Chronique

Femme de robe, Michèle Dassas

Résumé:

« Robe sur robe ne vaut », voilà comment un grand nombre de ses confrères avocats accueillirent la prestation de la première femme à avoir plaidé. Les railleries, le mépris traduisaient l’angoisse des hommes de voir des représentantes du sexe dit faible, accéder à des fonctions qui leur étaient jusqu’alors exclusivement réservées?
Combien avait-elle dû se battre, Jeanne Chauvin, avant de pouvoir prêter serment, trois ans après avoir essuyé un humiliant refus, alors qu’elle était pourtant munie de tous les diplômes nécessaires ! Femme de robe retrace le parcours de cette femme remarquable, ses combats, son humanité, ses espoirs. Aux côtés d’une mère d’exception et d’un frère, aussi déterminé qu’elle, qui fut député de Seine-et-Marne, et secrétaire du Grand Orient, Jeanne laisse le souvenir d’une femme digne, résolue, charismatique, une pionnière éprise d’équité. Mais Femme de robe est aussi un roman qui, au-delà des faits historiques, ressuscite une Jeanne plus intime, avec ses passions et sa sensibilité toute féminine.

Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains?

J’ai reçu le livre numérique dans le cadre de ma collaboration avec la maison d’édition Marivole.

Mon avis:

Cette biographie d’un personnage peu connu est très intéressante. Jeanne Chauvin n’est pas la première femme avocate de France, mais ce sera la première à plaider après des années à se battre pour être nommée au barreau. Son combat et sa vie privée sont racontés par une plume très agréable à lire. Je n’ai pas vu passer les 350 pages.

J’ai découvert une femme brillante qui se démarque dans le paysage politique de l’époque. Elle a du lutter et prouver ses capacités face à des hommes convaincus par avance de son infériorité intellectuelle, dans le milieu juridique, politique et journalistique. Son intelligence et son humanité m’a beaucoup touchée, tout comme le discours de ses nombreux détracteurs m’ont heurtée.

Il est possible de lire à la fin du récit des articles du Figaro des années 1890s qui parlent féminisme et le présente comme un ennemi qui est en train de gagner. Selon ce journaliste, cela va détruire la mode de vie traditionnelle et donner aux femmes la place des hommes. Elles voudraient même avoir le droit de voter en plus….

Il est bien sur difficile de lire par moment les remarques sur la nature féminine et la place naturelle des femmes que reçoit Jeanne au fil de son parcours. Cependant, cela permet d’évaluer le long chemin parcouru dans la lutte pour le droit des femmes, mais également celui, encore plus long, qui reste à parcourir. En effet, les remarques et arguments utilisés à l’époque sont plus ou moins les mêmes que ceux opposés aujourd’hui à la lutte pour le droit des femmes, avec juste, par moment, une variante sur le curseur de ce qui est acceptable.

Je vous recommande cette biographie qui nous plonge dans le combat féministe de la fin du XIXème siècle et début du XXème. Jeanne Chauvin fut une femme brillante, courageuse et atypique qui ouvrit la voie à de nombreuses avocates, juges ou procureure. Je suis vraiment satisfaite d’avoir fait sa connaissance et vous encourage grandement à faire de même!

Informations pratiques:
Publié en mars 2018 par les éditions Marivole, 351 pages (20€)
Existe en livre numérique (7.99€)

 

9 réflexions au sujet de “Femme de robe, Michèle Dassas”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s