Revoici en ce premier jeudi du mois de mai le rendez-vous de BettieRose sur le thème: le livre non identifié de votre bibliothèque (Le L.N.I).

J’ai choisi un livre choc et dérangeant pour ce thème. Il a une narration très atypique et un sujet peu ordinaire.

quand-j-avais-cinq-ans-je-m-ai-tue

Quand j’avais 5 ans je m’ai tué, Howard Buten

Il voulait voir s’envoler les minutes… Gil n’a que huit ans. Mais son petit cœur a déjà connu de bien grands sentiments. Trop grands. Trop forts… A cause de ce qu’il a fait à Jessica, le voici dans une résidence spécialisée. Seul, face à la bêtise des adultes qui transforment ses rêves en symptômes cliniques, et son amour en attentat. Seul dans une forteresse de silence. Qui pourra l’y rechercher ? Une émotion pure, dans une langue merveilleusement préservée.

Ce livre prend le partie de raconter l’histoire de Gil, huit ans, comme si on était dans sa tête. On est face à l’incompréhension de ce petit bonhomme face à ce qui lui est reproché. En tant qu’adulte, on comprend les réactions de son entourage, mais on en voit surtout l’absurdité et la stupidité. Le livre date des années 80 et l’auteur est un psychologue clinicien, spécialiste de l’autisme. Le style est très délicat. Ce roman a été une claque monstrueuse et j’ai mis un certain temps après la fin de ma lecture pour m’en remettre, à cause d’un mélange de colère, d’émotion et d’incompréhension. Je n’avais que 16 ans, mais je ne pense pas que ce serait moins dur aujourd’hui: la projection sur le comportement des enfants de délires d’adultes est particulièrement malsaine.   Un livre coup de poing, décalé et totalement « L.N.I ».

Connaissiez vous ce livre? Vous intéresse t-il? Et vous, qu’auriez-vous choisi? A la semaine prochaine pour un nouveau thème!

Publicités