Présentation de l’éditeur:

L’histoire de France est aujourd’hui l’objet d’un nouvel enjeu. D’un côté, quelques nostalgiques d’un nationalisme barrésien réclament le retour du « roman national » ; de l’autre, les chercheurs – historiens, archéologues, politologues, préhistoriens – et les enseignants mettent en récit une histoire de France « retrouvée », « mondiale », en tout cas ni gauloise, ni prédestinée par le sacre de Clovis, ni même par l’avènement d’Hugues Capet.
Dans cette perspective, la réédition du Mythe national, ouvrage précurseur paru pour la première fois en 1987, permet de relire le texte inspirateur du roman national, le « Petit Lavisse », manuel scolaire de la IIIe République, réédité jusqu’en 1950. Suzanne Citron y réaffirme la nécessité de porter un regard critique sur la logique historiographique héritée du XIXe siècle afin d’appréhender la France comme un pays à l’histoire discontinue et aux multiples racines, fait de métissages anciens et d’immigrations récentes, morceau de la planète et segment de l’histoire humaine.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

J’ai reçu ce livre grâce à la Masse Critique Babelio Fiction/Non Fiction. Merci à Babelio et aux Éditions de l’atelier.

Mon avis:

Une chronique sur un livre tel que celui-ci est complexe. Je ne suis pas spécialiste de l’Histoire et, bien que j’ai étudié l’histoire des institutions, de la socio-histoire ou encore de l’histoire du droit, ce n’était pas le sujet principal de mes études. Les sujets principaux de cet article seront donc la forme et l’accessibilité de cet ouvrage.

Cet ouvrage traite de la façon dont a été enseignée l’Histoire depuis le XIXème siècle à l’école à travers les manuels ainsi que plus globalement de la façon dont elle a été écrite et ré-écrite depuis l’époque des Gaules, et les conséquences de ce traitement de l’Histoire que décèle l’auteure: sur l’Histoire des communautés, l’intégration à la française ou même sur la décolonisation. C’est à la fois passionnant et instructif.

L’organisation en parties et chapitres, eux-mêmes divisées en sous parties titrées permet une lecture dynamique. On ne se perd pas dans de long paragraphe où il est impossible de reprendre son souffle. En tant que néophyte, la logique de l’ordre de ces parties m’a paru compréhensible et cohérente.

Le contenu m’a semblé accessible à tout un chacun, malgré quelques passages un peu plus complexes. Suzanne Citron aborde les sujets qui fâchent comme les dénis de notre histoire, les manipulations des historiens pour créer la « France éternelle » ou encore les crimes commis par la France, occultés au nom de la raison d’État. Ce livre donne un aperçu de « Mythe français » et donne envie d’approfondir le sujet, avec d’autres œuvres complémentaires, mais aussi contradictoires: l’auteure prend position, il est donc toujours important de se renseigner par d’autres biais pour se faire sa propre vision des choses.

J’ai été happée par ma lecture que j’ai vraiment appréciée. Je recommande cet ouvrage à tout les amoureux d’Histoire et à ceux qui veulent en apprendre plus sur la façon dont l’image de notre pays a été crée au fil des siècles.

Information pratiques:
Réedition du 28 mars 2017 (première version parue en 1987), 366 pages en poche (15€)
Existe en livre numérique (9.99€)
Publicités