans ce roman donne envie de préparer soi même des petits plats et les recettes données par l’héroïne ont vraiment l’air délicieuse!

Coup de coeur

Cette chronique est un peu fouilli et pas aussi aboutie que j’aimerais, mais j’avais envie de me remettre le pied à l’étrier en chroniquant un roman que j’ai particulièrement aimé!

Informations pratiques:
Publié par Nathan en 2021, 409 pages (16.95€).
Existe en livre numérique (12.99€)
Titre original: With the fire on high.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s