Chronique

Ice like fire, Sara Raasch

Résumé:

It’s been three months since the Winterians were freed and Spring’s king, Angra, disappeared—thanks largely to the help of Cordell.

Meira just wants her people to be safe. When Cordellan debt forces the Winterians to dig their mines for payment, they unearth something powerful and possibly dangerous: Primoria’s lost chasm of magic. Theron sees this find as an opportunity—with this much magic, the world can finally stand against threats like Angra. But Meira fears the danger the chasm poses—the last time the world had access to so much magic, it spawned the Decay. So when the king of Cordell orders the two on a mission across the kingdoms of Primoria to discover the chasm’s secrets, Meira plans to use the trip to garner support to keep the chasm shut and Winter safe—even if it means clashing with Theron. But can she do so without endangering the people she loves?

Cela fait 3 mois que les hiverniens ont été libérés et que le roi du Printemps, Angra, a disparu – en grande partie grâce à Cordell.

Meira ne souhaite que la sécurité de son peuple. Quand les cordelliens forcent leurs débiteurs à rouvrir les mines pour s’acquitter du paiement, les hiverniens découvrent la source perdue de la magie de Primoria. Theron considère cette découverte comme une opportunité: avec autant de magie, le monde pourra enfin se défendre contre des menaces comme Angra. Cependant, Meira est effrayée par ce que pourrait apporter cette source : la dernière fois que le monde a eu accès à tant de magie, le Fléau s’est répandu. Ainsi, quand le roi de Cordell leur ordonne de partir en mission à travers les royaumes de Primoria pour découvrir les secrets de la source, Meira décide d’utiliser ce voyage pour trouver des alliés afin de la garder fermée et de garantir la sécurité du royaume d’Hiver, même si cela signifie s’opposer à Theron. Mais peut-elle vraiment accomplir ce qu’elle souhaite sans mettre en danger ceux qu’elle aime?

(La traduction est de moi, désolée pour les maladresses)

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Après avoir relu Snow like ashes, j’ai eu terriblement envie de lire la suite. J’ai donc craqué et commandé le tome 2 (et le 3!!).

Mon avis:

Spoiler alert! Ceci est un tome 2, ne pas lire cet avis si vous n’avez pas lu Snow like ashes!

Après un premier tome génial, je me suis plongée, impatiente, dans ce nouvel opus. Le temps a donc passé depuis la libération des camps d’hiverniens et Meira doit assumer son nouveau rôle de reine. Cordell, par l’intermédiaire de Theron et de ses soldats, est toujours présent dans le royaume d’Hiver et attends maintenant le paiement de ses créances. Les mines hiverniennes recèlent de pierres précieuses, mais Noam, le roi, attend avant tout des travailleurs qu’ils trouvent la source perdue de la magie de Primoria.

Le récit suit Meira, qui quitte son royaume pour se faire des alliés contre Cordell, afin d’éviter l’ouverture de la source de magie, qui risque de corrompre le monde. Son objectif officiel est un traité d’unité des différents royaumes, officieusement, elle cherche avec (contre) Theron, les clés qui ouvriront la porte permettant d’accéder à la source. En effet, le beau et gentil Theron, croit que l’ouverture de cette porte apportera pais et égalité au monde. Leur relation va bien sur en pâtir.

Meira doute énormément pendant ce tome. Elle doit assumer sa magie, alors qu’elle en a peur. Elle doit faire face aux responsabilités écrasantes de sa couronne. La jeune guerrière impulsive, qui réfléchit après avoir agi, doit laisser place à la reine, dont les actions impactent tout un royaume. Elle va se débattre entre ce qu’elle était et ce qu’elle doit être pour aider son peuple pendant une grande partie du livre: comment être la meilleure reine possible dans un contexte politique très compliqué et menaçant pour ses sujets? C’est un sujet intéressant, même si elle m’a un peu lassée par moment, à toujours ressasser les mêmes pensées.

Pendant ce voyage, la narration va revenir par moment dans le royaume d’Hiver, à travers Mather, qui doit faire face, lui aussi, à sa nouvelle vie. Il n’est plus roi et il se sent plutôt inutile. Il évite Meira et entretient des relations très conflictuelles avec ses parents, en particulier Sir. De plus, il culpabilise de ressentir ce mal être, face aux jeunes qui, eux, ont été esclaves presque toute leur vie et doivent se réapproprier leur liberté, dans un royaume qui n’a jamais été le leur. J’avoue que son point de vue ne m’a pas énormément emballée, j’ai aimé Mather dans le premier tome. Ici, il aurait du devenir plus intéressant et plus profond, mais, si j’ai apprécié qu’il doute et tente de trouver sa façon d’être utile à Hiver. J’ai beaucoup moins adhéré à son questionnement intérieur sur Meira et sur sa famille.

L’histoire prend avec le voyage de Meira et Theron, un tournant beaucoup plus politique. Le premier tome est l’histoire d’une guerre de libération. Le second nous fait découvrir la géo-politique de Primoria, ce que j’ai beaucoup aimé. On rencontre beaucoup de souverains différents avec des personnages intrigants. Ceridwen, Gisèle, Jesse ou encore Simon nous font découvrir la variété de la royauté dans les Saisons et les Rythmes.

L’enquête menée pour découvrir les clés et des indices sur la source m’a semblé assez simple, même si le fait que Meira doit choisir entre son amitié/relation avec THeron et l’intérêt de son royaume aurait pu la rendre plus attrayante. Comme beaucoup d’éléments de ce livre, c’est « pas mal ». Il manque quelque chose pour qu’on soit totalement entraîné dans l’histoire.

On retrouve le triangle amoureux, de façon détournée car Meira est avec Theron pendant la majorité du récit. Les sentiments des trois protagonistes sont évoqués, mais cette trame reste assez secondaire pour ne pas trop interférer avec l’histoire. Ils ont beaucoup d’autre choses à faire et à penser, beaucoup plus importantes, heureusement!

Les révélations finales sont logiques, mais une partie m’a vraiment surprise. Je me suis laissée entraînée dans l’histoire, sans me douter de ces « twist » finaux. Les derniers chapitres apportent de l’action à un second tome un peu plus plat. Bien qu’on explore beaucoup plus l’univers du roman, le voyage est un peu linéaire et, du coup, j’ai moins aimé que le premier livre. La fin promet cependant une suite pleine d’action, de choix très difficiles et de sacrifices déchirants!

Pour conclure, j’ai apprécié ce livre, mais beaucoup moins que le premier. La malédiction des tomes 2, parfois trop dans la transition et moins intéressant que le 1er et le 3ème tome. J’attends maintenant beaucoup de la conclusion « Frost like night », qui j’espère sera un feu d’artifice de péripéties, découvertes et émotions!

Informations pratiques:
Paru chez Bazler + Bray en octobre 2015, 496 pages (17.78€)
Deuxième tome d'une trilogie.
Non traduit en français pour le moment.
Existe en Broché (9.87€), ebook (6.39€) et livre audio (25.08€)
Publicités

6 thoughts on “Ice like fire, Sara Raasch”

  1. En même temps, c’est quoi cette manie de faire des trilogies ? Je comprends l’envie de faire un fleuve mais à un moment, faut se dire que son histoire doit se terminer et pas l’étirer jusqu’aux confins de son imagination. Car ça devient nébuleux sur la fin, et mettre des mots sur une nébuleuse, c’est casse-gueule…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s