Voici une nouvelle rubrique: j’ai trouvé l’idée chez Audrey de Light and Smell, qui fait des mini-chroniques sur les livres qu’elle n’a pas eu le temps de chroniquer! J’ai adoré l’idée qui correspond totalement à un problème que je rencontre parfois : comment chroniquer un livre sur lequel j’ai peu de choses à dire?

Les dieux voyagent toujours incognito

lesdieuxvoyagenttoujours

Résumé de l’éditeur:  Imaginez. Un homme vous sauve la vie, en échange de votre engagement de faire tout ce qu’il vous demande… pour votre bien. Le dos au mur, vous acceptez et vous vous retrouvez embarqué dans une incroyable situation où tout semble vous échapper. Vous n’êtes plus le maître de votre vie et pourtant… à bien des égards, elle est plus excitante qu’auparavant !
Mais peu à peu, le doute s’installe en vous : quelles sont les intentions réelles de cet homme qui s’est immiscé dans votre existence ? Qui est-il vraiment? Et qui sont ces personnages énigmatiques dans son entourage? Les découvertes que vous faites n’ont rien pour vous rassurer.

Mon avis:

Laurent Gounelle m’a été fortement recommandé par une copine, avant qu’on me prête plusieurs de ses livres. Ce roman est un « feel-good ». On le lit d’une traite, sans trop réfléchir, et il met de bonne humeur. Le héros, Alan, suit les instructions d’un homme mystérieux qui l’a empêché de se suicider. Il va peu à peu évoluer grâce à lui et tenter de se rebeller. Comment un inconnu peut-il savoir ce qui est bon pour lui? Et pourquoi? J’ai apprécié ma lecture, l’évolution d’Alan au fil du roman est intéressante et les péripéties sont plutôt amusantes. J’ai toujours un peu de mal avec les livres qui veulent nous apprendre à vivre, mais celui-ci a une légèreté qui compense l’aspect moralisateur. De plus, les connaissances de l’auteur dans certains domaines comme la psychologie ou la sociologie apparaissent clairement, sans pour autant être « étalées ». Un livre agréable et positif à propos de nos peurs profondes et de comment les dépasser.

Dévoreur, Stefan Platteau

img_20170225_214949

Résumé:

Sommes-nous les jouets des astres ? Qu’est-ce que ces choses lointaines éveillent en nous, qui nous anime et nous pousse à agir d’une façon qui nous étonne nous-mêmes ? Au-dessus de la demeure de Vidal, l’éleveur d’ânes, une planète brille trop fort ; le comportement de cet homme paisible s’en ressent. Son amie Aube assiste, impuissante, à sa transformation. Parviendra-t-elle à l’arracher à cette influence néfaste, ou faudra-t-il attendre l’aide de Peyr Romo, le magicien des Monts de Soufre ? Dans la vallée de Pélagis, de vieux instincts s’éveillent, prêts à dévorer toute humanité dans le coeur des êtres… Une plongée dans l’âme d’un monstre, dans l’univers des Sentiers des Astres.

Mon avis:

Cette petite histoire me fait penser à un conte des frères Grimm, en plus sombre. On y croise étoiles malfaisantes, esprits maléfiques et ogres monstrueux. J’ai lu les 135 pages d’une traite. On suit la transformation d’un homme en monstre, obéissant à ses pires instincts et reniant tout ce qu’il a été auparavant. L’astre maléfique, le Dévoreur, a totalement pris possession de lui et son amie Aube est témoin de cette descente aux enfers. La plume de l’auteur est toujours aussi excellente, ses descriptions magnifiques et le dosage dans l’horreur, juste comme il faut. Si vous avez l’occasion de le découvrir, n’hésitez pas.

 

La journal d’une duchesse – Rose, Karen Hawkins

https://i1.wp.com/i39.servimg.com/u/f39/16/19/87/24/rose10.jpgRésumé:

À 17 ans, Rose est tombée complètement amoureuse de Lord Alton Sinclair, connu aussi comme Lord  »Sin » pour son immoralité. Piquée par son indifférence, la fille énamourée va essayer de lui voler un baiser, avant de paniquer et de pousser le vaurien dans une fontaine. Laissant Lord Sin flotter au milieu des nénuphars sous les rires de ses pairs, Rose s’enfuit dans l’obscurité jusqu’à la campagne écossaise.

Six ans plus tard, Sin convainc sa tante, la Duchesse de Roxburghe, d’inviter Rose à sa fête annuelle. Il compte bien se venger de Rose pour avoir de lui la risée de la société. Stupéfait, il découvre qu’elle est devenue une superbe femme qui menace de retourner son plan contre lui. Sin et Rose sont embarqués dans une bataille des sexes qui deviendra de plus en plus passionnée. L’un d’entre-eux devra succomber… mais à la vengeance ? Ou bien à la passion ?

Mon avis:

Cette lecture est celle de mon club de lecture pour le mois d’avril. Cette romance est de type « haine qui se transforme en amour ». Les deux protagonistes vont se chercher durant toute l’histoire à coup de défis puérils et de tripotages derrières les rideaux. J’ai trouvé l’héroïne incohérente. C’est une femme indépendante, qui tient à la réputation de ses sœurs, mais qui se laisse entraîner par Lord Sinclair dans des situations terriblement inconvenantes pour l’époque. Vous me répondrez l’amour? OK, parlons donc de ce fougueux lord qui lui fait tourner la tête. Il est beau, très beau, arrogant, désagréable et coureur de jupon. Il est décidé à la séduire, et va tout faire pour… Ou pas. Sa technique de drague est le harcèlement et il ne s’arrête pas là. Tripoter quelqu’un par surprise, ou lui se coller à elle pour lui faire comprendre qu’on la désire, c’est tout sauf normal. « Oui, mais elle n’a pas dit non! » « Au fond, elle ne demande que ça » Beurk. Dans la réalité, il mériterait juste un bon coup de latte dans les *******. L’histoire de la tante entremetteuse et du quiproquo aurait pu m’amuser, mais c’est l’archétype de héros qui me hérisse le poil et les autres personnages restent assez creux, dans une histoire peu originale. J’ai tout de même ressenti un grand plaisir quand Rose casse le nez d’un goujat, mais pourquoi ne l’a t-elle pas fait à Sin?? Voilà, chronique ronchon finie, vous l’aurez compris, je n’ai pas aimé. *mode berserk off* 😀

Ces premières chroniques miniatures présentent trois livres très différents, pour lesquels je n’avais pas envie d’écrire autant que d’habitude. Je vous souhaite à tous de très bonnes lectures!

 

Illustration: Designed by Freepik

Publicités