Chronique

The Hate U Give, Angie Thomas

Résumé:

Sixteen-year-old Starr Carter moves between two worlds: the poor neighborhood where she lives and the fancy suburban prep school she attends. The uneasy balance between these worlds is shattered when Starr witnesses the fatal shooting of her childhood best friend Khalil at the hands of a police officer. Khalil was unarmed.

Soon afterward, his death is a national headline. Some are calling him a thug, maybe even a drug dealer and a gangbanger. Protesters are taking to the streets in Khalil’s name. Some cops and the local drug lord try to intimidate Starr and her family. What everyone wants to know is: what really went down that night? And the only person alive who can answer that is Starr.

But what Starr does—or does not—say could upend her community. It could also endanger her life.

Résumé français:

Starr a seize ans, elle est noire et vit dans un quartier difficile, rythmé par les guerres entre gangs, la drogue et les descentes de police. Tous les jours, elle rejoint son lycée blanc situé dans une banlieue chic ; tous les jours, elle fait le grand écart entre ses deux vies, ses deux mondes. Mais tout vole en éclats le soir où son ami d’enfance Khalil est tué. Sous ses yeux, de trois balles dans le dos. Par un policier trop nerveux. Starr est la seule témoin. Et tandis que son quartier s’embrase, tandis que la police cherche à enterrer l’affaire, tandis que les gangs font pression sur elle pour qu’elle se taise, Starr va apprendre à surmonter son deuil et sa colère ; et à redresser la tête.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

Véritable phénomène aux USA, j’ai voulu lire ce livre unanimement salué outre-Atlantique. Ma mère me l’a offert à Noël en 2017 et… je l’ai mis de coté. J’avais peur des sentiments qu’il allait m’inspirer. J’ai enfin eu le courage de me lancer.

Résumé:

Starr est une jeune femme noire brillante et sportive qui est scolarisée dans un lycée chic majoritairement blanc. Le soir, elle rentre dans son quartier pauvre à majorité noire où les fusillades sont monnaie courante et la drogue est un poison, qu’on soit accroc ou qu’on la vende. Les gangs contrôlent le trafic et font vivre la majorité dans la peur en attaquant brutalement toutes les « balances ». La jeune femle se sent déchirée entre ses deux univers et le jour où son meilleur ami, qui n’est pas armé, est abattu dans le dos sous ses yeux par un policier, son monde explose.

Starr est un personnage attachant et réaliste. Elle doit composer avec ses deux vies et se sent obligée de les compartimenter. Elle a donc des difficultés à concilier son identité et sa « double vie ». Le fait d’être témoin d’un meurtre raciste et d’entendre toute la société pointer du doigt la victime plutôt que le coupable vont la forcer à réfléchir à ce qu’elle veut et doit faire de sa voix. Son évolution est vraiment bien écrite, elle permet de pointer des nombreuses réalités difficiles à accepter.

Sa famille recomposée est compliquée et géniale: son père Maverick « Big Mav », sa mère Lisa, son demi-frère ainé Seven, son petit fère Sekani, la soeur de Seven, Kenya ou encore Carlos son oncle policier et père adoptif pendant les années de prison de « Big Mav ». La dynamique entre eux est très bien dépeinte, on a presque l’impression de les connaître.

Les personnages secondaires donne également cette impression de réalisme. L’autrice nous présente une vie de quartier avec tous ses protagonistes. King et Iesha m’ont particulièrement marquée. Leurs histoires se mêlent à la vie de Starr par différents biais sans que cela ne paraisse jamais forcé. L’entourage de notre héroïne à l’école est également intéressant. Son petit ami Chris est blanc ce qui va causer des remous dans sa famille, permettant encore une fois de provoquer la réflexion. Quant à ses amies Hailey et Maya, elles vont permettre à le jeune femme de comprendre la valeur des personnes qui nous soutiennent et l’importance de savoir couper avec ceux qui nous font du mal.

Khalil, même décédé, reste un personnage central. Il est omniprésent dans le récit, quand on parle de lui, de son passé, de sa mort mais aussi dans les silences. Son absence et la culpabilité de Starr à son égard sont les moteurs de cette histoire. Comment rester fidèle à son ami en restant elle-même? Doit-elle se mettre en danger pour raconter son histoire? Comment concilier la Starr du quartier noir avec la lycéenne de banlieue blanche?

Ce récit est très pédagogique sans jamais être rébarbatif. Il pointe avec justesse le racisme systémique dont souffre les pays occidentaux et en particulier les USA où ses conséquences sont aggravées par la prolifération des armes. Certains ont eu du mal avec l’opposition blanc/noir dans cette histoire, cependant l’autrice ayant elle-même grandit dans ce genre de quartier et étant noir-américaine, je trouve cela déplacé de remettre en cause son vécu. Elle m’a fait passer par tout une gamme d’émotions très variée: colère, peur, révolte, tristesse, joie, résignation et espoir.

C’est un livre qui peut provoquer des prises de consciences et qui vise juste. Je recommande de le lire en anglais si vous avez un bon niveau et que vous comprenez un minimum l’argot américain. Sinon, la version française est disponible, n’hésitez pas. C’est un roman à faire lire au plus grand nombre, il apporte une compréhension profonde du mouvement #Blacklivesmatter et des réactions des noir-américains face à ces terribles évènements.

Coup de coeur

The Hate u give est le début d’une citation de 2pac « The Hate U Give Little Infant Fucks Everybody », la haine que l’on donne au petits enfants fout tout le monde en l’air, plus connu sous l’acronyme « THUG LIFE ».

Informations pratiques:
Publié en avril 2018 en France par Nathan, 494 pages (17.95€).
Existe en livre numérique (13.99€) et livre audio (13.95€ ou CD 18€).
Titre Original: The Hate u Give.

 

Publicités

12 réflexions au sujet de “The Hate U Give, Angie Thomas”

  1. Comme toi, j’ai aimé la façon dont l’auteur a donné vie à ses personnages qui sonnent juste et que l’on prend plaisir à voir se côtoyer. Les thématiques sont effectivement intéressantes et d’actualité ! C’est important d’en parler, même si on est en Europe.
    Je n’ai pas eu un coup de cœur, mais j’ai également apprécié ce roman. Ravie que tu aies passé un aussi bon moment. 🙂 Belle critique !

    Aimé par 1 personne

  2. J’en ai beaucoup entendu parler et ton avis confirme la pertinence, le réalisme et l’importance de ce roman. Des personnages à leurs interactions en passant par les sujets évoqués, je peux comprendre les émotions que ce roman t’a fait traverser…

    Aimé par 1 personne

  3. Aaah je ne savais pas que Thug Life venait de là !
    Sinon, pareil que toi, j’ai ce roman dans ma PaL depuis des lustres mais je n’ai pas osé encore l’en sortir !
    Pourtant ta chronique me donne quand même très envie de m’y mettre plus vite que prévu ! =)

    Aimé par 1 personne

  4. J’ai lu ce livre et, comme toi, je l’ai trouvé rempli de réalisme. Les personnages m’avaient aussi touchée. Cette lecture m’a donc marquée, à vrai dire je n’avais jamais envisagé les choses sous cette angle. Mais ce que j’ai préféré, c’est ce fameux THUG LIFE et la place qu’il prend dans le roman 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s