Chronique

Phobos 3, Victor Dixen

Résumé

Fin du programme Genesis dans
1 mois…
1 jour…
1 heure…

Ils sont prêts à mentir pour sauver leur peau.
Ils sont les douze naufragés de Mars. Ils sont aussi les complices d’un effroyable mensonge.
Les spectateurs se passionnent pour leur plan de sauvetage, sans se douter du danger sans précédent qui menace la Terre.
Elle est prête à mourir pour sauver le monde.
Au risque de sa vie, Léonor est déterminée à faire éclater la vérité. Mais en est-il encore temps ?
Même si le compte à rebours expire, il est trop tard pour renoncer.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

C’est un des cadeaux de Noël en avance de mon chéri, merci mon amour! Je ne me souviens plus comment j’ai découvert cette série qui, à l’origine, ne me tentait que moyennement. J’ai rapidement changé d’avis et j’ai beaucoup aimé les deux premiers tomes.

Mon avis

Alerte spoilers, ceci est un tome 3! Si vous ne connaissez pas les 2 premiers tomes, allez vite les découvrir puis revenez me voir 😉

Nous retrouvons Léonor et les habitants de Mars juste après la fin du tome 2 et les révélations fracassantes de Marcus. Le secret ne tient pas longtemps et sème la zizanie au sein des colons, qui doivent, en plus, mentir pour sauver leur peau. Pendant ce temps, Serena continue de tisser sa toile pour cacher ses crimes et surtout, obtenir le plus de pouvoir possible. Andrew et Harmony, quant à eux fuient tout en essayant de trouver une solution pour dénoncer les magouilles du programme Genesis.

Les personnages prennent en complexité. J’ai même eu un regain d’intérêt pour Andrew que je n’appréciais pas vraiment. Son histoire avec Harmony est bien intégrée dans la globalité alors que, dans le tome précédent, je n’avais qu’une hâte, retrouver les colons dès qu’on revenait sur lui.

Les habitants de Mars s’affirment également. J’aime toujours Léonor, Marcus, Safia ou Kelly, Kris me semble toujours aussi gourde mais adorable, j’adore détester Alexeï, seul Mozart m’a déçue (non, non pas de spoils promis). Enfin, Serena se révèle : c’est non seulement une dangereuse mégalomaniaque, mais aussi une sociopathe narcissique au dernier degré!

Bien que le livre soit assez long, plus de 600 pages, je ne me suis pas ennuyée une seconde. On est tenu en haleine par les péripéties et l’épée de Damoclès qui semble suspendue au dessus de chaque protagoniste de cette histoire. A chaque chapitre, la tension monte et l’issue s’assombrit franchement ! Victor Dixen aime jouer avec nos nerfs.

En effet, les évènements se succèdent sans donner d’indices sur l’issue, que ce soit sur Terre ou sur Mars. Certaines révélations qui arrivent aux alentours du dernier tiers du livre sont assez fracassantes, notamment une (dans la plaine de « séquoias »), qui m’a tellement mise en colère sur le coup,… avant de la trouver logique! Le point culminant est atteint dans les dernières pages où tout se précipite et où l’on entrevoit enfin le dénouement.

Le seul « problème » que je trouve à l’histoire sont les ellipses. Elles sont nécessaires mais très frustrantes : on apprend trop peu de la vie quotidienne sur Mars à mon goût et surtout sur ce qui se passe dans le 7ème habitat! Même si certains détails sont parfois « rapides » dans ce tome, cela se pardonne facilement au vu de la période assez longue sur laquelle se déroule l’histoire (spoiler: même si j’avoue que le fait que Léonor n’aille jamais voir Marcus pendant son « incarcération », juste parce qu’elle a peur, m’a paru un peu bizarre comme choix. C’est le seul choix de l’auteur que je n’apprécie pas).

Cette série de livres cache très bien son jeu. On pense partir pour une bleuette romantique teintée de science-fiction et on se retrouve plongé dans une histoire où l’amour est présente, mais qui est, avant tout, une aventure à suspens de manipulation et de jeux de pouvoir.

Une suite digne des premiers tomes que j’ai adoré dévorer, malgré le petit défaut du manque de détails et des sauts temporels importants qui m’ont plus dérangée que dans les deux premiers tomes. Si, par hasard, vous lisez cette chronique sans avoir lu les premiers tomes, foncez. C’est une histoire étonnante, addictive et qui, en plus, sait garder une part de mystère, sans jamais tomber dans le mièvre ou le cucul.

Informations pratiques:
Paru chez Robert Laffont en novembre 2016, 619pages (18.90€).
3ème tome d'une trilogie.
Existe en e-book (12.99€).
Publicités

6 thoughts on “Phobos 3, Victor Dixen”

  1. Apparemment, ce n’est plus une trilogie.^^ Un 4ème tome va sans doute nous apporter des réponses à certaines questions.
    Idem, j’ai eu un regain d’intérêt pour Andrew/Harmony, alors que, comme toi, ils ne m’avaient pas trop plu dans le T2.
    C’est vrai que c’est vraiment bizarre que Léo n’aille pas voir notre condamné une seule fois… Ou prenne des nouvelles…
    Très bel avis sur ce dernier tome effectivement très bien même si, pour ma part, je me suis ennuyée à quelques moments (il y a des longueurs).
    #Sai

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s